TRIBUNE – LE MONDE. « La pêche commerciale en France doit s’attacher à réduire les souffrances évitables des poissons »

En ce 8 juin 2022, Journée mondiale de l’océan, nous avons le plaisir de vous faire part de la publication dans le journal Le Monde de la Tribune appelant à la création d’un programme de recherche sur la réduction des souffrances animales dans la pêche commerciale.

Aloïse Quesne, directrice de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, est signataire de cette Tribune, publiée à l’initiative de La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences (LFDA), aux côtés de 84 autres signataires, parmi lesquels figurent notamment des élus français et européens, des avocats et des universitaires.

Vous pouvez retrouver la Tribune dans son intégralité ci-dessous.

L’EMBRYON CHIMÉRIQUE SELON LA LOI DE BIOÉTHIQUE DU 2 AOÛT 2021

Solane Prêtre-Dugoin, étudiante clinicienne a rédigé un article intitulé “L’EMBRYON CHIMERIQUE SELON LA LOI DE BIOETHIQUE DU 2 AOÛT 2021”, lequel a été publié le 11 avril 2022 sur le site du Village de la Justice, partenaire de la Clinique juridique One Health-Une seule santé.

Une thématique d’actualité puisque le législateur, par la troisième révision des lois de bioéthique, a autorisé l’adjonction de cellules humaines dans un embryon animal.

https://www.village-justice.com/articles/embryon-chimerique-selon-loi-bioethique-aout-2021-par-solane-pretre-etudiante,42283.html

La chimère a, de tout temps, fasciné l’être humain. Qu’elle soit qualifiée de créature fantastique ou démoniaque, qu’elle soit objet de culte ou de crainte, cette création de l’esprit a su rester au centre de l’attention. À tel point qu’à l’heure actuelle, ces espèces ne semblent plus seulement émaner de la simple imagination. Aujourd’hui, la loi de bioéthique du 2 août 2021 autorise la création d’embryons chimériques par l’adjonction de cellules humaines dans des embryons d’origine animale“.

Une thématique d’actualité sur laquelle il convient donc de s’intéresser, sur le plan juridique et sur le plan éthique.

Bonne lecture à tous!

L’INSUFFISANCE DES MESURES ENCADRANT LE BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX DESTINÉS À LA CONSOMMATION

Julie Renard, étudiante clinicienne, a rédigé sous la direction de Mme Quesne un article intitulé “L’INSUFFISANCE DES MESURES ENCADRANT LE BIEN-ÊTRE DES ANIMUAX DESTINES A LA CONSOMMATION”, lequel a été publié le 7 mars 2022 sur le site du Village de la Justice, partenaire de la Clinique juridique One Health-Une seule santé.

https://www.village-justice.com/articles/insuffisance-des-mesures-encadrant-bien-etre-des-animaux-destines-consommation,41909.html

Si des mesures pour encadrer le bien-être des animaux existent, elles sont en pratique peu appliquées et insuffisantes. C’est ainsi que le 20 janvier 2022 le Parlement européen a émis des recommandations à l’intention du Conseil et de la Commission, portant sur un renforcement de la protection du bien-être des animaux pendant le transport, en privilégiant notamment le transport de viande à celui d’animaux vivants.

Cette thématique est d’une importance capitale pour les animaux, mais aussi pour les hommes. Vous pourrez constater que notre partenaire, l’association Agriculture Cellulaire France, est citée dans cet article, la viande cellulaire constituant un réel espoir de mettre fin aux souffrances des animaux destinés à la consommation.

Bonne lecture à tous!

PRESENTATION GENERALE DU CONCEPT ONE HEALTH

par Maria Aomari, Pauline Bru, Léa Lemaire et Hugo Mulliez,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Septembre 2021

Pourquoi est-il important de décloisonner les santés humaine, animale et environnementale ? Cette question a été le fil conducteur du colloque « Une seule planète, Une seule santé » qui s’est tenu le 1er octobre 2020 à l’Assemblée nationale[1] et il sera apporté des éléments de réponse dans la présente analyse.

Que signifie le concept « One Health »?

 One Health (ou « Une Seule Santé » en français) est une approche collaborative, multisectorielle et transdisciplinaire créée au début des années 2000, promouvant une approche interdépendante, unifiée et interconnectée entre les personnes, les animaux, les plantes et leur environnement à toutes les échelles[2]. Ce concept n’est pas une nouveauté mais il a connu un nouvel engouement ces dernières années avec l’émergence de quatre facteurs principaux[3] qui ont contribué à modifier les interactions entre les humains, la faune et l’environnement :

Les populations humaines se développent et s’étendent dans de nouvelles zones géographiques. En conséquence, les hommes vivent davantage en contact étroit avec les animaux sauvages et domestiques, à la fois le bétail et les animaux de compagnie. Les animaux jouent un rôle important dans nos vies, que ce soit pour la nourriture, les moyens de subsistance, les voyages, le sport, l’éducation ou la compagnie. Le temps de contact étroit avec les animaux augmente, ce qui accroit les possibilités de transmission des maladies entre les animaux et les personnes ;

– La planète a connu des changements climatiques et de nouvelles utilisations de ses terres, telles que la déforestation et les pratiques agricoles intensives. Ces perturbations environnementales favorisent la transmission des maladies animales ;

– Les différents mouvements des personnes, des animaux et des produits d’origine animale ont drastiquement augmenté corollairement à la progression des échanges commerciaux internationaux. La propagation des maladies au-delà des frontières est une conséquence de cette mondialisation ;

– Enfin, certaines pratiques culturelles et religieuses favorisent la transmission de virus. L’exemple du pangolin, animal qui fait l’objet du plus important trafic au monde, est emblématique de la destruction des espèces menacées et des risques associés. Il est décimé non pour des raisons de nécessité, mais pour son cuir qui permet de fabriquer des « bottes de cow-boy » aux États-Unis ou encore pour les prétendues vertus aphrodisiaques de leurs écailles en Asie. On peut également mentionner les conditions de braconnage et de détention que les humains infligent aux animaux sauvages et domestiques, qui constituent une perturbation environnementale accélérant la formation de virus par recombinaison entre virus d’espèces différentes. Par exemple, lors de la crise du COVID-19, chauve-souris, pangolins et humains étaient rassemblés sur le même marché à Wuhan en Chine, alors qu’ils ne sont pas en promiscuité dans la nature.

Quelles sont les conséquences de la modification des interactions homme-animal-environnement ?

Ces changements ont conduit à la propagation de maladies zoonotiques, c’est-à-dire des maladies infectieuses atteignant les animaux et pouvant être transmises à l’homme. Concrètement, il s’agit de maladies telles que la grippe aviaire, la vache folle, la rage ou encore le COVID-19. Les connaissances scientifiques contemporaines permettent d’affirmer que 60% environ des maladies humaines infectieuses connues ont une origine animale[4].

En outre, le sens inverse est possible : l’homme peut également contaminer les animaux. En ce sens, les animaux peuvent parfois servir de signes avant-coureurs de maladies humaines potentielles, comme l’exemple des oiseaux mourant du virus du Nil occidental avant de le transmettre aux populations de cette région.

 Dès lors, au cours de la dernière décennie, on a observé une augmentation significative de la circulation des agents infectieux. Avec l’émergence et la propagation d’épizooties, de zoonoses et d’épidémies, les risques de pandémies sont devenus de plus en plus importants. La santé humaine et animale est menacée par la résistance aux antimicrobiens, la pollution de l’environnement et le développement de maladies multifactorielles et chroniques. Cela a mis en évidence la mondialisation croissante des risques pour la santé et l’importance de l’interface homme-animal-écosystème dans l’évolution et l’émergence des agents pathogènes. 

Quels sont les enjeux concrets d’une absence de prise en compte du concept One Health ?

La bonne mise en œuvre du concept One Health a une importance médicale mais aussi économique car les crises sanitaires ont des répercussions importantes sur de nombreux volets[5], comme a pu le démontrer la crise du Covid-19.

Le contrôle, dès leur source animale, de tous les pathogènes transmissibles de l’animal à l’homme, semble être la solution la plus efficace et la plus économique pour protéger l’homme. En effet, les actions de prévention sont moins coûteuses que les interventions en cas de crise.  Ces dernières peuvent découler en particulier du renforcement des capacités des services gouvernementaux (de santé publique, vétérinaire et phytosanitaire) et du développement de programmes de recherche et de formation. Cette approche globale pourra se concrétiser au travers de déclinaisons opérationnelles plus resserrées. Par exemple, il faudrait renforcer le contrôle du commerce d’animaux sauvages illégal ou alors mettre en place des dispositifs de surveillance sanitaire efficace et opérationnelle.

Quelles solutions peuvent être proposées ?

  •       Une nécessaire détermination des facteurs

            L’intérêt de déterminer les facteurs de ces crises sanitaires se traduit par la volonté de prévenir et agir en amont. Ainsi, plusieurs facteurs majeurs peuvent être retenus : la déforestation, les trafics d’animaux, le réchauffement climatique ou encore la destruction de la biodiversité. Ces facteurs combinés favorisent la transmission des maladies infectieuses animales. L’utilité d’étudier et de traiter tous ces facteurs simultanément constitue le point de départ du concept « One Health », permettant d’agir plus efficacement et à plus grande échelle.

  • Une nécessaire collaboration des disciplines

Louis Pasteur soulignait que « la science est une » et il affirmait volontiers que « c’est l’homme seulement qui en raison de la faiblesse de son intelligence, y établit des catégories ». L’idée principale du concept One Health se retrouve dans cette pensée : il est nécessaire de décloisonner les disciplines et les enseignements afin de combiner toutes les notions et données, permettant une vue d’ensemble.

L’Académie Nationale de médecine est d’ailleurs aujourd’hui composée de médecins, de vétérinaires et de pharmaciens. Si l’on peut remarquer la volonté de mettre en place une coopération plus accrue des disciplines, on peut cependant relever que parmi ces spécialistes, l’Académie de médecine ne comprend pas encore d’anthropologues.

Ce travail de collaboration des disciplines a notamment pu être illustré durant la gestion de la crise de la Covid-19 où l’on a pu observer que l’Académie nationale de médecine a créé une cellule de veille scientifique rassemblant un groupe d’experts représentatifs des domaines de la santé publique, de l’épidémiologie, de l’infectiologie, de la virologie, des sciences pharmaceutiques et des sciences vétérinaires. Cette collaboration est également illustrée par la possibilité donnée aux vétérinaires de vacciner les personnes contre la COVID-19[6]. Le concept « One Health » se traduit alors en partie par la volonté d’associer les compétences, les disciplines et les professions dans le but de collaborer et d’agir plus efficacement.

  • Une nécessaire collaboration des Organisations

Le concept One Health doit également être promu par la classe politique, à différents niveaux, pour tenter de compenser les limites des approches conventionnelles. Par une note datant de 2010[7], l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), ont élaboré un cadre de référence du concept One Health. L’utilité première est de permettre une plus grande prévention des risques pesant sur la nature, l’agriculture ou l’économie. Pour cela les trois organisations appelaient alors à des partenariats transversaux, impliquant différents acteurs (organisations internationales, gouvernements, entreprises, etc.). Aussi, les trois organisations promeuvent l’échange des données entre les différents épidémiologistes surveillant les populations animales ou humaines. Depuis 2011, la collaboration tripartite a porté ses fruits, tout d’abord par l’élaboration d’un plan mondial d’action sur la résistance aux antibiotiques le Global Action Plan on Antimicrobial resistance. Un cadre a ensuite été développé par les trois organisations pour réduire les risques d’exposition à la rage d’origine animale, l’objectif étant d’éradiquer la rage d’origine canine d’ici à 2030. Enfin, un des derniers avancement majeurs permis par cette collaboration tripartite est la réactivité et l’amélioration des systèmes de surveillance pour les grippes « zoonotiques » à travers la rédaction d’un guide. Si l’on peut noter la réalisation de réunions tripartites annuelles et l’adoption de normes conjointes, la crise du COVID-19 est l’exemple révélateur de l’insuffisance de cette coopération qui reste aujourd’hui davantage symbolique.

Que retenir du concept One Health?

Il est urgent d’apprendre des crises sanitaires, notamment en liant santé humaine, animale et environnementale. Une approche globale centrée sur le « vivre ensemble » permettrait à la fois de sauver des vies mais également de préserver l’économie mondiale et notre planète. Il est à espérer que ce plaidoyer d’actualité permettra l’émergence rapide de politiques plus respectueuses de l’environnement et d’une prise de conscience des populations. La crise sanitaire du COVID-19 est en train de démontrer de façon criante ces nécessités.


[1] https://www.youtube.com/watch?v=owYvRSJ4TOY&t=2575s&ab_channel=Lo%C3%AFcDOMBREVAL

[2] Les concepts « EcoHealth » et « Planetary Health » proposent de manière similaire à « One Health » des visions holistiques de la santé.

[3] D. Destoumieux-Garzón, P. Mavingui, G. Boetsch, J. Boissier, F. Darriet, P. Duboz, C. Fritsch, P. Giraudoux, F. Le Roux, S. Morand, C. Paillard, D. Pontier, C. Sueur, Y. Voituron, “The One Health Concept : 10 Years Old and a Long Road Ahead”, Front. Vet. Sci., 12 févr. 2018.

[4] C. Leport et J.-F. Guégan (dir.), Les maladies infectieuses émergentes : état de la situation et perspectives, Rapport, HCSP, La documentation française, coll. Avis et rapport, 2011.

[5] Formule utilisée par la Banque mondiale dans son rapport sur le cadre opérationnel de l’approche « One Health » publié en mai 2018.

[6] Décret n° 2021-325 du 26 mars 2021 modifiant les décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, JORF du 27 mars 2021, texte n°16.

[7] The FAO-OIE-WHO Collaboration. Sharing responsibilities and coordinating global activities to address health risks at the animal-human-ecosystems interfaces, A Tripartite Concept Note, avril 2010. https://www.who.int/foodsafety/zoonoses/final_concept_note_Hanoi.pdf?ua=1

LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ : UN ENJEU MAJEUR DU CONCEPT ONE HEALTH

Par Hajare El Gani et Matilda Moreau,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Mai 2021

Les écosystèmes se dégradent. Plus précisément, les écosystèmes, essentiels pour la vie, sont détruits par les actions humaines de façon générale, et cela contribue à la perte de la biodiversité, qui est préjudiciable pour le vivant. La biodiversité se traduit par la diversité d’espèces vivantes dans un milieu donné. Ces espèces vivantes ne sont pas seulement les humains ou les animaux, mais également tous les micro-organismes ou encore les végétaux. La biodiversité est essentielle pour la conservation du vivant. La sauvegarde de la biodiversité est un enjeu majeur du concept One Health. La destruction de la biodiversité conduit à la propagation de zoonoses, notamment l’apparition du SRAS-COV-2 dans le monde aujourd’hui, ce qui a entraîné la perte de nombreuses vies.

La destruction de la biodiversité passe principalement et presque uniquement par les activités humaines. À titre d’exemples, les activités polluantes, la chasse et la pêche intensives, le braconnage, la déforestation ou encore la surexploitation des animaux et de la nature, les modes de production et d’élevage, le commerce illégal d’animaux sauvages contribuent à la perte constante de biodiversité et à l’apparition de nouvelles maladies. Au fil des siècles, on constate qu’une majorité de ces nouvelles maladies, telles que la rage, la peste, la leptospirose, le paludisme, l’anthrax, le SRAS, le MERS, la fièvre jaune, la dengue, le VIH, l’Ebola, ou encore le Chikungunya sont toutes d’origine animale. Ainsi, le franchissement de la barrière inter-espèces facilite la propagation de nouvelles maladies ainsi que la circulation de nouvelles souches de bactéries et de virus.

Cette destruction croissante de la biodiversité a été mise en avant notamment en 2019 par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), créée en 2012. Il a été énoncé que la destruction de la biodiversité est trop importante et que par conséquent, si l’Humain ne change pas sa façon de vivre, nous risquons de perdre plus d’un million d’espèces vivantes. Cette perte serait préjudiciable non seulement pour les écosystèmes mais également pour les espèces humaine et animale qui risquent de devoir faire face à de nombreuses épidémies.

La pandémie mondiale qu’est celle du SRAS-COV-2 née dans un marché illégal d’animaux sauvages souligne l’importance d’une réflexion approfondie sur le rapport qu’entretien l’Homme avec son environnement naturel, écosystèmes et biodiversité.

L’augmentation de la consommation et du commerce de viande d’animaux sauvages, quatrième marché clandestin le plus rentable au monde, trafic ne respectant pas les normes alimentaires et constituant de ce fait un véritable risque pour la santé humaine via la transmission directe d’agents pathogènes, favorise la propagation de zoonoses qui sont des maladies infectieuses transmises des animaux aux humains.

La naissance du SRAS-COV-2 est l’exemple actuel significatif de la transmission de virus animaux-humains. Il s’agirait en effet d’un micro-organisme provenant de la Chauve-souris, qui se serait retrouvé chez le Pangolin, avant de le transmettre à l’Homme.

La protection et la restauration des écosystèmes naturels sont elles aussi essentielles pour éviter le risque de développement des maladies zoonotiques. La déforestation, la construction de barrage, l’exploitation minière, la fragmentation des habitats ou l’intrusion humaine dans les forêts favorisent le contact avec les maladies. Ce sont des expansions des vecteurs.

Ces activités humaines entrainent par ailleurs la fonte des glaces. Cette dernière a dévoilé l’existence et la survenance de nouveaux virus. La destruction de la biodiversité jointe avec la fonte des glaces entraîne une apparition importante de nouveaux types de virus, similaires au SRAS-COV-2.

Selon le concept One Health, il faut que les comportements humains changent pour pouvoir préserver la biodiversité. À défaut, nous risquons de voir notre santé dégradée, notamment par l’apparition de nouveaux virus. Dans cette optique, le concept One Health préconise la régulation du commerce légal et la lutte contre le commerce illégal d’espèces animales notamment.

Selon de nombreux scientifiques, le SRAS-COV-2 n’est pas le dernier virus de ce type qui risque de créer une autre pandémie, et l’un des seuls moyens de pouvoir prévenir une telle pandémie est de préserver la biodiversité. Pour contrôler et prévenir les zoonoses, plusieurs mesures ont été prises, y compris l’utilisation excessive d’insecticides ou l’abattage du bétail infecté. Cependant, ces interventions connaissent des limites tel que l’impact sur les espèces non ciblées. De surcroît, en éliminant l’hôte principal de ces virus (exemple de la Chauve-souris pour le SRAS-COV-2), les agents pathogènes chercheront d’autres hôtes qui, contrairement aux hôtes initiaux, ne leur résisteront pas. Les virus, pour survivre, cherchent des failles ; ces failles sont aujourd’hui créées par l’Humain.

Pour l’IPBES, la biodiversité rime avec prévention sanitaire. La prévention sanitaire est notamment une des directives principales de ce concept One Health. Ainsi, l’approche « One Health », reconnue à l’échelle mondiale, démontre que la santé humaine est étroitement liée à celle des autres animaux et de son environnement. Le concept « One Health » permet une étude multidisciplinaire et collaborative pour traiter les risques potentiels ou actifs découlant de l’interface entre la santé humaine, animale et environnementale.

La prévention sanitaire, qui est l’un des objectifs du concept One Health, ne peut exclure la préservation de la biodiversité. Ce concept vise en effet à résoudre les problèmes sanitaires existants entre l’Homme, les animaux et leur environnement commun. L’efficacité de cette approche « One Health » repose sur une interaction forte et systématique entre les groupes professionnels concernés, notamment entre les médecins et les vétérinaires, les épidémiologistes, les écologistes et les experts des espèces sauvages, mais aussi les sociologues, les économistes et les juristes. Il s’agit pour notre civilisation de reconnaitre que notre santé et notre bien-être sont étroitement liés à ceux du monde naturel. C’est de cette manière que nous pourrons protéger notre espèce des effets les plus néfastes des pandémies.

Au regard de la crise actuelle, le WWF propose la signature d’un nouvel accord pour la Nature et l’Homme, contraignant pour les gouvernements, lequel viserait à réduire de moitié notre empreinte sur la Nature, à stopper la perte d’habitats naturels et l’extinction d’espèces vivantes. Cet accord serait la traduction du concept « One Health », qui défend la protection d’une planète saine comme fondement de notre santé et de notre bien-être.

Ressources bibliographiques

  • G. Bœuf, “Et la santé environnementale?”, in Colloque « Une seule planète, une seule santé! », 1er octobre 2020 https://www.youtube.com/watch?v=owYvRSJ4TOY
  • IPBES, Le dangereux déclin de la nature : un taux d’extinction des espèces « sans précédent » et qui s’accélère, communiqué de presse du 13 mai 2019.
  • WWF France, Construire le monde d’après COVID19, faire face à la crise, 10 avril 2020.
  • WWF, Érosion de la nature et émergence des pandémies, Rapport rédigé par Barney Jeffries, 20 avril 2020.