Retour sur le lancement de la 4e promotion de la Clinique juridique One Health-Une seule santé

La cérémonie inaugurale de la promotion 2023-2024 de la Clinique juridique One Health-Une seule santé s’est déroulée le 12 décembre 2023.

Vidéo de l’évènement :

À l’issue de l’allocution d’ouverture de la cérémonie par Vincent Bouhier, Président de l’Université d’Evry Paris-Saclay, Aloïse Quesne, Membre Junior de l’Institut Universitaire de France, Maître de conférences en droit privé et Directrice-fondatrice de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, a annoncé la création du Réseau des Ambassadeurs One Health composé d’anciens cliniciens.

Quatre Ambassadrices sont intervenues au cours de cet événement.

Clémance Collin a ainsi pu expliquer en détail son nouveau rôle de H-Ambassadrice au sein de l’association Droit comme un H !, partenaire de la Clinique juridique depuis l’an dernier.

Albane Savary, Ny Chris Morelle Manan et N’nan Tessougué sont quant à elle revenues sur un événement majeur : leur participation à la finale du Concours de plaidoirie pour les animaux 2023 !

Si elles ont été toutes les trois qualifiées pour la finale de ce concours national, N’nan Tessougué a remporté le 1er Prix du jury avec une plaidoirie sur la zoophilie intitulée “L’animal en tant que victime d’atteinte sexuelle”.

Simon Nordmann, Coprésident et cofondateur de l’association Campus animaliste organisatrice du concours, a expliqué la genèse de cette 2e édition, dont le prestigieux jury était composé de Louis Schweitzer, Président de La Fondation Droit animal, Ethique & Sciences; Loïc Dombreval, vétérinaire et député sous la XVe législature; Caroline Lanty, avocate au Barreau de Paris; Stéphanie Hochet, journaliste et écrivaine; et Ilyana Aït-Ahmed, lauréate de la 1e édition.

Coline Moinard, qui effectue un doctorat sur L’appréhension juridique du concept One Health, sous la direction de Madame Quesne et la codirection de Madame Bui-Xuan, a fait une communication sur son sujet de thèse. Dans le prolongement de cette intervention, Madame Quesne a annoncé la nomination de Coline Moinard en qualité de coordinatrice du Réseau des Ambassadeurs One Health.

La troisième et dernière table ronde était consacrée aux droits des animaux et de la Nature en droit comparé. À cette occasion, les cliniciens de la nouvelle promotion ont présenté un exposé sur cette thématique à Marine Yzquirdo, Avocate, Responsable de la Commission ouverte “Droits de la Nature” du Barreau de Paris et Membre du conseil d’administration de Notre Affaire à Tous. Cet exposé collectif a été réalisé dans le cadre du cours de “Droit du Vivant animal et végétal” dispensé par Madame Quesne, préalable aux activités menées dans le cadre de la Clinique juridique. Les cliniciens ont ensuite interrogé Maître Yzquierdo afin qu’elle puisse les éclairer sur des problématiques identifiées.

Ces échanges passionnants ont été utilement complétés par l’intervention d’Aurélien Péroumal qui a présenté l’association Alliance des Lacs dont il est le trésorier. Cette association a pour objectif de protéger le lac qui se trouve sur les communes de Grigny et Viry-Châtillon. Janna Boubendir, Secrétaire générale de l’Alliance des Lacs était également présente.

Afin de préserver la santé de ce lac, véritable écosystème qui abrite de nombreuses espèces animales et végétales, l’association Alliance des Lacs a rédigé, avec l’aide du programme européen Wild Legal, une Déclaration des droits du lac, dans la mouvance des droits de la Nature reconnus aux entités naturelles dans plusieurs Etats étrangers. Chiara Corsini, juriste au sein de l’association Wild Legal, a ainsi détaillé les modalités de cette coopération et la méthode de rédaction de la Déclaration adoptée au mois de novembre 2023.

Madame Aloïse Quesne remercie chaleureusement l’ensemble des partenaires de la Clinique juridique et des participants à ce bel événement, sans oublier Cathy Morales-Frénoy, Avocate en droit de l’environnement aux Barreaux de Paris et de New-York, qui a tenu à saluer les cliniciens en distanciel, avant sa prochaine intervention auprès d’eux dans le cadre de son cours intitulé “Droit des sites et des sols pollués et santé environnementale”.

Retour en images – Madame Quesne adresse ses remerciements à Monsieur Olivier Rakotovao, technicien image et son du Service d’Assistance et Accompagnement aux Usages Numériques – Production Numérique de l’Université d’Evry Paris-Saclay, pour sa disponibilité et son aide précieuse au cours de cette journée et des différents projets organisés au sein de la Clinique juridique.

Clémance Colin, candidate 2023

Clinicienne de la promotion 2022-2023 et aujourd’hui Ambassadrice One Health, Clémance Collin a participé aux présélections du Concours de plaidoirie pour les droits des animaux 2023, organisé par l’association Campus animaliste.

Elle a choisi la thématique du cirque et a réalisé une plaidoirie entièrement en vers, tel une Ode aux animaux exploités pour le divertissement de quelques uns.

Découvrez ci-après la plaidoirie de Clémance Colin en intégralité.

Un grand bravo à elle pour la qualité de sa plume !

« Sous le chapiteau… entendez la complainte des animaux ! »

Jacques     Prévert    nous    prévenait, au détour d’une page d’un terrible écueil :
« Un seul oiseau en cage, La liberté est en deuil »
Alors comment avons-nous pu enfermer tigres, lions et éléphants ?
Sous ce chapiteau distendu, pour notre seul divertissement

Il est temps de mettre fin à cette pratique cruelle
Pour leur permettre enfin d’avoir une vie plus belle
Cependant, je vous entends me dire que le combat est fini
Puisque depuis deux ans la loi désormais l’interdit

Plus d’animaux sauvages dans les spectacles itinérants
Terminé chaque soir l’esclavage sous des centaines d’applaudissements
Le     temps    des    coups    de     fouet  est maintenant révolu au nom du bien-être animal
Fini les espaces de vie exigus et les séances d’entraînement brutales

Tous ces mauvais traitements qui les faisaient vivre dans la peur
Ne correspondent plus assurément au bon vouloir des spectateurs
Néanmoins, la loi n’est pas indulgente avec les animaux domestiques
Et reste même intransigeante sur leurs exercices acrobatiques

Ainsi, chevaux, ânes, chiens, chats et encore beaucoup d’espèces
Restent soumis une nouvelle fois à la douleur, à l’angoisse et au stress
Vous me direz sûrement que ce n’est pas la même chose
Après tout ils sont déjà domestiqués
Et puis c’est pour la bonne cause
Il faut bien savoir s’amuser

Mais je n’ai pas encore parlé
De toutes les pratiques néfastes
Que l’on peut leur infliger
Pour leurs talents de gymnastes

J’ai un chien et un chat, comme beaucoup d’entre vous
Et j’ai eu beau les observer
Jamais je ne les ai vu faire la roue
Aboyer ou miauler en récitant l’alphabet

Alors peut-être y arriveraient-ils après une privation de nourriture
Ils seraient sûrement plus habiles sous la crainte de la torture
C’est pourquoi l’utilisation d’animaux me paraît plutôt cocasse
Et si vous trouvez que j’en fais trop, je vous en prie, prenez leur place

Pourquoi n’iriez-vous pas vous-même passer au travers de cerceaux en feu
Ou effectuer sans être blême je ne sais quel saut périlleux ?

Comme souvent, la France accuse bien du retard sur la cause animale
Nous serions bien vantards de prétendre ne pas leur faire de mal

La presse s’est empressée de relater nombres de cas
Et nous ne pourrions cacher le bruit de tout ce fracas
Tout le monde a en tête l’image de ces fauves rachitiques
Affalés au fond de leur cage, n’ayant plus rien de charismatique

Il y a eu également cet hippopotame qui, de souffrance, s’était mis à hurler
Le cirque l’hébergeant dans un environnement inadapté
Et quand bien même cette loi de 2021 existe
Les animaux se meurent
Ils sont toujours en piste
En attendant leur heure

Les délais d’application paraissent être une éternité
Sept ans avant la libération, quel manque d’effectivité !
Certes, depuis cette même année aucune acquisition n’est possible
Plus aucune comparaison à un objet pour ces êtres vivants devenus sensibles

Il en va de même pour les reproductions interdites en deux mille vingt-trois
Espérons qu’après cette génération, les animaux reprennent leurs droits

Malgré les efforts employés
Un plan d’action fait défaut
Pour que ces délais soient au moins respectés
Et pour éviter l’échafaud

C’est pourquoi je vous demande l’identification des animaux présents par espèce
Sous peine d’une forte amende, pour que personne on ne délaisse

Ces       délais      d’application devraient néanmoins permettre
La mise en place de structures d’accueil publiques
Afin d’accueillir les pauvres bêtes
Dans les situations les plus critiques

Car le problème réside aussi dans le fait que ces animaux sauvages ne le sont plus tellement
Nous serions bien niais de penser autrement
Cela pose des difficultés pour les réintroduire dans la nature
Comme s’ils n’avaient jamais végétés sous l’empire de la capture

La bataille juridique
Promet d’être tumultueuse
Certains maires, accompagnés par l’opinion publique
Tentent de rendre l’installation des cirques infructueuse

Les refus de les accueillir se multiplient dans les communes
Les arrêtés ne cessent de jaillir, alimentant de nombreuses tribunes
De part et d’autre on crie à l’illégalité
Les revendications de chaque partie s’accordent avec difficultés

Les élus se basent sur des troubles à l’ordre public
Les circassiens affirment que la loi leur permet encore
Leurs représentations périodiques
Et les échanges ne sont que désaccords

William Kervich, directeur du Cirque Royal évoque un génocide
Un « géno-cirque », pour être littérale, la formule me semble limpide
Pour lui, les animaux vont mourir ainsi que toute la profession
Comment voir les gens accourir sans chameaux, ours ni lions ?

À tous ceux qui sont allés au cirque un jour, je ne vous jette pas la pierre
Moi-même, enfant, je faisais tout pour assister à ces scènes meurtrières
Et c’est en grandissant (façon de parler, je vous l’accorde)
Que ce « divertissement » est devenu discorde

Il y a d’autres manières de rire
Que de mettre des animaux en danger
Permettez-moi de vous décrire
Quelques suggestions qui me semblent plus appropriées

Fermer les cirques n’est pas la solution
Au risque d’en choquer plus d’un
Il ne s’agit pas de supprimer la « tradition »
Mais de lui donner un aspect plus humain

Les arts du cirque en tant que tels
N’ont absolument rien à envier
À un éléphant en dentelle
Ou à un tigre apprivoisé

Il y a déjà des avancées pour demain
Des hologrammes remplacent les animaux
Des cirques deviennent 100 % humains
Et le spectacle n’en sera que plus beau

Clowns, funambules, trapézistes, magiciens,
Tous répondent à l’appel
Du bien-être animal comme hymne circassien
Finies les représentations cruelles

Les professionnels peuvent être accompagnés
Pour faire évoluer leurs spectacles
Et j’irai volontiers les regarder
Lorsque ce sera produit le miracle

Mesdames et Messieurs je vous remercie de m’avoir écoutée
En espérant que sous le chapiteau
Désormais vous entendrez
La complainte des animaux

Albane Savary, finaliste 2023

Clinicienne 2022-2023, Albane Savary s’est qualifiée pour la finale du Concours de plaidoirie pour les droits des animaux 2023, organisé par l’association Campus animaliste.

Lors de la finale, qui s’est déroulée le 30 novembre 2023 sur la scène du Théâtre de la Clarté à Boulogne-Billancourt, elle a plaidé pour la fin de la corrida.

Découvrez ci-après la vidéo de sa remarquable prestation ainsi que la version écrite de sa plaidoirie.

 

Plaidoyer pour la mise à mort de la corrida

« CORRIDA » : Mot de 7 lettres, 3 syllabes, qui selon les dictionnaires désigne un spectacle, une course ou encore un jeu.

Alors en entendant uniquement ce début de définition vous pourriez penser que c’est un divertissement qui semble fort attrayant, je vous l’accorde. Mais attendez un peu la fin de la définition : spectacle ou course ayant pour but la mise à mort d’un taureau. Dit autrement, mettre en scène la mort d’un animal pour divertir le public.

Alors maintenant que la définition est posée, pensez-vous vraiment qu’un enfant qui entend cette définition pourrait s’exclamer : « Maman, j’ai très envie de voir ce spectacle ! » comme s’il s’agissait d’un spectacle de marionnettes ?

Mesdames et Messieurs permettez-moi d’en douter, car les enfants n’ont rien à faire de ce que peuvent prétendre certains adultes qui affirment que « Ce spectacle est noble » ; « Cela fait partie de notre patrimoine culturel ». Non ! L’enfant ne verra qu’une chose : un animal mis à mort pour divertir un public avide de sang. Car vous l’ignorez peut-être, mais les spectacles de corrida sont gratuits pour les plus jeunes enfants. Cette banalisation de la violence est inadmissible Mesdames et Messieurs, inadmissible !

Parmi les arguments des pro-corrida, on entend régulièrement qu’il ne s’agit pas de la mise à mort d’un animal par l’homme mais d’un combat entre l’animal et l’homme. Mais encore faudrait-il que le combat soit à armes égales ! Il s’agit tout simplement de la mise en scène d’une mise à mort délibérée de l’animal par l’homme.

Cette formulation fait moins rêver je vous l’accorde et pourtant, c’est bien la réalité.

Pour vous en convaincre, permettez-moi de vous expliquer brièvement le déroulement d’une corrida, afin de mieux comprendre encore la souffrance endurée par le taureau, l’inhumanité de cette pratique et la nécessité absolue de son interdiction.

Une corrida dure au total deux heures, pendant lesquelles se succèdent six périodes de vingt minutes chacune, appelées tercios, opposant six taureaux à trois matadors. L’objectif est de mettre dans l’arène un homme lourdement armé face à un taureau fatigué et assoiffé. Il n’est par ailleurs pas rare qu’on lime les cornes du taureau afin de le désorienter, que des sacs de sable soient lâchés sur son dos pour l’affaiblir et que ses yeux soient enduits de vaseline pour rendre sa vision floue.

Mutilé et hébété, le pauvre taureau n’a pas la moindre chance face aux assauts de ses bourreaux :

  • Le tercio des piques : un picador monté sur un cheval, armé d’une pique de 2m60 va tester la bravoure de l’animal et réduire sa force.
  • Le tercio des banderilles : les banderilleros au nombre de trois, sont armés de harpons qui vont s’insérer dans les chairs afin d’affaiblir l’animal par la souffrance engendrée.  
  • Le tercio de muleta : arrivée du torero qui agite son étoffe rouge pour mieux porter les coups qui transpercent les organes, entraînant hémorragies et suffocation de l’animal.

La mort du taureau conclut le spectacle !

Voilà la belle tradition : au nom de la culture, on torture, au nom de la corrida, on tuera !

En 1994, Francis Cabrel dans sa chanson « La corrida », a magistralement décrit les sentiments du taureau lancé dans l’arène :

« Depuis le temps que je patiente dans cette chambre noire

J’entends qu’on s’amuse et qu’on chante au bout du couloir

Quelqu’un a touché le verrou

Et j’ai plongé vers le grand jour, j’ai vu les fanfares, les barrières et les gens autour

Dans les premiers moments j’ai cru qu’il fallait seulement se défendre

Mais cette place est sans issue

Je commence à comprendre

Ils ont refermé derrière moi

Ils ont eu peur que je recule

Je vais bien finir par l’avoir

Cette danseuse ridicule

Est-ce que ce monde est sérieux ? »

Je vous le demande Mesdames et Messieurs. Est-ce que ce monde est sérieux ? Conscients de faire subir de telles atrocités, c’est bien délibérément et avec ferveur que les toreros torturent et massacrent d’innocents taureaux, dans de sinistres spectacles et sous les bravos !

En France, les sévices graves et actes de cruauté commis sur un animal domestique, apprivoisé, ou tenu en captivité, sont punis de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Exception faite pour la corrida pratiquée dans le midi de la France, là où il existe une « tradition locale ininterrompue ».

Tradition locale ininterrompue, quelle belle expression pour justifier la souffrance animale !

Donc l’animal, être vivant doué de sensibilité au sens de l’article 515-14 du Code civil, a le droit de se voir infliger des sévices graves et actes de cruauté en raison d’une tradition ! La loi ne doit-elle pas être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ? Il semblerait que des dérogations soient permises…

C’est bien ce que les partisans de la corrida vous diront « La corrida, c’est une tradition, on n’y touche pas ». Mais à bien y réfléchir, une tradition n’est-elle pas censée être immuable ? Pourtant, la corrida est une tradition originaire d’Espagne, pas de France ! Elle n’a été importée dans notre pays qu’en 1870, autant dire hier à l’échèle de l’humanité … On met donc en avant ces critères fallacieux de culture et de tradition pour justifier ces pratiques jugées barbares par nombre de personnes et ce depuis le début. Car, dès son arrivée sur le sol français, la corrida avait choqué les consciences, quand bien même la cause animale n’était pas la préoccupation première des citoyens de l’époque.

Avons-nous donc à ce point régressé ?! Sommes-nous devenus si dociles pour nous dissimuler derrière cette muselière et ce voile d’atrocité, de brutalité et de barbarie ?

L’Homme, censé être le plus intelligent des animaux, le plus réfléchi, le plus à même de ressentir des sentiments, serait-ce lui qui, délibérément, fait souffrir les taureaux au nom de la tradition ?

N’avons-nous pas assez de recul sur l’Histoire pour savoir qu’une tradition peut être rompue ? Si les traditions n’avaient pas été rompues, les femmes ne porteraient pas de pantalon, notre Première ministre ne serait pas une femme et les hommes feraient toujours leur service militaire !

De plus, une question vient à se poser, une tradition est-elle forcément juste ?

Tuer des animaux pour porter leur fourrure est-ce juste ? Tuer des éléphants pour leur ivoire est-ce juste ? Je vous pose une dernière question : tuer un taureau pour le plaisir, est-ce juste ?

La réponse est « Non » Mesdames et Messieurs. Une tradition n’est pas digne d’être perpétuée lorsqu’elle provoque souffrances et mort !

Alors qu’attendons-nous pour changer les choses ?Une proposition de loi visant à abolir la corrida dénommée « Un petit pas pour l’animal, un grand pas pour l’humanité » a été enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 15 décembre 2022.

Ce que vous devez savoir c’est que plus de 500 amendements d’obstruction ont été déposés par les députés sur ce texte ! En voici quelques exemples assez concrets :

  • Un amendement pour maintenir la corrida en prévoyant une piqure contre la douleur,
  • Un amendement pour former le torero au bien-être animal,
  • Ou encore un amendement pour remplacer le titre de la proposition de loi par le suivant : « Abolir la corrida pour imposer un mode de vie parisien ».

Certains députés ont donc tout fait pour refuser le vote final qui leur donnerait tort puisque selon les sondages, 75% des français sont contre la corrida. Ils n’ont pas permis la tenue d’un débat digne sur ce sujet.

Avec un rythme de 20 amendements examinés par heure, la proposition de loi a donc dû être retirée. Demi-tour volteface, facile pour l’homme, impossible pour le taureau !

Qui sommes-nous pour infliger de telles tortures à ces taureaux ? Si un sort aussi cruel était réservé à un chat, un chien ou encore un lapin, les esprits seraient davantage effleurés et les consciences heurtées. Mais là, il ne s’agit que de taureaux, robustes bêtes aux grandes cornes, qui doivent subir, subir et ne rien dire.

Demain aux informations vous entendrez peut-être : « Un torero est mort après avoir été encorné ». Par contre, jamais vous n’entendrez : « Lors d’une corrida, un taureau a été massacré ! ».

Alors mon souhait serait que l’on annonce enfin : « Le dernier taureau a été tué lors d’une corrida. Cette pratique est désormais abolie. Celui qui perpétuera sur le territoire français de tels actes de cruauté, verra sa responsabilité engagée ».

 

 

Ny Chris Morelle Manan, finaliste 2023

Clinicienne de la promotion 2022-2023 et aujourd’hui Ambassadrice One Health, Ny Chris Morelle Manan s’est qualifiée pour la finale du Concours de plaidoirie pour les droits des animaux, organisé par l’association Campus animaliste.

Le 30 novembre 2023, sur la scène du Théâtre de la Clarté de Boulogne-Billancourt, elle a brillamment plaidé pour l’abolition de la chasse à courre.

Découvrez-ci dessous la vidéo de sa puissante prestation suivi du texte de sa plaidoirie.

La chasse à courre : une tradition sanguinaire d’un autre âge

Mesdames et Messieurs : toute tradition est-elle bonne à être perpétuée ?

Oui, je le sais, nous sommes ici pour évoquer l’important sujet de la cause animale. Mais peut-on parler de cause animale sans aborder la notion de tradition ? Non, Mesdames et Messieurs !

Voyez-vous, la France est un très beau pays. C’est même le quatrième plus beau pays du monde selon un classement international qui récompense le patrimoine culturel et naturel, ainsi que la qualité de vie. La France attire le monde entier avec ses châteaux féeriques et son imposante Tour Eiffel. Mais au sein de ce pays merveilleux se cache des traditions au nom desquelles on traque des animaux pendant des heures pour les tuer. J’ai ainsi nommé : la chasse à courre !

Afin de comprendre pourquoi l’on doit abolir ce mode de chasse dit « traditionnel », il me faut vous expliquer ce dont il s’agit.

Héritée d’une tradition féodale, la chasse à courre, également appelée « vénerie », est un mode de chasse pratiqué à pied ou à cheval, qui jadis était réservé à l’aristocratie. Partir à la chasse à courre était un signe de noblesse, un moyen d’affirmer son titre et son rang.

Abolie à la Révolution de 1789 avant d’être réintroduite, elle concerne aujourd’hui une infime minorité de chasseurs. Moins d’un pour cent des chasseurs français s’adonnent à la chasse à courre !

Mais en quoi consiste précisément cette chasse d’un autre âge ? La vénerie consiste à lâcher une meute de chiens derrière un cerf, un sanglier ou un renard, jusqu’à ce que ces derniers, las de fatigue, se fassent capturer par les chiens puis tués au fusil, à la dague, à l’épieu ou par toute autre arme blanche par les veneurs.

Ces animaux sauvages peuvent être traqués pendant des heures, parfois sur de longues distances, traversant eaux glaciales, voies ferrées et routes fréquentées sur lesquelles ils peuvent se faire heurter, créant un grave accident bien malgré eux.

Mais par tous les Dieux, au nom de quel argument doit-on laisser perdurer cet abject privilège moyenâgeux ?

Aujourd’hui, la chasse à courre en France :

  • Ce sont 10 000 pratiquants. Je dirais plutôt 10 000 personnes qui prennent plaisir à infliger des souffrances physiques et morales aux animaux.
  • Ce sont en outre 70 départements dans lesquels ces chasses sont organisées. Là encore, je dirais que ce sont 70 départements où les habitants sont exposés à des accidents.
  • Ce sont également, 100 000 sympathisants. Je dirais plutôt 100 000 personnes qui, par leur soutien et leur silence, provoquent des cris stridents chez les animaux traqués.
  • La vénerie, ce sont également 400 équipages partout en France. Autrement dit, la vénerie connaît un succès fou dans notre siècle moderne par rapport à l’époque de la Révolution. Triste paradoxe !
  • Ce sont enfin 30 000 chiens et 7 000 chevaux qui participent à cette chasse. Je dirais plutôt que ce sont 37 000 animaux qui sont utilisés. Il est en effet important de souligner ici la maltraitance de ces animaux.

    Les chevaux harnachés patientent pendant des heures dans des vans avant d’être lancés sans ménagement dans cette longue course. En 2018, dans la forêt de Rambouillet, un cheval est mort d’un arrêt cardiaque en pleine chasse.

Les chiens sont quant à eux utilisés comme de simple outils de chasse, et vivent une vie de misère. Lorsque la période de chasse est finie, les chiens sont placés dans un chenil. Il arrive aussi que ces chiens soient blessés, et même abandonnés parce que jugés inefficaces. Au début de l’année, des associations dans le Jura ont encore fait une terrible découverte : deux chenils de chasse à courre aux conditions déplorables, avec 100 chiens livrés à eux-mêmes. Une décharge où les chiens vivaient dans leurs excréments. Mais au milieu de la forêt, qui peut les entendre ?

Suis-je donc la seule qui ait du mal à concevoir que dans notre société dite « civilisée », on en soit encore à chasser comme au Moyen Âge ? Il est absurde de vouloir maintenir cette chasse d’une autre époque.

Les veneurs soutiennent que la chasse à courre est le mode de chasse qui se rapproche le plus du mode naturel. Mais soyons sérieux, arrêtons d’user de ce grotesque mensonge !

La chasse à courre est également appelée « chasse à cor et à cri ». Car la chasse à courre est loin d’être silencieuse et il n’y a rien de naturel à faire du vacarme pour qu’un animal sorte de sa tanière. Entre nous, avez-vous déjà vu un lion jouer du cor de chasse avant de poursuivre la gazelle ? En règle générale, les animaux chassent dans le plus grand des silences. Ce remue-ménage perturbe ainsi fortement l’équilibre de la Nature mais plus encore, cette chasse n’a aucune fonction écologique étant donné que les veneurs, davantage portés sur l’acquisition de trophées de chasse, tuent les meilleurs reproducteurs alors que la prédation naturelle cible les animaux les plus faibles.

D’ailleurs qu’y a-t-il de naturel à ce qu’un animal sauvage se retrouve traqué par deux prédateurs : l’un humain (le veneur), l’autre animal (le chien) ? Dans la nature, les prédateurs naturels des cerfs, des sangliers ou des renards sont les ours, les lynx et les loups, pas l’homme et le chien volontairement affamé par ce dernier.

Qu’y a-t-il encore de naturel à poursuivre un animal jusqu’à ce que ce dernier face une crise cardiaque due à l’énorme stress que lui cause cette course effrénée pour tenter de sauver sa vie ?

Les pratiquants soutiennent encore que la vénerie est une passion et un loisir. Mais passion et loisir suffisent-ils à justifier toute cette barbarie ?

Passion et loisir suffisent-ils à justifier cette insécurité à l’encontre des riverains ainsi que des promeneurs en forêt ?

Passion et loisir suffisent-ils à justifier le traumatisme des enfants lorsqu’ils sont présents lors de ces traques, assistent et même participent à la mise à mort des animaux ?

Passion et loisir justifient-ils qu’une chasse à courre se termine en boucherie devant les enfants dans un espace de loisir comme ce fut le cas dans les Yvelines en 2014, et même dans un centre médical pour enfants handicapés, comme en témoigne cet événement inadmissible qui s’est produit dans l’Oise l’an dernier.

Une passion et un loisir mortifères doivent-ils être encore autorisés ? Non Mesdames et Messieurs !

Les veneurs soutiennent enfin que la chasse à courre est une tradition et que l’on ne devrait donc pas l’abolir.

Mais Mesdames et Messieurs, chers membres du jury, l’excision, également, était une tradition en Côte d’Ivoire, et elle a fini par être abolie.

La mort par le feu des sorcières en France était une tradition qui a été abolie.

L’esclavage, également, était une tradition qui a été abolie.

Il n’y a pas de traditions immuables.

Lorsqu’une tradition n’arrange pas, ne permettons pas qu’elle dérange plus !

L’Allemagne en 1950, la Belgique en 1995, l’Ecosse en 2002, l’Angleterre en 2005, tous ces pays ont interdit la chasse à courre. Pourquoi pas la France ?

Le nouvel article 515-14 du Code civil dispose que « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité » mais il ne s’applique pas aux animaux sauvages. Où est la logique ?  Qui peut prétendre qu’un cerf, un sanglier ou un renard n’est pas un être vivant doué de sensibilité » ?

86% des Français sont contre la chasse à courre, alors pourquoi laisser une minorité dominer la volonté de 86 % de Français ?

Il est grand temps d’abolir cette chasse anachronique !

Je ne demande pas qu’elle soit davantage réglementée, je demande qu’elle soit abolie ! Et dans cet objectif, j’appelle de mes vœux que la proposition de loi visant à abolir la chasse à courre, déposée par Monsieur le député Nicolas Thierry, et enregistrée à l’Assemblée nationale le 14 février 2023, trouvera l’issue favorable qu’elle mérite !

Alphonse de Lamartine affirmait à juste titre la formule suivante : « On n’a pas deux cœurs, un pour les animaux, un pour les humains. On a un cœur ou on n’en a pas. »

Alors Mesdames et messieurs je vous le demande à nouveau : toute tradition, est-elle bonne à être perpétuée ?

N’nan Tessougué, Lauréate du 1er Prix 2023

Clinicienne 2022-2023 et aujourd’hui Ambassadrice One Health, N’nan Tessougué à remporté le 1er Prix du jury du Concours de plaidoirie pour les animaux 2023 organisé par l’association Campus animaliste.

Lors de la finale, qui s’est déroulée le 30 novembre 2023 au Théâtre de la Clarté à Boulogne-Billancourt, N’nan Tessougué a plaidé sur le sujet de la zoophilie.

La difficulté de ce sujet abordé avec tact et pudeur a été saluée par Louis Schweitzer, Président de la Fondation Droit animal, Ethique & Sciences et président du jury. Il était accompagné par Loïc Dombreval, vétérinaire et député sous la XVe législature; Caroline Lanty, avocate au Barreau de Paris et ancienne présidente de la SPA; Stéphanie Hochet, journaliste et écrivaine; et Ilyana Aït-Ahmed, lauréate de la première édition du concours.

Le texte de sa plaidoirie, intitulée “L’animal en tant que victime d’atteinte sexuelle“, a été publié par le Village de la Justice le 22 décembre 2023.

Découvrez ci-après la vidéo de sa brillante performance, suivie de la vidéo de la proclamation des résultats.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search