Clémance Colin, candidate 2023

Clinicienne de la promotion 2022-2023 et aujourd’hui Ambassadrice One Health, Clémance Collin a participé aux présélections du Concours de plaidoirie pour les droits des animaux 2023, organisé par l’association Campus animaliste.

Elle a choisi la thématique du cirque et a réalisé une plaidoirie entièrement en vers, tel une Ode aux animaux exploités pour le divertissement de quelques uns.

Découvrez ci-après la plaidoirie de Clémance Colin en intégralité.

Un grand bravo à elle pour la qualité de sa plume !

« Sous le chapiteau… entendez la complainte des animaux ! »

Jacques     Prévert    nous    prévenait, au détour d’une page d’un terrible écueil :
« Un seul oiseau en cage, La liberté est en deuil »
Alors comment avons-nous pu enfermer tigres, lions et éléphants ?
Sous ce chapiteau distendu, pour notre seul divertissement

Il est temps de mettre fin à cette pratique cruelle
Pour leur permettre enfin d’avoir une vie plus belle
Cependant, je vous entends me dire que le combat est fini
Puisque depuis deux ans la loi désormais l’interdit

Plus d’animaux sauvages dans les spectacles itinérants
Terminé chaque soir l’esclavage sous des centaines d’applaudissements
Le     temps    des    coups    de     fouet  est maintenant révolu au nom du bien-être animal
Fini les espaces de vie exigus et les séances d’entraînement brutales

Tous ces mauvais traitements qui les faisaient vivre dans la peur
Ne correspondent plus assurément au bon vouloir des spectateurs
Néanmoins, la loi n’est pas indulgente avec les animaux domestiques
Et reste même intransigeante sur leurs exercices acrobatiques

Ainsi, chevaux, ânes, chiens, chats et encore beaucoup d’espèces
Restent soumis une nouvelle fois à la douleur, à l’angoisse et au stress
Vous me direz sûrement que ce n’est pas la même chose
Après tout ils sont déjà domestiqués
Et puis c’est pour la bonne cause
Il faut bien savoir s’amuser

Mais je n’ai pas encore parlé
De toutes les pratiques néfastes
Que l’on peut leur infliger
Pour leurs talents de gymnastes

J’ai un chien et un chat, comme beaucoup d’entre vous
Et j’ai eu beau les observer
Jamais je ne les ai vu faire la roue
Aboyer ou miauler en récitant l’alphabet

Alors peut-être y arriveraient-ils après une privation de nourriture
Ils seraient sûrement plus habiles sous la crainte de la torture
C’est pourquoi l’utilisation d’animaux me paraît plutôt cocasse
Et si vous trouvez que j’en fais trop, je vous en prie, prenez leur place

Pourquoi n’iriez-vous pas vous-même passer au travers de cerceaux en feu
Ou effectuer sans être blême je ne sais quel saut périlleux ?

Comme souvent, la France accuse bien du retard sur la cause animale
Nous serions bien vantards de prétendre ne pas leur faire de mal

La presse s’est empressée de relater nombres de cas
Et nous ne pourrions cacher le bruit de tout ce fracas
Tout le monde a en tête l’image de ces fauves rachitiques
Affalés au fond de leur cage, n’ayant plus rien de charismatique

Il y a eu également cet hippopotame qui, de souffrance, s’était mis à hurler
Le cirque l’hébergeant dans un environnement inadapté
Et quand bien même cette loi de 2021 existe
Les animaux se meurent
Ils sont toujours en piste
En attendant leur heure

Les délais d’application paraissent être une éternité
Sept ans avant la libération, quel manque d’effectivité !
Certes, depuis cette même année aucune acquisition n’est possible
Plus aucune comparaison à un objet pour ces êtres vivants devenus sensibles

Il en va de même pour les reproductions interdites en deux mille vingt-trois
Espérons qu’après cette génération, les animaux reprennent leurs droits

Malgré les efforts employés
Un plan d’action fait défaut
Pour que ces délais soient au moins respectés
Et pour éviter l’échafaud

C’est pourquoi je vous demande l’identification des animaux présents par espèce
Sous peine d’une forte amende, pour que personne on ne délaisse

Ces       délais      d’application devraient néanmoins permettre
La mise en place de structures d’accueil publiques
Afin d’accueillir les pauvres bêtes
Dans les situations les plus critiques

Car le problème réside aussi dans le fait que ces animaux sauvages ne le sont plus tellement
Nous serions bien niais de penser autrement
Cela pose des difficultés pour les réintroduire dans la nature
Comme s’ils n’avaient jamais végétés sous l’empire de la capture

La bataille juridique
Promet d’être tumultueuse
Certains maires, accompagnés par l’opinion publique
Tentent de rendre l’installation des cirques infructueuse

Les refus de les accueillir se multiplient dans les communes
Les arrêtés ne cessent de jaillir, alimentant de nombreuses tribunes
De part et d’autre on crie à l’illégalité
Les revendications de chaque partie s’accordent avec difficultés

Les élus se basent sur des troubles à l’ordre public
Les circassiens affirment que la loi leur permet encore
Leurs représentations périodiques
Et les échanges ne sont que désaccords

William Kervich, directeur du Cirque Royal évoque un génocide
Un « géno-cirque », pour être littérale, la formule me semble limpide
Pour lui, les animaux vont mourir ainsi que toute la profession
Comment voir les gens accourir sans chameaux, ours ni lions ?

À tous ceux qui sont allés au cirque un jour, je ne vous jette pas la pierre
Moi-même, enfant, je faisais tout pour assister à ces scènes meurtrières
Et c’est en grandissant (façon de parler, je vous l’accorde)
Que ce « divertissement » est devenu discorde

Il y a d’autres manières de rire
Que de mettre des animaux en danger
Permettez-moi de vous décrire
Quelques suggestions qui me semblent plus appropriées

Fermer les cirques n’est pas la solution
Au risque d’en choquer plus d’un
Il ne s’agit pas de supprimer la « tradition »
Mais de lui donner un aspect plus humain

Les arts du cirque en tant que tels
N’ont absolument rien à envier
À un éléphant en dentelle
Ou à un tigre apprivoisé

Il y a déjà des avancées pour demain
Des hologrammes remplacent les animaux
Des cirques deviennent 100 % humains
Et le spectacle n’en sera que plus beau

Clowns, funambules, trapézistes, magiciens,
Tous répondent à l’appel
Du bien-être animal comme hymne circassien
Finies les représentations cruelles

Les professionnels peuvent être accompagnés
Pour faire évoluer leurs spectacles
Et j’irai volontiers les regarder
Lorsque ce sera produit le miracle

Mesdames et Messieurs je vous remercie de m’avoir écoutée
En espérant que sous le chapiteau
Désormais vous entendrez
La complainte des animaux



Citer ce billet
Aloïse Quesne (2023, 28 décembre). Clémance Colin, candidate 2023. Clinique juridique One Health-Une seule santé. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vezs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search