Ny Chris Morelle Manan, finaliste 2023

Clinicienne de la promotion 2022-2023 et aujourd’hui Ambassadrice One Health, Ny Chris Morelle Manan s’est qualifiée pour la finale du Concours de plaidoirie pour les droits des animaux, organisé par l’association Campus animaliste.

Le 30 novembre 2023, sur la scène du Théâtre de la Clarté de Boulogne-Billancourt, elle a brillamment plaidé pour l’abolition de la chasse à courre.

Découvrez-ci dessous la vidéo de sa puissante prestation suivi du texte de sa plaidoirie.

La chasse à courre : une tradition sanguinaire d’un autre âge

Mesdames et Messieurs : toute tradition est-elle bonne à être perpétuée ?

Oui, je le sais, nous sommes ici pour évoquer l’important sujet de la cause animale. Mais peut-on parler de cause animale sans aborder la notion de tradition ? Non, Mesdames et Messieurs !

Voyez-vous, la France est un très beau pays. C’est même le quatrième plus beau pays du monde selon un classement international qui récompense le patrimoine culturel et naturel, ainsi que la qualité de vie. La France attire le monde entier avec ses châteaux féeriques et son imposante Tour Eiffel. Mais au sein de ce pays merveilleux se cache des traditions au nom desquelles on traque des animaux pendant des heures pour les tuer. J’ai ainsi nommé : la chasse à courre !

Afin de comprendre pourquoi l’on doit abolir ce mode de chasse dit « traditionnel », il me faut vous expliquer ce dont il s’agit.

Héritée d’une tradition féodale, la chasse à courre, également appelée « vénerie », est un mode de chasse pratiqué à pied ou à cheval, qui jadis était réservé à l’aristocratie. Partir à la chasse à courre était un signe de noblesse, un moyen d’affirmer son titre et son rang.

Abolie à la Révolution de 1789 avant d’être réintroduite, elle concerne aujourd’hui une infime minorité de chasseurs. Moins d’un pour cent des chasseurs français s’adonnent à la chasse à courre !

Mais en quoi consiste précisément cette chasse d’un autre âge ? La vénerie consiste à lâcher une meute de chiens derrière un cerf, un sanglier ou un renard, jusqu’à ce que ces derniers, las de fatigue, se fassent capturer par les chiens puis tués au fusil, à la dague, à l’épieu ou par toute autre arme blanche par les veneurs.

Ces animaux sauvages peuvent être traqués pendant des heures, parfois sur de longues distances, traversant eaux glaciales, voies ferrées et routes fréquentées sur lesquelles ils peuvent se faire heurter, créant un grave accident bien malgré eux.

Mais par tous les Dieux, au nom de quel argument doit-on laisser perdurer cet abject privilège moyenâgeux ?

Aujourd’hui, la chasse à courre en France :

  • Ce sont 10 000 pratiquants. Je dirais plutôt 10 000 personnes qui prennent plaisir à infliger des souffrances physiques et morales aux animaux.
  • Ce sont en outre 70 départements dans lesquels ces chasses sont organisées. Là encore, je dirais que ce sont 70 départements où les habitants sont exposés à des accidents.
  • Ce sont également, 100 000 sympathisants. Je dirais plutôt 100 000 personnes qui, par leur soutien et leur silence, provoquent des cris stridents chez les animaux traqués.
  • La vénerie, ce sont également 400 équipages partout en France. Autrement dit, la vénerie connaît un succès fou dans notre siècle moderne par rapport à l’époque de la Révolution. Triste paradoxe !
  • Ce sont enfin 30 000 chiens et 7 000 chevaux qui participent à cette chasse. Je dirais plutôt que ce sont 37 000 animaux qui sont utilisés. Il est en effet important de souligner ici la maltraitance de ces animaux.

    Les chevaux harnachés patientent pendant des heures dans des vans avant d’être lancés sans ménagement dans cette longue course. En 2018, dans la forêt de Rambouillet, un cheval est mort d’un arrêt cardiaque en pleine chasse.

Les chiens sont quant à eux utilisés comme de simple outils de chasse, et vivent une vie de misère. Lorsque la période de chasse est finie, les chiens sont placés dans un chenil. Il arrive aussi que ces chiens soient blessés, et même abandonnés parce que jugés inefficaces. Au début de l’année, des associations dans le Jura ont encore fait une terrible découverte : deux chenils de chasse à courre aux conditions déplorables, avec 100 chiens livrés à eux-mêmes. Une décharge où les chiens vivaient dans leurs excréments. Mais au milieu de la forêt, qui peut les entendre ?

Suis-je donc la seule qui ait du mal à concevoir que dans notre société dite « civilisée », on en soit encore à chasser comme au Moyen Âge ? Il est absurde de vouloir maintenir cette chasse d’une autre époque.

Les veneurs soutiennent que la chasse à courre est le mode de chasse qui se rapproche le plus du mode naturel. Mais soyons sérieux, arrêtons d’user de ce grotesque mensonge !

La chasse à courre est également appelée « chasse à cor et à cri ». Car la chasse à courre est loin d’être silencieuse et il n’y a rien de naturel à faire du vacarme pour qu’un animal sorte de sa tanière. Entre nous, avez-vous déjà vu un lion jouer du cor de chasse avant de poursuivre la gazelle ? En règle générale, les animaux chassent dans le plus grand des silences. Ce remue-ménage perturbe ainsi fortement l’équilibre de la Nature mais plus encore, cette chasse n’a aucune fonction écologique étant donné que les veneurs, davantage portés sur l’acquisition de trophées de chasse, tuent les meilleurs reproducteurs alors que la prédation naturelle cible les animaux les plus faibles.

D’ailleurs qu’y a-t-il de naturel à ce qu’un animal sauvage se retrouve traqué par deux prédateurs : l’un humain (le veneur), l’autre animal (le chien) ? Dans la nature, les prédateurs naturels des cerfs, des sangliers ou des renards sont les ours, les lynx et les loups, pas l’homme et le chien volontairement affamé par ce dernier.

Qu’y a-t-il encore de naturel à poursuivre un animal jusqu’à ce que ce dernier face une crise cardiaque due à l’énorme stress que lui cause cette course effrénée pour tenter de sauver sa vie ?

Les pratiquants soutiennent encore que la vénerie est une passion et un loisir. Mais passion et loisir suffisent-ils à justifier toute cette barbarie ?

Passion et loisir suffisent-ils à justifier cette insécurité à l’encontre des riverains ainsi que des promeneurs en forêt ?

Passion et loisir suffisent-ils à justifier le traumatisme des enfants lorsqu’ils sont présents lors de ces traques, assistent et même participent à la mise à mort des animaux ?

Passion et loisir justifient-ils qu’une chasse à courre se termine en boucherie devant les enfants dans un espace de loisir comme ce fut le cas dans les Yvelines en 2014, et même dans un centre médical pour enfants handicapés, comme en témoigne cet événement inadmissible qui s’est produit dans l’Oise l’an dernier.

Une passion et un loisir mortifères doivent-ils être encore autorisés ? Non Mesdames et Messieurs !

Les veneurs soutiennent enfin que la chasse à courre est une tradition et que l’on ne devrait donc pas l’abolir.

Mais Mesdames et Messieurs, chers membres du jury, l’excision, également, était une tradition en Côte d’Ivoire, et elle a fini par être abolie.

La mort par le feu des sorcières en France était une tradition qui a été abolie.

L’esclavage, également, était une tradition qui a été abolie.

Il n’y a pas de traditions immuables.

Lorsqu’une tradition n’arrange pas, ne permettons pas qu’elle dérange plus !

L’Allemagne en 1950, la Belgique en 1995, l’Ecosse en 2002, l’Angleterre en 2005, tous ces pays ont interdit la chasse à courre. Pourquoi pas la France ?

Le nouvel article 515-14 du Code civil dispose que « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité » mais il ne s’applique pas aux animaux sauvages. Où est la logique ?  Qui peut prétendre qu’un cerf, un sanglier ou un renard n’est pas un être vivant doué de sensibilité » ?

86% des Français sont contre la chasse à courre, alors pourquoi laisser une minorité dominer la volonté de 86 % de Français ?

Il est grand temps d’abolir cette chasse anachronique !

Je ne demande pas qu’elle soit davantage réglementée, je demande qu’elle soit abolie ! Et dans cet objectif, j’appelle de mes vœux que la proposition de loi visant à abolir la chasse à courre, déposée par Monsieur le député Nicolas Thierry, et enregistrée à l’Assemblée nationale le 14 février 2023, trouvera l’issue favorable qu’elle mérite !

Alphonse de Lamartine affirmait à juste titre la formule suivante : « On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux, un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas. »

Alors Mesdames et messieurs je vous le demande à nouveau : toute tradition, est-elle bonne à être perpétuée ?

N’nan Tessougué, Lauréate du 1er Prix 2023

Clinicienne 2022-2023 et aujourd’hui Ambassadrice One Health, N’nan Tessougué à remporté le 1er Prix du jury du Concours de plaidoirie pour les animaux 2023 organisé par l’association Campus animaliste.

Lors de la finale, qui s’est déroulée le 30 novembre 2023 au Théâtre de la Clarté à Boulogne-Billancourt, N’nan Tessougué a plaidé sur le sujet de la zoophilie.

La difficulté de ce sujet abordé avec tact et pudeur a été saluée par Louis Schweitzer, Président de la Fondation Droit animal, Ethique & Sciences et président du jury. Il était accompagné par Loïc Dombreval, vétérinaire et député sous la XVe législature; Caroline Lanty, avocate au Barreau de Paris et ancienne présidente de la SPA; Stéphanie Hochet, journaliste et écrivaine; et Ilyana Aït-Ahmed, lauréate de la première édition du concours.

Le texte de sa plaidoirie, intitulée “L’animal en tant que victime d’atteinte sexuelle“, a été publié par le Village de la Justice le 22 décembre 2023.

Découvrez ci-après la vidéo de sa brillante performance, suivie de la vidéo de la proclamation des résultats.

Cérémonie inaugurale de la 4e promotion de la Clinique juridique One Health-Une seule santé

Présentation

Le lancement de la quatrième promotion de la Clinique juridique One Health-Une seule santé permettra de découvrir le riche bilan de l’année 2022-2023 ainsi que les projets mis en place et les nouveaux partenariats.

Sous la direction de Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé, cette Clinique juridique est la première Clinique juridique francophone à avoir pour objet le concept international « One Health » ou « Une seule santé ».

Ce concept appelle à renouveler notre vision de la santé, par la reconnaissance de l’interdépendance du vivant humain, animal et végétal. La Clinique juridique One Health-Une seule santé met ainsi le droit au service de la santé et du bien-être des humains, des animaux et de la Nature.

Rattachée au Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université d’Evry Paris-Saclay, la Clinique juridique est parrainée par Laëtitia Romeiro Dias et Cédric Villani, députés sous la XVe législature.

La cérémonie est accessible sur invitation. La vidéo de l’événement sera disponible prochainement.

Programme

 14h : Allocution d’ouverture

Vincent Bouhier, Président de l’Université d’Evry Paris-Saclay

14h15 : Discours introductif

Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé et directrice de la Clinique juridique One Health-Une seule santé

Avec la participation de Cathy Moralès-Frénoy, Avocate aux Barreaux de Paris et de New-York

14h30 – Première table ronde : Le Réseau des Ambassadeurs One Health

L’appréhension juridique du concept One Health
Coline Moinard, Doctorante en droit privé à l’Université d’Evry Paris-Saclay et coordinatrice du Réseau des Ambassadeurs One Health


Le rôle de H-Ambassadeur au sein de l’association Droit comme un H !

Clémance Colin, H-Ambassadrice et Ambassadrice One Health (promotion 2022-2023)

15h – Deuxième table ronde : La voix des animaux au prétoire

Présentation du Campus animaliste et du concours national de plaidoirie pour les animaux

Simon Nordmann, Coprésident et cofondateur du Campus animaliste

La chasse à courre : une tradition sanguinaire d’un autre âge

Chris Manan, Finaliste du concours de plaidoirie pour les animaux 2023, Ambassadrice One Health (promotion 2022-2023)

Plaidoyer pour la mise à mort de la corrida

Albane Savary, Finaliste du concours de plaidoirie pour les animaux 2023, Ambassadrice One Health (promotion 2022-2023)

L’animal en tant que victime d’atteinte sexuelle

N’nan Tessougué, Lauréate du 1er prix du concours de plaidoirie pour les animaux 2023, Ambassadrice One Health (promotion 2022-2023)

15h45-16h : Pause

16h – Troisième table ronde : Les droits des animaux et de la Nature en droit comparé

Les droits des animaux et de la Nature en dehors de l’Hexagone

Exposé présenté par la promotion 2023-2024 de la Clinique juridique One Health-Une seule santé

Présentation de la Commission ouverte « Droits de la Nature » du Barreau de Paris et échange avec les cliniciens

Marine Yzquierdo, Avocate, Coresponsable de la commission ouverte « Droits de la Nature » du Barreau de Paris, Membre du conseil d’administration de Notre Affaire à Tous.

La Déclaration des droits du lac : pour une meilleure protection du lac des communes de Grigny et Viry-Châtillon 

Chiara Corsini, Juriste chez Wild Legal

Aurélien Péroumal, Trésorier de l’Alliance des Lacs

Janna Boubendir, Secrétaire générale de l’Alliance des Lacs

17h – Cocktail

Victoire de N’nan Tessougué au Concours de plaidoirie pour les animaux 2023!

La Clinique juridique One Health-Une seule santé et sa directrice, Madame Aloïse Quesne, ont la joie et la fierté de vous annoncer que N’nan/o TESSOUGUE, clinicienne de la promotion 2022-2023, a obtenu le 1er prix à l’unanimité du jury du Concours de plaidoirie pour les animaux 2023!

Le jury était composé de Louis Schweitzer, président de La Fondation Droit Animal, Ethique et Sciences (LFDA)Loïc Dombreval, vétérinaire et ancien député; Caroline Lanty, avocate au Barreau de Paris; et Stéphanie Hochet, écrivaine.

La plaidoirie de N’nan Tessougué s’intitulait “L’animal en tant que victime d’atteinte sexuelle”.

Toutes nos félicitations à notre gagnante qui porte haut les couleurs de la Clinique juridique ainsi qu’à nos deux autres cliniciennes, Albane Savary et Ny Chris Morelle MANAN, qui ont également brillamment concouru lors de la finale qui s’est déroulée le 30 novembre 2023 sur la scène du Théâtre de la Clarté à Boulogne-Billancourt.

La plaidoirie d’Albane Savary s’intitulait “Plaidoyer pour la mise à mort de la corrida” et celle de Chris Manan avait pour titre “La chasse à courre : une tradition sanguinaire d’un autre âge”.

Nos trois Ambassadrices seront mises à l’honneur ce mardi 12 décembre 2023 lors de la cérémonie inaugurale de la 4e promotion de la Clinique juridique.

Coordination du Réseau

Madame Quesne a nommé Coline Moinard, doctorante en droit privé, en qualité de coordinatrice du Réseau des Ambassadeurs One Health.

Coline Moinard est titulaire d’un Master 2 en droit de la santé et des biotechnologies obtenu avec mention en septembre 2020 à l’Université d’Evry Paris-Saclay, à l’issue duquel elle a travaillé une année dans les services juridiques de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Elle a ensuite débuté une thèse sous contrat doctoral en octobre 2021, sous la direction de Madame Aloïse Quesne et la codirection de Madame Olivia Bui–Xuan. Son sujet porte sur l’appréhension juridique du concept One Health. L’objet de cette recherche consiste plus précisément à analyser la manière dont le concept « One Health » est et peut être appréhendé par le droit, tant au niveau des institutions que des textes, sur les plans international, européen et français. Il s’agit également de s’interroger sur les conséquences de la réception juridique d’une telle approche sur les différentes branches du droit, particulièrement le droit de la santé et le droit de l’environnement, et plus largement, sur les catégories juridiques traditionnelles, notamment la distinction entre choses et personnes.

Coline Moinard intervient avec plaisir au sein de la Clinique Juridique One Health-Une seule santé en qualité de coordinatrice du Réseau des Ambassadeurs One Health, constitué d’anciens cliniciens. Elle espère, à l’issue de l’obtention de son diplôme de doctorat, travailler au sein des organisations internationales ou institutions européennes comme experte ou consultante.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search