7 juin 2021 – Journée internationale de la sécurité sanitaire des aliments

Cette journée sensibilise et aide à promouvoir une alimentation sûre et saine pour tous. Le thème de cette année, « Des aliments sains pour un avenir sain », insiste sur le fait que la production et la consommation d’aliments sûrs présentent de nombreux avantages pour les populations, la planète et l’économie.

En ce sens, nous vous invitons à lire la brève juridique rédigée par deux étudiantes cliniciennes, Marion Jabot et Aïssatou Kaba. Intitulée « Le concept One Health au cœur du comportement des consommateurs : vers un nouveau modèle alimentaire », cette brève fait état des initiatives et avancées en ce domaine, en invitant à repenser notre façon de consommer.

Le concept One Health au cœur du comportement des consommateurs : vers un nouveau modèle alimentaire

par Marion Jabot et Aïssatou Kaba,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Juin 2021

Le concept « One Health » souligne l’interdépendance des écosystèmes et l’impossibilité de séparer les différents mondes du vivant. Cette biodiversité offre une richesse incommensurable mais nous rappelle la rapidité à laquelle les barrières inter-espèces peuvent être franchies. Le nombre important de maladies humaines qui ont pour origine l’animal souligne l’importance de préserver notre environnement et tous ses habitants. Les zoonoses ne se manifestent pas seulement par des franchissements aléatoires de maladies du monde animal vers les humains ; elles peuvent être la conséquence directe de nos agissements et la santé dans nos assiettes commence très tôt dans la chaîne de gestion sanitaire. L’épidémie de la « vache folle » est un bon exemple de maladie à laquelle nous n’aurions pas été confrontés si nous n’avions pas nourri des herbivores avec de la farine d’origine animale. En effet, vouloir agir pour avoir une meilleure santé implique des changements et une prise de conscience de la population, plus particulièrement des consommateurs, mais aussi des producteurs et des industriels qui bien souvent ont plus de « poids » que les consommateurs. En 1972, Antoine Riboud, fondateur de Danone, déclarait : « Il ny a quune seule terre, on ne vit quune seule fois »[1]. Cette citation marquait déjà une prise de conscience de la nécessité de changer de modèle économique, afin de préserver les ressources de la terre et la santé humaine.

Le monopole des systèmes de production standardisés. Les systèmes de production actuels sont fondés sur une standardisation, qui permet un rendement maximal sans pour autant prendre en compte la protection des écosystèmes. Dès lors, l’Union européenne appelle à une réduction de l’utilisation des pesticides chimiques et des antibiotiques dans les élevages, ainsi qu’à une expansion de l’agriculture biologique avec pour objectif d’affecter au moins 25 % des terres agricoles de l’Union à l’agriculture biologique d’ici 2030[2]. La Commission encourage également les États membres à utiliser d’autres outils tels que leurs outils fiscaux afin de favoriser les produits issus de l’agriculture biologique, par exemple en abaissant la TVA, ou encore en adoptant un étiquetage des produits permettant une meilleure transparence et compréhension pour les consommateurs. C’est dans ce contexte que certains industriels, à l’instar de Danone et de Carrefour, revendiquent et mettent en place un changement de leur protocole de production[3]. En effet, par la valorisation des sols et des écosystèmes, les industriels s’engagent à ne plus utiliser certaines substances controversées, aussi bien pour la santé humaine que pour l’environnement ou pour l’animal.

La prise en compte du principe de précaution. Ce changement dans la pratique des industriels a aussi pour origine la prise en compte par le législateur français des enjeux et des risques de l’utilisation de produits chimiques et la nécessité d’agir. En effet, à la suite du Sommet de Rio en 1992, l’émergence du principe de précaution, introduit en droit français par la loi Barnier du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’Environnement, [4]  a permis de mettre en œuvre des actions plus ciblées et de renforcer la protection et le respect de l’environnement. Selon ce principe, « l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économique acceptable »[5]. En 2005, il a été reconnu au principe de précaution une valeur constitutionnelle à la suite de la révision constitutionnelle du 1er mars 2005 permettant ainsi de joindre la Charte de l’Environnement au bloc de constitutionnalité.

L’action des industriels et des grandes enseignes. Pour justifier la suppression de certaines substances controversées, les grandes enseignes comme Carrefour ou encore les magasins U[6] invoquent ce principe de précaution pour fonder leur choix de retirer certaines substances de leurs rayons. L’Enseigne Carrefour a établi une liste de 100 substances controversées qu’elle a décidé de bannir ; on retrouve au sein de cette liste le butylhydro-quinone tertiaire (BHQT)[7] qui est un additif alimentaire suspecté d’affaiblir et de dégrader notre système immunitaire. C’est toujours en s’appuyant sur ce principe qu’en 2017 Danone dévoilait un nouveau logo, mais aussi un tournant marketing par sa nouvelle vision « One Planet. One Health », illustrant l’idée selon laquelle « la santé des hommes est indissociable de celle de la planète »[8]. C’est dans ce contexte qu’ont été lancées plusieurs initiatives, notamment Danone Wexford (Irlande) qui est devenu leur premier site neutre en Carbone.  

Des consommateurs engagés. Aujourd’hui les consommateurs sont davantage conscients des risques pour leur santé et ils veulent acheter « responsable ». Selon une étude ESTEBAN[9] sur la période de 2014 à 2016, 44 % des femmes et 54 % des hommes sont en surpoids. Notre consommation alimentaire influence directement notre santé. En ce sens, une bonne alimentation constitue un enjeu de santé publique, ce qui encourage à revoir notre comportement alimentaire. Ce bouleversement des attentes des consommateurs met une certaine pression vis-à-vis des industriels. Le consommateur plus éclairé est en effet prêt à payer plus cher pour des produits de meilleure qualité respectant la biodiversité.  Pensant d’avantage aux répercussions, le consommateur s’intéresse au cycle de vie, de production, de fabrication des produits qu’il consomme, ce qui conduit les industriels traditionnels à innover afin de répondre aux besoins croissants des consommateurs en matière de transparece. 

Des nouveaux systèmes alimentaires. C’est ainsi que dans les pays Européens, des initiatives individuelles et prometteuses voient le jour, notamment par l’émergence de nouvelles formes alimentaires qui ambitionnent de modifier nos habitudes. On observe par exemple un nombre croissant de végétariens, qui au-delà de la volonté de protection de la vie animale, préconisent aussi une alimentation plus respectueuse de la terre. Cette tendance est devenue un geste « d’éco-responsabilité ». En effet, en réduisant la consommation animale, on tend à une réduction des émissions de gaz causées par l’élevage des animaux ainsi que des déforestations. Tous ces domaines sont interconnectés : l’agriculture et l’élevage sont une des raisons principales de la déforestation. On déforeste pour trouver de nouvelles terres et pour produire plus, afin de répondre à cette demande croissante.

En 2020, la Commission européenne a quant à elle adopté la stratégie « De la ferme à la fourchette : pour un système alimentaire équitable, sain et respectueux de l’environnement »[10]. S’inscrivant dans le Pacte vert pour l’Europe[11], elle reconnaît les liens indissociables entre la santé des personnes, des sociétés et de la planète. Cette stratégie propose des actions à mener à toutes les étapes de la chaîne de production à la consommation, avec un focus particulier sur les conditions de production agricole.

L’agriculture cellulaire. En parallèle de ces changements de paradigme qui s’effectuent progressivement dans le monde de l’agro-alimentaire, des modèles innovants viennent révolutionner nos assiettes. De plus en plus de start-ups et de scientifiques travaillent notamment sur la viande cellulaire, qui permet de fabriquer de la viande à partir de cellules animales. Le produit qui se retrouve dans l’assiette du consommateur n’est donc pas un substitut, il s’agit bien de vraie viande, à la seule différence qu’elle aura été obtenue à partir de reproduction cellulaire in vitro sans avoir à abattre d’animaux d’élevage. L’objectif affiché de cette nouvelle forme d’agriculture[12] est de permettre de développer des produits d’origine animale en ayant le moins d’impact possible sur l’environnement, tout en étant bénéfique pour notre santé et pour le bien-être des animaux.


[1] https://www.danone.com/fr/about-danone/sustainable-value-creation/our-vision.html

[2] Stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 – Ramener la nature dans nos vies, consultable sous https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/QANDA_20_886

[3] Stratégie de Carrefour disponible sous https://www.carrefour.com/fr/groupe/strategie et stratégie Danone sous https://www.danone.com/fr/about-danone/sustainable-value-creation/our-vision.html

[4] Loi n° 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement.

[5] Article L. 200-1 du code rural, tel que modifié par la loi Barnier.

[6] https://www.magasins-u.com/cooperative-u/vision-engagements/substances-controversees

[7] https://actforfood.carrefour.fr/files/Liste-des-100-substances-controversees-bannies-des-produits-Carrefour.pdf

[8] https://www.danone.com/fr/about-danone/sustainable-value-creation/our-vision.html

[9] https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/rapport-synthese/etude-de-sante-sur-l-environnement-la-biosurveillance-l-activite-physique-et-la-nutrition-esteban-2014-2016-chapitre-consommations-alimentair

[10] https://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:ea0f9f73-9ab2-11ea-9d2d-01aa75ed71a1.0002.02/DOC_1&format=PDF

[11] https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_fr

[12] https://agriculturecellulaire.fr/

LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ : UN ENJEU MAJEUR DU CONCEPT ONE HEALTH

Par Hajare El Gani et Matilda Moreau,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Mai 2021

Les écosystèmes se dégradent. Plus précisément, les écosystèmes, essentiels pour la vie, sont détruits par les actions humaines de façon générale, et cela contribue à la perte de la biodiversité, qui est préjudiciable pour le vivant. La biodiversité se traduit par la diversité d’espèces vivantes dans un milieu donné. Ces espèces vivantes ne sont pas seulement les humains ou les animaux, mais également tous les micro-organismes ou encore les végétaux. La biodiversité est essentielle pour la conservation du vivant. La sauvegarde de la biodiversité est un enjeu majeur du concept One Health. La destruction de la biodiversité conduit à la propagation de zoonoses, notamment l’apparition du SRAS-COV-2 dans le monde aujourd’hui, ce qui a entraîné la perte de nombreuses vies.

La destruction de la biodiversité passe principalement et presque uniquement par les activités humaines. À titre d’exemples, les activités polluantes, la chasse et la pêche intensives, le braconnage, la déforestation ou encore la surexploitation des animaux et de la nature, les modes de production et d’élevage, le commerce illégal d’animaux sauvages contribuent à la perte constante de biodiversité et à l’apparition de nouvelles maladies. Au fil des siècles, on constate qu’une majorité de ces nouvelles maladies, telles que la rage, la peste, la leptospirose, le paludisme, l’anthrax, le SRAS, le MERS, la fièvre jaune, la dengue, le VIH, l’Ebola, ou encore le Chikungunya sont toutes d’origine animale. Ainsi, le franchissement de la barrière inter-espèces facilite la propagation de nouvelles maladies ainsi que la circulation de nouvelles souches de bactéries et de virus.

Cette destruction croissante de la biodiversité a été mise en avant notamment en 2019 par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), créée en 2012. Il a été énoncé que la destruction de la biodiversité est trop importante et que par conséquent, si l’Humain ne change pas sa façon de vivre, nous risquons de perdre plus d’un million d’espèces vivantes. Cette perte serait préjudiciable non seulement pour les écosystèmes mais également pour les espèces humaine et animale qui risquent de devoir faire face à de nombreuses épidémies.

La pandémie mondiale qu’est celle du SRAS-COV-2 née dans un marché illégal d’animaux sauvages souligne l’importance d’une réflexion approfondie sur le rapport qu’entretien l’Homme avec son environnement naturel, écosystèmes et biodiversité.

L’augmentation de la consommation et du commerce de viande d’animaux sauvages, quatrième marché clandestin le plus rentable au monde, trafic ne respectant pas les normes alimentaires et constituant de ce fait un véritable risque pour la santé humaine via la transmission directe d’agents pathogènes, favorise la propagation de zoonoses qui sont des maladies infectieuses transmises des animaux aux humains.

La naissance du SRAS-COV-2 est l’exemple actuel significatif de la transmission de virus animaux-humains. Il s’agirait en effet d’un micro-organisme provenant de la Chauve-souris, qui se serait retrouvé chez le Pangolin, avant de le transmettre à l’Homme.

La protection et la restauration des écosystèmes naturels sont elles aussi essentielles pour éviter le risque de développement des maladies zoonotiques. La déforestation, la construction de barrage, l’exploitation minière, la fragmentation des habitats ou l’intrusion humaine dans les forêts favorisent le contact avec les maladies. Ce sont des expansions des vecteurs.

Ces activités humaines entrainent par ailleurs la fonte des glaces. Cette dernière a dévoilé l’existence et la survenance de nouveaux virus. La destruction de la biodiversité jointe avec la fonte des glaces entraîne une apparition importante de nouveaux types de virus, similaires au SRAS-COV-2.

Selon le concept One Health, il faut que les comportements humains changent pour pouvoir préserver la biodiversité. À défaut, nous risquons de voir notre santé dégradée, notamment par l’apparition de nouveaux virus. Dans cette optique, le concept One Health préconise la régulation du commerce légal et la lutte contre le commerce illégal d’espèces animales notamment.

Selon de nombreux scientifiques, le SRAS-COV-2 n’est pas le dernier virus de ce type qui risque de créer une autre pandémie, et l’un des seuls moyens de pouvoir prévenir une telle pandémie est de préserver la biodiversité. Pour contrôler et prévenir les zoonoses, plusieurs mesures ont été prises, y compris l’utilisation excessive d’insecticides ou l’abattage du bétail infecté. Cependant, ces interventions connaissent des limites tel que l’impact sur les espèces non ciblées. De surcroît, en éliminant l’hôte principal de ces virus (exemple de la Chauve-souris pour le SRAS-COV-2), les agents pathogènes chercheront d’autres hôtes qui, contrairement aux hôtes initiaux, ne leur résisteront pas. Les virus, pour survivre, cherchent des failles ; ces failles sont aujourd’hui créées par l’Humain.

Pour l’IPBES, la biodiversité rime avec prévention sanitaire. La prévention sanitaire est notamment une des directives principales de ce concept One Health. Ainsi, l’approche « One Health », reconnue à l’échelle mondiale, démontre que la santé humaine est étroitement liée à celle des autres animaux et de son environnement. Le concept « One Health » permet une étude multidisciplinaire et collaborative pour traiter les risques potentiels ou actifs découlant de l’interface entre la santé humaine, animale et environnementale.

La prévention sanitaire, qui est l’un des objectifs du concept One Health, ne peut exclure la préservation de la biodiversité. Ce concept vise en effet à résoudre les problèmes sanitaires existants entre l’Homme, les animaux et leur environnement commun. L’efficacité de cette approche « One Health » repose sur une interaction forte et systématique entre les groupes professionnels concernés, notamment entre les médecins et les vétérinaires, les épidémiologistes, les écologistes et les experts des espèces sauvages, mais aussi les sociologues, les économistes et les juristes. Il s’agit pour notre civilisation de reconnaitre que notre santé et notre bien-être sont étroitement liés à ceux du monde naturel. C’est de cette manière que nous pourrons protéger notre espèce des effets les plus néfastes des pandémies.

Au regard de la crise actuelle, le WWF propose la signature d’un nouvel accord pour la Nature et l’Homme, contraignant pour les gouvernements, lequel viserait à réduire de moitié notre empreinte sur la Nature, à stopper la perte d’habitats naturels et l’extinction d’espèces vivantes. Cet accord serait la traduction du concept « One Health », qui défend la protection d’une planète saine comme fondement de notre santé et de notre bien-être.

Ressources bibliographiques

  • G. Bœuf, « Et la santé environnementale? », in Colloque « Une seule planète, une seule santé! », 1er octobre 2020 https://www.youtube.com/watch?v=owYvRSJ4TOY
  • IPBES, Le dangereux déclin de la nature : un taux d’extinction des espèces « sans précédent » et qui s’accélère, communiqué de presse du 13 mai 2019.
  • WWF France, Construire le monde d’après COVID19, faire face à la crise, 10 avril 2020.
  • WWF, Érosion de la nature et émergence des pandémies, Rapport rédigé par Barney Jeffries, 20 avril 2020.

19 au 23 mai 2021 : La Fête de la Nature

La Fête de la Nature a été créée en France en 2007, sur une idée du Comité Français de l’Union Internationale de Conservation de la Nature et du magazine Terre Sauvage, avec pour objectif de célébrer la Nature chaque année.

Du 19 au 23 mai 2021, retrouvez donc près de chez vous de nombreuses animations pour (re)découvrir les richesses de nos régions!

À cette occasion, François Letourneux, président de l’association Fête de la Nature, appelle à célébrer toutes les formes de vie dans une Tribune publiée au Journal du Dimanche.

https://www.lejdd.fr/Societe/tribune-fetons-ensemble-toutes-les-formes-de-vie-4044860

Le concept « One Health » c’est cela : Une seule planète, Une seule santé, Un seul bien-être.

Nous faisons partie de la communauté du vivant, ne l’oublions pas!

24 avril 2021 : Journée mondiale des animaux dans les laboratoires

En cette 42e journée mondiale des animaux dans les laboratoires, la Clinique juridique One Health-Une seule santé souhaite vous faire connaître l’association GRAAL (Groupement de Réflexion et d’Action pour l’AnimaL), qui œuvre pour la retraite des animaux de laboratoire.

La réhabilitation animale est autorisée par la directive européenne du 22 septembre 2010. Pour autant, elle n’est pas obligatoire. L’expérience très forte du GRAAL, association spécialisée dans la réhabilitation des animaux de laboratoire, est à signaler. Cette association a élaboré un protocole spécifique de placement qui a fait ses preuves depuis 2005. À ce jour, ce sont 4 500 animaux qui ont été adoptés ou placés, dont une centaine de primates.

Le GRAAL travaille en synergie avec les laboratoires, les directions départementales de protection des populations et des personnes ainsi que le Ministère de la Recherche, de l’Enseignement Supérieur et de l’Innovation et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Cette association travaille également en partenariat avec des refuges spécialisés tels que La Tanière, le Refuge de l’Arche et Tonga Terre d’Accueil. S’agissant des primates, des démarches associatives ont permis la mise en place d’un accompagnement à l’enrichissement du milieu et à la constitution de groupes sociaux avec l’aide d’éthologues, afin de garantir leur bien-être tout au long de leur vie.

Il est primordial de ne pas mettre à mort ces animaux qui ont rendu service à la science lorsqu’une alternative existe.

Pour en savoir plus ou si vous souhaitez adopter un animal : https://www.graal-defenseanimale.org/

L’antibiorésistance et le concept « One Health »

par Manon Toumelin,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Avril 2021

Les antibiotiques, médicaments indispensables à la santé humaine, voient aujourd’hui leur efficacité menacée. Leur mauvaise utilisation pour les maladies humaines, ainsi que leur utilisation intensive en agriculture, entraînent l’apparition de bactéries développant des résistances : on parle d’antibiorésistance, phénomène constituant l’une des préoccupations actuelles majeures à l’échelle mondiale.

Qu’est ce qu’un antibiotique ? Les antibiotiques, (du grec anti : contre, et biôtikos : qui concerne la vie) sont une catégorie d’antimicrobiens ayant la capacité de tuer les bactéries (effet bactéricide) ou d’inhiber leur multiplication (effet bactériostatique)[1]. Les médicaments qui contiennent une substance antibiotique sont donc utilisés contre les infections causées uniquement par des bactéries, non par des virus sur lesquels ils sont sans effet. Les antibiotiques sont non seulement utilisés pour la santé humaine, mais également pour la santé animale et l’industrie alimentaire. Leur introduction en médecine, après la Seconde Guerre mondiale, a été l’un des progrès thérapeutiques les plus importants du XXe siècle. Elle a révolutionné la médecine en diminuant largement le nombre de décès par infections bactériennes très courantes à l’époque comme la tuberculose, la pneumonie ou la syphilis. En effet, celles-ci constituaient la première cause de mortalité en 1940, et ne sont aujourd’hui responsables que de 2% des décès en France. On estime que les traitements antibiotiques ont permis d’augmenter l’espérance de vie d’environ 15 ans des personnes y ayant recours : ils sont devenus l’un des « piliers de notre santé »[2].

Définition de l’antibiorésistance. La résistance aux antibiotiques, ou antibiorésistance, est la capacité d’un micro-organisme à résister aux effets des antibiotiques. S’il existe une résistance naturelle de certaines bactéries face aux antibiotiques, la résistance acquise au fil du temps du fait d’une mauvaise utilisation est plus préoccupante. Elle désigne l’apparition d’une résistance à un ou plusieurs antibiotiques chez une bactérie qui auparavant y était sensible.

Dès 1950, des bactéries pathogènes devenues résistantes aux antibiotiques usuels ont été mises en évidence, et ce phénomène n’a depuis cessé d’augmenter. L’efficacité des antibiotiques a poussé à l’utilisation excessive et souvent inadaptée de ceux-ci en santé humaine et animale. D’après l’OMS, le mauvais usage des antibiotiques est la cause principale de la résistance. En effet, l’ « utilisation excessive dans la plupart des régions du monde, en particulier contre des infections mineures, [la] mauvaise utilisation faute d’accès à des traitements appropriés et [la] sous-utilisation par manque de moyens financiers pour achever les traitements »[3] entraînent une pression sélective sur les molécules.

Quelles-sont ses conséquences ? Ponctuelles au départ, ces résistances sont devenues plus importantes et donc préoccupantes. En effet, elles sont responsables de 700 000 décès par an[4]. L’OMS ajoute que, si aucune action n’est prise aujourd’hui, la quasi-totalité des antibiotiques actuels seront inefficaces d’ici 2050 pour prévenir et traiter les maladies humaines. Elle affirme que la résistance aux antibiotiques atteint désormais des niveaux dangereusement élevés dans toutes les régions du monde et ajoute que, si nous ne prenons pas des mesures d’urgence, nous entrerons bientôt dans une ère post-antibiotique dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles. La situation pose donc des enjeux très importants, d’abord de santé publique, car elle risque d’entraîner le retour de nombreuses maladies mortelles aujourd’hui contrôlées voire presque éradiquées grâce aux antibiotiques, mais elle pose également un très important enjeu économique, car les mesures à prendre afin de lutter contre cette résistance ont déjà, et auront certainement de plus en plus, un coût considérable pour les États. Il s’agit  pour eux de remettre en question le fonctionnement de leurs systèmes de santé, et de revenir sur des pratiques courantes depuis des dizaines d’années. Néanmoins, selon Margaret Chan, directrice générale de l’OMS entre 2007 et 2017, la situation n’est pas inexorable. Elle estime que la prescription des antibiotiques de façon appropriée, la restriction de leur utilisation dans la production alimentaire et la lutte contre la contrefaçon pourraient mettre fin à cette menace émergente. En effet, la sur-utilisation des antibiotiques en santé humaine n’est pas la seule raison du développement de l’antibiorésistance. Leur usage en agriculture, notamment dans les élevages intensifs pose de plus en plus problème : il provoque l’apparition de résistances chez certaines bactéries, qui ensuite se transmettent d’animaux en animaux, puis aux humains, mais aussi à l’environnement. Outre cet impact sanitaire, il entraîne aussi d’importantes pertes de production agricole, impliquant des « conséquences économiques et sociales importantes, notamment dans les pays en développement, en plus d’augmenter les risques de malnutrition »[5].

Comment cette transmission est-elle possible ? Les eaux sont très largement contaminées par les antibiotiques ainsi que par les bactéries, dont une grande proportion est désormais résistante. Par exemple, à Paris, on estime qu’un litre d’eau usée contient entre 40 et 100 mg de bactéries, dont 30 à 50% sont résistantes[6]. Ensuite, ces eaux usées vont contaminer les sols, et cette antibiorésistance sera transmise aux végétaux. Les animaux, quant à eux, sont traités avec des antibiotiques et peuvent donc être porteurs de bactéries résistantes qui vont se transmettre à l’homme qui se nourrit de ces animaux, ou par contact avec ceux-ci. En sens inverse, les hommes peuvent eux aussi transmettre ces bactéries aux animaux, particulièrement les animaux de compagnie. Puis, l’antibiorésistance revient au niveau végétal, notamment dans les cultures, par l’utilisation de fumier animal qui serait contaminé par des bactéries résistantes. On se trouve alors dans une situation de transmission multifacettes qui ne fait que prendre de l’ampleur. L’antibiorésistance constitue donc un enjeu très important du concept « One health » : santé humaine, animale et environnementale sont extrêmement liées et il est primordial d’agir d’une manière commune afin d’inverser la tendance.

Quelles actions contre l’antibiorésistance ? De nouvelles initiatives pour combattre l’antibiorésistance continuent à émerger. Par exemple, un projet collaboratif a vu le jour en 2018 entre le laboratoire Génomique Métabolique du Genoscope, le Laboratoire de mathématiques et modélisation d’Évry, le service de bactériologie de l’hôpital Henri Mondor et la fondation MSF. L’objectif de cette collaboration est de développer une application mobile capable de faciliter le diagnostic de l’antibiorésistance, grâce à l’intelligence artificielle [7]. L’implication du monde scientifique pourrait alors, grâce aux nouvelles technologies, permettre de trouver des réponses face à l’ampleur du phénomène d’antibiorésistance[8].

Au niveau international, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) se sont saisies de la question dans le cadre de leur alliance tripartite. Cette collaboration a pour but de mettre en place des « stratégies communes pour la prévention des risques sanitaires à l’interface homme-animal-écosystèmes »[9]. Depuis 2011, ces entités internationales se sont fixé trois domaines d’action prioritaires, dont l’antibiorésistance. Elles ont créé un Plan d’Action Global, qui a permis d’aider les trois organisations à développer leurs stratégies respectives, tout en assurant un alignement de leurs actions aux plans national, régional et global[10]. De plus, un secrétariat conjoint tripartite a été mis en place, afin de « favoriser la mobilisation multisectorielle contre la résistance aux antimicrobiens »[11].

Le 20 novembre 2020, durant la « Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens », les chefs de secrétariat des trois organisations de l’Alliance Tripartie ont créé une nouvelle instance : le « Groupe de direction mondial sur la résistance aux antimicrobiens », intégrant le principe « Un monde, Une santé ». Le but de ce groupe sera notamment de jouer un rôle politique au plus haut niveau pour assurer une bonne gouvernance. Selon Monique Eloit, directrice générale de l’OIE, « la résistance aux antimicrobiens est un problème qui concerne la santé animale, la santé humaine et l’environnement : il nous faut agir aujourd’hui pour protéger l’efficacité de ces médicaments »[12]. Qu Dongyu, directeur général de la FAO, ajoute qu’ « aucun secteur ne peut à lui seul résoudre ce problème. Il faut engager une action collective face à la menace que représente la résistance aux antimicrobiens, par-delà les secteurs économiques et les frontières »[13].


[1] J. BERTHET, Dictionnaire de biologie, 2013.

[2] Déclaration du Dr. FUKUDA, sous-directeur général de l’OMS pour la sécurité sanitaire, 2014.

[3] OMS, Stratégie mondiale OMS pour la maîtrise de la résistance aux antimicrobiens, 2001.

[4] https://gardp.org/what-we-do/antibiotic-resistance/

[5] Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, One Health, une seule santé pour la Terre, les animaux et les Hommes, dossier de presse, juillet 2020.

[6] https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/des-antibiotiques-a-l-antibioresistance/article/l-antibioresistance-concerne-les-hommes-mais-aussi-les-animaux-et-l

[7] https://www.univ-evry.fr/toute-lactualite/actualites-recherche/publications/diagnostiquer-la-resistance-aux-antibiotiques-grace-a-lintelligence-artificielle.html?tx_solr%5Bpage%5D=3&cHash=0a4114eed878bd02dd11c745fbe19364

[8] https://www.nature.com/articles/s41467-021-21187-3

[9] https://www.oie.int/fr/pour-les-medias/une-seule-sante/mieux-controler-les-risques-sanitaires-mondiaux/3-priorites/

[10] The Tripartite’s Commitment, oct. 2017

[11] https://www.who.int/fr

[12] OMS, « Résistance aux antimicrobiens : les dirigeants mondiaux unissent leurs forces face à l’aggravation de la crise », Communiqué de presse, 20 nov. 2020.

[13] Ibid.

Un partenariat plein d’avenir avec l’association Agriculture Cellulaire France!

L’association Agriculture Cellulaire France vient de référencer la Clinique juridique One Health-Une seule santé parmi ses nouveaux conseillers sur son site Internet. La Clinique juridique est très heureuse de ce partenariat!

Sous la direction d’Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé, cette Clinique juridique est la première Clinique juridique francophone à avoir pour objet le concept international « One Health » ou « Une seule santé ». Ce concept appelle à renouveler notre vision de la santé, en commençant par la reconnaissance de l’interdépendance du vivant. Il s’agit d’une vision de la santé qui intègre l’humain, les animaux, la biodiversité et l’environnement. Rattachée au Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay sur le campus de l’Université d’Evry, la Clinique juridique est parrainée par les députés Laëtitia Romeiro-Dias et Cédric Villani.

« Lorsque j’ai développé le projet de la Clinique juridique « One-Health-Une seule santé », j’ai immédiatement souhaité que la thématique de l’agriculture cellulaire soit au programme. L’agriculture cellulaire constitue un vaste champ d’étude pour la recherche juridique et je ne voulais pas passer à côté. Je souhaite que les étudiants cliniciens puissent découvrir le fonctionnement de l’agriculture cellulaire et les questions juridiques sous-jacentes comme celle de savoir si les produits cellulaires d’origine animale (viande, poisson, lait, oeufs…) pourraient relever de la réglementation relative à la mise sur le marché de nouveaux aliments au niveau européen? J’ai le projet de réaliser, avec l’association Agriculture cellulaire France et le Genopole, une étude d’ensemble au soutien d’un appel au développement de la recherche publique. En effet, tandis que Singapour a autorisé la vente de viande cultivée dans les laboratoires au mois de décembre 2020, il n’existe en France aucun projet de recherche publique sur le développement de l’agriculture cellulaire. Tandis que de nombreux Etats dans le monde interdisent la production et l’importation de foie gras, une start-up comme Gourmey, spécialisée dans le foie gras cellulaire, pourrait y remédier tout en promouvant cette spécificité de la gastronomie française. De manière générale, l’agriculture cellulaire est au cœur du concept « One Health » ou « Une seule santé » puisqu’il s’agit d’un instrument destiné à protéger le bien-être animal, l’environnement et à préserver la santé humaine. Ne plus avoir besoin d’élever et d’abattre les animaux pour consommer leur chair relevait il y a peu de la science-fiction. À l’heure où la sensibilité animale est entérinée par notre Code civil et où le législateur a fait une avancée considérable par la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale, il convient d’encourager et de valoriser l’agriculture cellulaire, une biotechnologie porteuse d’espoir ».

Site Internet de l’association Agriculture Cellulaire France : https://agriculturecellulaire.fr/equipe/#conseillers