CONFERENCE DE MADAME LA DEPUTEE LAËTITIA ROMEIRO DIAS LE 9 FEVRIER 2022

Madame Laëtitia Romeiro Dias, députée de l’Essonne et marraine de la Clinique juridique One Health-Une seule santé dirigée par Madame Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé, est intervenue auprès des étudiants cliniciens qui l’ont interrogée à propos de la loi de bioéthique du 2 août 2021 et de la loi visant à lutter contre la maltraitance animale du 30 novembre 2021.

La Clinique juridique a eu le plaisir de rencontrer Madame la députée Romeiro Dias lors d’une visioconférence ce mercredi 9 février 2022.

Les cliniciens ont pu obtenir des réponses très éclairantes et précises sur des sujets relatifs à la loi de bioéthique du 2 août 2021 et au bien-être animal dans le cadre de la loi visant à lutter contre la maltraitance animale du 30 novembre 2021.

Les étudiants cliniciens sont très heureux d’avoir pu participer à cet échange et sont honorés d’avoir pour marraine Madame Romeiro Dias. Ils tiennent à la remercier pour son dévouement au sein de la Clinique juridique One Health – Une seule santé !

Le concept One Health au cœur du comportement des consommateurs : vers un nouveau modèle alimentaire

par Marion Jabot et Aïssatou Kaba,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Juin 2021

Le concept « One Health » souligne l’interdépendance des écosystèmes et l’impossibilité de séparer les différents mondes du vivant. Cette biodiversité offre une richesse incommensurable mais nous rappelle la rapidité à laquelle les barrières inter-espèces peuvent être franchies. Le nombre important de maladies humaines qui ont pour origine l’animal souligne l’importance de préserver notre environnement et tous ses habitants. Les zoonoses ne se manifestent pas seulement par des franchissements aléatoires de maladies du monde animal vers les humains ; elles peuvent être la conséquence directe de nos agissements et la santé dans nos assiettes commence très tôt dans la chaîne de gestion sanitaire. L’épidémie de la « vache folle » est un bon exemple de maladie à laquelle nous n’aurions pas été confrontés si nous n’avions pas nourri des herbivores avec de la farine d’origine animale. En effet, vouloir agir pour avoir une meilleure santé implique des changements et une prise de conscience de la population, plus particulièrement des consommateurs, mais aussi des producteurs et des industriels qui bien souvent ont plus de « poids » que les consommateurs. En 1972, Antoine Riboud, fondateur de Danone, déclarait : « Il ny a quune seule terre, on ne vit quune seule fois »[1]. Cette citation marquait déjà une prise de conscience de la nécessité de changer de modèle économique, afin de préserver les ressources de la terre et la santé humaine.

Le monopole des systèmes de production standardisés. Les systèmes de production actuels sont fondés sur une standardisation, qui permet un rendement maximal sans pour autant prendre en compte la protection des écosystèmes. Dès lors, l’Union européenne appelle à une réduction de l’utilisation des pesticides chimiques et des antibiotiques dans les élevages, ainsi qu’à une expansion de l’agriculture biologique avec pour objectif d’affecter au moins 25 % des terres agricoles de l’Union à l’agriculture biologique d’ici 2030[2]. La Commission encourage également les États membres à utiliser d’autres outils tels que leurs outils fiscaux afin de favoriser les produits issus de l’agriculture biologique, par exemple en abaissant la TVA, ou encore en adoptant un étiquetage des produits permettant une meilleure transparence et compréhension pour les consommateurs. C’est dans ce contexte que certains industriels, à l’instar de Danone et de Carrefour, revendiquent et mettent en place un changement de leur protocole de production[3]. En effet, par la valorisation des sols et des écosystèmes, les industriels s’engagent à ne plus utiliser certaines substances controversées, aussi bien pour la santé humaine que pour l’environnement ou pour l’animal.

La prise en compte du principe de précaution. Ce changement dans la pratique des industriels a aussi pour origine la prise en compte par le législateur français des enjeux et des risques de l’utilisation de produits chimiques et la nécessité d’agir. En effet, à la suite du Sommet de Rio en 1992, l’émergence du principe de précaution, introduit en droit français par la loi Barnier du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’Environnement, [4]  a permis de mettre en œuvre des actions plus ciblées et de renforcer la protection et le respect de l’environnement. Selon ce principe, « l’absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l’adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l’environnement à un coût économique acceptable »[5]. En 2005, il a été reconnu au principe de précaution une valeur constitutionnelle à la suite de la révision constitutionnelle du 1er mars 2005 permettant ainsi de joindre la Charte de l’Environnement au bloc de constitutionnalité.

L’action des industriels et des grandes enseignes. Pour justifier la suppression de certaines substances controversées, les grandes enseignes comme Carrefour ou encore les magasins U[6] invoquent ce principe de précaution pour fonder leur choix de retirer certaines substances de leurs rayons. L’Enseigne Carrefour a établi une liste de 100 substances controversées qu’elle a décidé de bannir ; on retrouve au sein de cette liste le butylhydro-quinone tertiaire (BHQT)[7] qui est un additif alimentaire suspecté d’affaiblir et de dégrader notre système immunitaire. C’est toujours en s’appuyant sur ce principe qu’en 2017 Danone dévoilait un nouveau logo, mais aussi un tournant marketing par sa nouvelle vision « One Planet. One Health », illustrant l’idée selon laquelle « la santé des hommes est indissociable de celle de la planète »[8]. C’est dans ce contexte qu’ont été lancées plusieurs initiatives, notamment Danone Wexford (Irlande) qui est devenu leur premier site neutre en Carbone.  

Des consommateurs engagés. Aujourd’hui les consommateurs sont davantage conscients des risques pour leur santé et ils veulent acheter « responsable ». Selon une étude ESTEBAN[9] sur la période de 2014 à 2016, 44 % des femmes et 54 % des hommes sont en surpoids. Notre consommation alimentaire influence directement notre santé. En ce sens, une bonne alimentation constitue un enjeu de santé publique, ce qui encourage à revoir notre comportement alimentaire. Ce bouleversement des attentes des consommateurs met une certaine pression vis-à-vis des industriels. Le consommateur plus éclairé est en effet prêt à payer plus cher pour des produits de meilleure qualité respectant la biodiversité.  Pensant d’avantage aux répercussions, le consommateur s’intéresse au cycle de vie, de production, de fabrication des produits qu’il consomme, ce qui conduit les industriels traditionnels à innover afin de répondre aux besoins croissants des consommateurs en matière de transparece. 

Des nouveaux systèmes alimentaires. C’est ainsi que dans les pays Européens, des initiatives individuelles et prometteuses voient le jour, notamment par l’émergence de nouvelles formes alimentaires qui ambitionnent de modifier nos habitudes. On observe par exemple un nombre croissant de végétariens, qui au-delà de la volonté de protection de la vie animale, préconisent aussi une alimentation plus respectueuse de la terre. Cette tendance est devenue un geste « d’éco-responsabilité ». En effet, en réduisant la consommation animale, on tend à une réduction des émissions de gaz causées par l’élevage des animaux ainsi que des déforestations. Tous ces domaines sont interconnectés : l’agriculture et l’élevage sont une des raisons principales de la déforestation. On déforeste pour trouver de nouvelles terres et pour produire plus, afin de répondre à cette demande croissante.

En 2020, la Commission européenne a quant à elle adopté la stratégie « De la ferme à la fourchette : pour un système alimentaire équitable, sain et respectueux de l’environnement »[10]. S’inscrivant dans le Pacte vert pour l’Europe[11], elle reconnaît les liens indissociables entre la santé des personnes, des sociétés et de la planète. Cette stratégie propose des actions à mener à toutes les étapes de la chaîne de production à la consommation, avec un focus particulier sur les conditions de production agricole.

L’agriculture cellulaire. En parallèle de ces changements de paradigme qui s’effectuent progressivement dans le monde de l’agro-alimentaire, des modèles innovants viennent révolutionner nos assiettes. De plus en plus de start-ups et de scientifiques travaillent notamment sur la viande cellulaire, qui permet de fabriquer de la viande à partir de cellules animales. Le produit qui se retrouve dans l’assiette du consommateur n’est donc pas un substitut, il s’agit bien de vraie viande, à la seule différence qu’elle aura été obtenue à partir de reproduction cellulaire in vitro sans avoir à abattre d’animaux d’élevage. L’objectif affiché de cette nouvelle forme d’agriculture[12] est de permettre de développer des produits d’origine animale en ayant le moins d’impact possible sur l’environnement, tout en étant bénéfique pour notre santé et pour le bien-être des animaux.


[1] https://www.danone.com/fr/about-danone/sustainable-value-creation/our-vision.html

[2] Stratégie de l’UE en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030 – Ramener la nature dans nos vies, consultable sous https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/fr/QANDA_20_886

[3] Stratégie de Carrefour disponible sous https://www.carrefour.com/fr/groupe/strategie et stratégie Danone sous https://www.danone.com/fr/about-danone/sustainable-value-creation/our-vision.html

[4] Loi n° 95-101 du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement.

[5] Article L. 200-1 du code rural, tel que modifié par la loi Barnier.

[6] https://www.magasins-u.com/cooperative-u/vision-engagements/substances-controversees

[7] https://actforfood.carrefour.fr/files/Liste-des-100-substances-controversees-bannies-des-produits-Carrefour.pdf

[8] https://www.danone.com/fr/about-danone/sustainable-value-creation/our-vision.html

[9] https://www.santepubliquefrance.fr/determinants-de-sante/nutrition-et-activite-physique/documents/rapport-synthese/etude-de-sante-sur-l-environnement-la-biosurveillance-l-activite-physique-et-la-nutrition-esteban-2014-2016-chapitre-consommations-alimentair

[10] https://eur-lex.europa.eu/resource.html?uri=cellar:ea0f9f73-9ab2-11ea-9d2d-01aa75ed71a1.0002.02/DOC_1&format=PDF

[11] https://ec.europa.eu/info/strategy/priorities-2019-2024/european-green-deal_fr

[12] https://agriculturecellulaire.fr/

L’antibiorésistance et le concept « One Health »

par Manon Toumelin,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Avril 2021

Les antibiotiques, médicaments indispensables à la santé humaine, voient aujourd’hui leur efficacité menacée. Leur mauvaise utilisation pour les maladies humaines, ainsi que leur utilisation intensive en agriculture, entraînent l’apparition de bactéries développant des résistances : on parle d’antibiorésistance, phénomène constituant l’une des préoccupations actuelles majeures à l’échelle mondiale.

Qu’est ce qu’un antibiotique ? Les antibiotiques, (du grec anti : contre, et biôtikos : qui concerne la vie) sont une catégorie d’antimicrobiens ayant la capacité de tuer les bactéries (effet bactéricide) ou d’inhiber leur multiplication (effet bactériostatique)[1]. Les médicaments qui contiennent une substance antibiotique sont donc utilisés contre les infections causées uniquement par des bactéries, non par des virus sur lesquels ils sont sans effet. Les antibiotiques sont non seulement utilisés pour la santé humaine, mais également pour la santé animale et l’industrie alimentaire. Leur introduction en médecine, après la Seconde Guerre mondiale, a été l’un des progrès thérapeutiques les plus importants du XXe siècle. Elle a révolutionné la médecine en diminuant largement le nombre de décès par infections bactériennes très courantes à l’époque comme la tuberculose, la pneumonie ou la syphilis. En effet, celles-ci constituaient la première cause de mortalité en 1940, et ne sont aujourd’hui responsables que de 2% des décès en France. On estime que les traitements antibiotiques ont permis d’augmenter l’espérance de vie d’environ 15 ans des personnes y ayant recours : ils sont devenus l’un des « piliers de notre santé »[2].

Définition de l’antibiorésistance. La résistance aux antibiotiques, ou antibiorésistance, est la capacité d’un micro-organisme à résister aux effets des antibiotiques. S’il existe une résistance naturelle de certaines bactéries face aux antibiotiques, la résistance acquise au fil du temps du fait d’une mauvaise utilisation est plus préoccupante. Elle désigne l’apparition d’une résistance à un ou plusieurs antibiotiques chez une bactérie qui auparavant y était sensible.

Dès 1950, des bactéries pathogènes devenues résistantes aux antibiotiques usuels ont été mises en évidence, et ce phénomène n’a depuis cessé d’augmenter. L’efficacité des antibiotiques a poussé à l’utilisation excessive et souvent inadaptée de ceux-ci en santé humaine et animale. D’après l’OMS, le mauvais usage des antibiotiques est la cause principale de la résistance. En effet, l’ « utilisation excessive dans la plupart des régions du monde, en particulier contre des infections mineures, [la] mauvaise utilisation faute d’accès à des traitements appropriés et [la] sous-utilisation par manque de moyens financiers pour achever les traitements »[3] entraînent une pression sélective sur les molécules.

Quelles-sont ses conséquences ? Ponctuelles au départ, ces résistances sont devenues plus importantes et donc préoccupantes. En effet, elles sont responsables de 700 000 décès par an[4]. L’OMS ajoute que, si aucune action n’est prise aujourd’hui, la quasi-totalité des antibiotiques actuels seront inefficaces d’ici 2050 pour prévenir et traiter les maladies humaines. Elle affirme que la résistance aux antibiotiques atteint désormais des niveaux dangereusement élevés dans toutes les régions du monde et ajoute que, si nous ne prenons pas des mesures d’urgence, nous entrerons bientôt dans une ère post-antibiotique dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles. La situation pose donc des enjeux très importants, d’abord de santé publique, car elle risque d’entraîner le retour de nombreuses maladies mortelles aujourd’hui contrôlées voire presque éradiquées grâce aux antibiotiques, mais elle pose également un très important enjeu économique, car les mesures à prendre afin de lutter contre cette résistance ont déjà, et auront certainement de plus en plus, un coût considérable pour les États. Il s’agit  pour eux de remettre en question le fonctionnement de leurs systèmes de santé, et de revenir sur des pratiques courantes depuis des dizaines d’années. Néanmoins, selon Margaret Chan, directrice générale de l’OMS entre 2007 et 2017, la situation n’est pas inexorable. Elle estime que la prescription des antibiotiques de façon appropriée, la restriction de leur utilisation dans la production alimentaire et la lutte contre la contrefaçon pourraient mettre fin à cette menace émergente. En effet, la sur-utilisation des antibiotiques en santé humaine n’est pas la seule raison du développement de l’antibiorésistance. Leur usage en agriculture, notamment dans les élevages intensifs pose de plus en plus problème : il provoque l’apparition de résistances chez certaines bactéries, qui ensuite se transmettent d’animaux en animaux, puis aux humains, mais aussi à l’environnement. Outre cet impact sanitaire, il entraîne aussi d’importantes pertes de production agricole, impliquant des « conséquences économiques et sociales importantes, notamment dans les pays en développement, en plus d’augmenter les risques de malnutrition »[5].

Comment cette transmission est-elle possible ? Les eaux sont très largement contaminées par les antibiotiques ainsi que par les bactéries, dont une grande proportion est désormais résistante. Par exemple, à Paris, on estime qu’un litre d’eau usée contient entre 40 et 100 mg de bactéries, dont 30 à 50% sont résistantes[6]. Ensuite, ces eaux usées vont contaminer les sols, et cette antibiorésistance sera transmise aux végétaux. Les animaux, quant à eux, sont traités avec des antibiotiques et peuvent donc être porteurs de bactéries résistantes qui vont se transmettre à l’homme qui se nourrit de ces animaux, ou par contact avec ceux-ci. En sens inverse, les hommes peuvent eux aussi transmettre ces bactéries aux animaux, particulièrement les animaux de compagnie. Puis, l’antibiorésistance revient au niveau végétal, notamment dans les cultures, par l’utilisation de fumier animal qui serait contaminé par des bactéries résistantes. On se trouve alors dans une situation de transmission multifacettes qui ne fait que prendre de l’ampleur. L’antibiorésistance constitue donc un enjeu très important du concept « One health » : santé humaine, animale et environnementale sont extrêmement liées et il est primordial d’agir d’une manière commune afin d’inverser la tendance.

Quelles actions contre l’antibiorésistance ? De nouvelles initiatives pour combattre l’antibiorésistance continuent à émerger. Par exemple, un projet collaboratif a vu le jour en 2018 entre le laboratoire Génomique Métabolique du Genoscope, le Laboratoire de mathématiques et modélisation d’Évry, le service de bactériologie de l’hôpital Henri Mondor et la fondation MSF. L’objectif de cette collaboration est de développer une application mobile capable de faciliter le diagnostic de l’antibiorésistance, grâce à l’intelligence artificielle [7]. L’implication du monde scientifique pourrait alors, grâce aux nouvelles technologies, permettre de trouver des réponses face à l’ampleur du phénomène d’antibiorésistance[8].

Au niveau international, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) se sont saisies de la question dans le cadre de leur alliance tripartite. Cette collaboration a pour but de mettre en place des « stratégies communes pour la prévention des risques sanitaires à l’interface homme-animal-écosystèmes »[9]. Depuis 2011, ces entités internationales se sont fixé trois domaines d’action prioritaires, dont l’antibiorésistance. Elles ont créé un Plan d’Action Global, qui a permis d’aider les trois organisations à développer leurs stratégies respectives, tout en assurant un alignement de leurs actions aux plans national, régional et global[10]. De plus, un secrétariat conjoint tripartite a été mis en place, afin de « favoriser la mobilisation multisectorielle contre la résistance aux antimicrobiens »[11].

Le 20 novembre 2020, durant la “Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens”, les chefs de secrétariat des trois organisations de l’Alliance Tripartie ont créé une nouvelle instance : le « Groupe de direction mondial sur la résistance aux antimicrobiens », intégrant le principe « Un monde, Une santé ». Le but de ce groupe sera notamment de jouer un rôle politique au plus haut niveau pour assurer une bonne gouvernance. Selon Monique Eloit, directrice générale de l’OIE, « la résistance aux antimicrobiens est un problème qui concerne la santé animale, la santé humaine et l’environnement : il nous faut agir aujourd’hui pour protéger l’efficacité de ces médicaments »[12]. Qu Dongyu, directeur général de la FAO, ajoute qu’ « aucun secteur ne peut à lui seul résoudre ce problème. Il faut engager une action collective face à la menace que représente la résistance aux antimicrobiens, par-delà les secteurs économiques et les frontières »[13].


[1] J. BERTHET, Dictionnaire de biologie, 2013.

[2] Déclaration du Dr. FUKUDA, sous-directeur général de l’OMS pour la sécurité sanitaire, 2014.

[3] OMS, Stratégie mondiale OMS pour la maîtrise de la résistance aux antimicrobiens, 2001.

[4] https://gardp.org/what-we-do/antibiotic-resistance/

[5] Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, One Health, une seule santé pour la Terre, les animaux et les Hommes, dossier de presse, juillet 2020.

[6] https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/des-antibiotiques-a-l-antibioresistance/article/l-antibioresistance-concerne-les-hommes-mais-aussi-les-animaux-et-l

[7] https://www.univ-evry.fr/toute-lactualite/actualites-recherche/publications/diagnostiquer-la-resistance-aux-antibiotiques-grace-a-lintelligence-artificielle.html?tx_solr%5Bpage%5D=3&cHash=0a4114eed878bd02dd11c745fbe19364

[8] https://www.nature.com/articles/s41467-021-21187-3

[9] https://www.oie.int/fr/pour-les-medias/une-seule-sante/mieux-controler-les-risques-sanitaires-mondiaux/3-priorites/

[10] The Tripartite’s Commitment, oct. 2017

[11] https://www.who.int/fr

[12] OMS, « Résistance aux antimicrobiens : les dirigeants mondiaux unissent leurs forces face à l’aggravation de la crise », Communiqué de presse, 20 nov. 2020.

[13] Ibid.

Un partenariat plein d’avenir avec l’association Agriculture Cellulaire France!

L’association Agriculture Cellulaire France vient de référencer la Clinique juridique One Health-Une seule santé parmi ses nouveaux conseillers sur son site Internet. La Clinique juridique est très heureuse de ce partenariat!

Sous la direction d’Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé, cette Clinique juridique est la première Clinique juridique francophone à avoir pour objet le concept international « One Health » ou « Une seule santé ». Ce concept appelle à renouveler notre vision de la santé, en commençant par la reconnaissance de l’interdépendance du vivant. Il s’agit d’une vision de la santé qui intègre l’humain, les animaux, la biodiversité et l’environnement. Rattachée au Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay sur le campus de l’Université d’Evry, la Clinique juridique est parrainée par les députés Laëtitia Romeiro-Dias et Cédric Villani.

« Lorsque j’ai développé le projet de la Clinique juridique « One-Health-Une seule santé », j’ai immédiatement souhaité que la thématique de l’agriculture cellulaire soit au programme. L’agriculture cellulaire constitue un vaste champ d’étude pour la recherche juridique et je ne voulais pas passer à côté. Je souhaite que les étudiants cliniciens puissent découvrir le fonctionnement de l’agriculture cellulaire et les questions juridiques sous-jacentes comme celle de savoir si les produits cellulaires d’origine animale (viande, poisson, lait, oeufs…) pourraient relever de la réglementation relative à la mise sur le marché de nouveaux aliments au niveau européen? J’ai le projet de réaliser, avec l’association Agriculture cellulaire France et le Genopole, une étude d’ensemble au soutien d’un appel au développement de la recherche publique. En effet, tandis que Singapour a autorisé la vente de viande cultivée dans les laboratoires au mois de décembre 2020, il n’existe en France aucun projet de recherche publique sur le développement de l’agriculture cellulaire. Tandis que de nombreux Etats dans le monde interdisent la production et l’importation de foie gras, une start-up comme Gourmey, spécialisée dans le foie gras cellulaire, pourrait y remédier tout en promouvant cette spécificité de la gastronomie française. De manière générale, l’agriculture cellulaire est au cœur du concept « One Health » ou « Une seule santé » puisqu’il s’agit d’un instrument destiné à protéger le bien-être animal, l’environnement et à préserver la santé humaine. Ne plus avoir besoin d’élever et d’abattre les animaux pour consommer leur chair relevait il y a peu de la science-fiction. À l’heure où la sensibilité animale est entérinée par notre Code civil et où le législateur a fait une avancée considérable par la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale, il convient d’encourager et de valoriser l’agriculture cellulaire, une biotechnologie porteuse d’espoir ».

Site Internet de l’association Agriculture Cellulaire France : https://agriculturecellulaire.fr/equipe/#conseillers

Promotion 2020-2021

Qui sont les étudiants de la Clinique juridique One Health-Une seule santé? Présentation des étudiants cliniciens de la promotion 2020-2021.

Maria Aomari

Maria Aomari a obtenu avec mention bien un LLM en droit français et européen à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avant d’intégrer le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université d’Evry Paris-Saclay. Consciente que la santé est un investissement dans l’avenir et qu’une crise sanitaire peut durement toucher l’économie d’un Etat, elle considère que la mise en œuvre du concept « One Health » permettra de mieux anticiper les futures pandémies. Elle se destine à une carrière d’avocat. 

Pauline Bru

Pauline Bru a obtenu une Licence de droit public puis un Master 1 Droit de la santé à l’Université de Rennes 1 avant d’intégrer le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay. Au cours de son cursus universitaire, elle a effectué plusieurs stages en cabinet d’avocat. Elle a également participé à un séjour humanitaire de 4 mois au Népal, où elle a pu intervenir auprès de la population locale pour promouvoir l’accès à la santé et à la protection de l’environnement. Ces expériences lui ont permis de développer son esprit d’analyse et de synthèse mais aussi d’apprendre à travailler en équipe et en autonomie, à prendre la parole en public ou encore à gérer des projets. Elle se destine à une carrière dans la protection sociale.

Hajare El Gani

Hajare El Gani est titulaire d’un baccalauréat scientifique spécialité science de la vie, d’une Licence de droit public de l’Université Bourgogne Franche-Comté et d’un Master I Droit de la santé de l’Université Paris-Saclay. Elle a exercé les fonctions de chargée de mission plaidoyer UNICEF France, ce qui lui a permis de se familiariser avec les différentes initiatives politico-juridiques relatives aux enjeux sanitaires et humanitaires. Un engagement qu’elle a poursuivi en qualité de directrice UNICEF campus. En 2019, elle a participé à une simulation du Parlement européen organisée par la Maison de l’Europe de Bourgogne Franche-Comté où elle incarnait la Présidente du parti “Les verts”, ce qui l’a notamment amenée à réfléchir à la protection de l’environnement et à la défense de l’intérêt général. Passionnée par les questions de santé, notamment en lien avec le médicament, elle a intégré le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay et effectue son alternance au sein de Novartis France, comme chargée d’affaires publiques.

Marion Jabot

Marion Jabot est titulaire du diplôme de juriste européen délivré par l’Université Paris Panthéon-Assas, le King’s College London et la Humboldt Universität de Berlin et elle a validé un premier Master en droit international de la santé à l’Université de Montpellier. Après une première expérience professionnelle pour l’agence de coopération internationale allemande pour le développement auprès de l’Union africaine en Ethiopie, elle a intégré le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay. Elle est actuellement en alternance au Ministère de la santé et prépare un mémoire sur la possibilité, pour les enfants nés d’assistance médicale à la procréation avec tiers donneur, d’accéder à l’identité du donneur ouverte par le projet de loi relatif à la bioéthique.

Aïssatou Kaba

Aïssatou Kaba a obtenu une Licence générale de droit et sciences politiques et un Master 1 en droit des affaires à l’Université Paris-Saclay. Elle a ensuite intégré le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay. Attirée depuis longtemps par le domaine de la santé et des sciences, elle affectionne particulièrement les cours de droit de la bioéthique, droit de la propriété intellectuelle, droit pharmaceutique et droit des entreprises de biotechnologies. Effectuant son alternance au sein de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de l’Essonne, elle souhaiterait s’orienter vers une carrière de juriste spécialisée dans le domaine pharmaceutique. C’est aussi avec une grande joie qu’elle est fière de faire partie de la Clinique juridique “One Health-Une seule santé”, placée sous la direction de Madame Aloïse Quesne, Maitre de conférences en droit privé. Elle espère ainsi se former à la fois sur une activité de recherche appliquée et des activités pratiques telles que la rédaction de conclusions.

Léa Lemaire

Léa Lemaire a obtenu une Licence en droit et un Master 1 Justice Procès Procédures à l’Université Paris II Panthéon-Assas. Elle a décidé de poursuivre son parcours en intégrant le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay. Présentant un vif intérêt pour le droit de la propriété intellectuelle et la recherche médicale, elle effectue son alternance chez BioMérieux, une entreprise spécialisée dans le diagnostic in vitro qui se situe près de Lyon. Elle travaille au sein de la Direction Juridique en tant que juriste en Recherche et Développement et Affaires médicales. Elle aspire par la suite à devenir juriste spécialisée dans ce domaine.

Matilda Moreau

Matilda Moreau a obtenu une Licence de droit à l’Université Paris-Saclay avant d’intégrer le Master 1 Droit de la Santé de la même Université. Ayant toujours été attirée par les sciences et la santé, elle a naturellement intégré le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay. Elle effectue son alternance à la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de l’Essonne. Après l’obtention de son diplôme, elle souhaite poursuivre une carrière de juriste, spécialisée en droit de la santé.

Hugo Mulliez

Hugo Mulliez a suivi une double-licence de Droit Gestion à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avant d’intégrer un Master 1 de Droit du numérique au sein de cette même université. Au cours de cette année de Master 1, il était membre de la Clinique juridique de la Sorbonne, au sein du pôle de propriété intellectuelle . Cela lui a permis de porter les couleurs de sa Faculté au sein de la MOOT COURT de droit du numérique de l’Université Paris-Saclay. À la rentrée 2020, il a intégré le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay sur le campus d’Evry. Il effectue son alternance au service responsabilité civile médicale de l’entreprise AXA. Présentant un vif intérêt pour le droit du numérique et le droit du préjudice corporel, il souhaite par la suite devenir avocat et s’intéresse particulièrement à ces spécialités.

Manon Toumelin

Manon Toumelin a obtenu une Licence générale de droit et un Master I Droit européen et international à l’Université de Nantes. Ayant toujours eu un attrait pour le domaine médical et les questions sanitaires, elle a intégré le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay. Elle affectionne particulièrement les cours de droit de la bioéthique, droit de la recherche et droit du vivant. Effectuant son alternance au sein de l’entreprise CANON Medical Systems France, elle souhaiterait ensuite s’orienter vers une carrière de juriste spécialisée dans le domaine des biotechnologies.

Claire Yaeche

Claire Yaeche a obtenu avec mention une Licence de droit privé à l’Université de Rouen, ainsi qu’un semestre d’études à l’Université de droit de Lisbonne. Elle s’est ensuite orientée vers le Master 1 Droit de la santé de l’Université Paris-Saclay avant d’intégrer le Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies en alternance de cette même université. Elle effectue son alternance en tant que juriste au sein de la société de protection juridique JURIDICA. Ayant grandi entourée de professionnels de santé, la dimension concrète et hautement professionnalisante de ce poste l’a naturellement convaincue. Sensible aux problématiques de la procréation, elle prépare un mémoire portant sur « l’indemnisation des erreurs de diagnostics anténataux ». Elle souhaiterait, à terme, devenir avocate spécialiste en responsabilité médicale et plus particulièrement en réparation du préjudice corporel.

Cédric Villani

Photo : Yahaya Soukouna

Enseignant-chercheur en mathématique depuis 2000, Cédric Villani est député de la 5e circonscription de l’Essonne depuis juin 2017.

En tant qu’enseignant-chercheur il a exercé à Paris, Lyon, Atlanta, Berkeley, Princeton, et à l’IHES de Bures-sur-Yvette. En 2009, il est devenu directeur de l’Institut Henri Poincaré qui est l’un des plus anciens instituts de recherche du monde en mathématique et physique théorique. Ses recherches ont été couronnées par la prestigieuse Médaille Fields en 2010. Il a raconté l’expérience hors du commun de la découverte qui lui a valu cette récompense dans un journal de bord impressionniste intitulé Théorème vivant.

Sollicité par Aloïse Quesne, Cédric Villani lui a fait l’honneur d’accepter de devenir parrain de la Clinique juridique « One Health-Une seule santé ».

La directrice de la Clinique juridique a choisi M. le député Villani pour son incarnation du concept One Health, notamment en raison de ses qualités de Président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) de l’Assemblée nationale et du Sénat et de membre du groupe d’études « Condition animale » au sein de l’Assemblée nationale, mais également pour ses qualités humaines qu’il met au service du partage de la connaissance à travers des conférences destinées à tous les publics et sur tous les continents.