Albane Savary, finaliste 2023

Clinicienne 2022-2023, Albane Savary s’est qualifiée pour la finale du Concours de plaidoirie pour les droits des animaux 2023, organisé par l’association Campus animaliste.

Lors de la finale, qui s’est déroulée le 30 novembre 2023 sur la scène du Théâtre de la Clarté à Boulogne-Billancourt, elle a plaidé pour la fin de la corrida.

Découvrez ci-après la vidéo de sa remarquable prestation ainsi que la version écrite de sa plaidoirie.

 

Plaidoyer pour la mise à mort de la corrida

« CORRIDA » : Mot de 7 lettres, 3 syllabes, qui selon les dictionnaires désigne un spectacle, une course ou encore un jeu.

Alors en entendant uniquement ce début de définition vous pourriez penser que c’est un divertissement qui semble fort attrayant, je vous l’accorde. Mais attendez un peu la fin de la définition : spectacle ou course ayant pour but la mise à mort d’un taureau. Dit autrement, mettre en scène la mort d’un animal pour divertir le public.

Alors maintenant que la définition est posée, pensez-vous vraiment qu’un enfant qui entend cette définition pourrait s’exclamer : « Maman, j’ai très envie de voir ce spectacle ! » comme s’il s’agissait d’un spectacle de marionnettes ?

Mesdames et Messieurs permettez-moi d’en douter, car les enfants n’ont rien à faire de ce que peuvent prétendre certains adultes qui affirment que « Ce spectacle est noble » ; « Cela fait partie de notre patrimoine culturel ». Non ! L’enfant ne verra qu’une chose : un animal mis à mort pour divertir un public avide de sang. Car vous l’ignorez peut-être, mais les spectacles de corrida sont gratuits pour les plus jeunes enfants. Cette banalisation de la violence est inadmissible Mesdames et Messieurs, inadmissible !

Parmi les arguments des pro-corrida, on entend régulièrement qu’il ne s’agit pas de la mise à mort d’un animal par l’homme mais d’un combat entre l’animal et l’homme. Mais encore faudrait-il que le combat soit à armes égales ! Il s’agit tout simplement de la mise en scène d’une mise à mort délibérée de l’animal par l’homme.

Cette formulation fait moins rêver je vous l’accorde et pourtant, c’est bien la réalité.

Pour vous en convaincre, permettez-moi de vous expliquer brièvement le déroulement d’une corrida, afin de mieux comprendre encore la souffrance endurée par le taureau, l’inhumanité de cette pratique et la nécessité absolue de son interdiction.

Une corrida dure au total deux heures, pendant lesquelles se succèdent six périodes de vingt minutes chacune, appelées tercios, opposant six taureaux à trois matadors. L’objectif est de mettre dans l’arène un homme lourdement armé face à un taureau fatigué et assoiffé. Il n’est par ailleurs pas rare qu’on lime les cornes du taureau afin de le désorienter, que des sacs de sable soient lâchés sur son dos pour l’affaiblir et que ses yeux soient enduits de vaseline pour rendre sa vision floue.

Mutilé et hébété, le pauvre taureau n’a pas la moindre chance face aux assauts de ses bourreaux :

  • Le tercio des piques : un picador monté sur un cheval, armé d’une pique de 2m60 va tester la bravoure de l’animal et réduire sa force.
  • Le tercio des banderilles : les banderilleros au nombre de trois, sont armés de harpons qui vont s’insérer dans les chairs afin d’affaiblir l’animal par la souffrance engendrée.  
  • Le tercio de muleta : arrivée du torero qui agite son étoffe rouge pour mieux porter les coups qui transpercent les organes, entraînant hémorragies et suffocation de l’animal.

La mort du taureau conclut le spectacle !

Voilà la belle tradition : au nom de la culture, on torture, au nom de la corrida, on tuera !

En 1994, Francis Cabrel dans sa chanson « La corrida », a magistralement décrit les sentiments du taureau lancé dans l’arène :

« Depuis le temps que je patiente dans cette chambre noire

J’entends qu’on s’amuse et qu’on chante au bout du couloir

Quelqu’un a touché le verrou

Et j’ai plongé vers le grand jour, j’ai vu les fanfares, les barrières et les gens autour

Dans les premiers moments j’ai cru qu’il fallait seulement se défendre

Mais cette place est sans issue

Je commence à comprendre

Ils ont refermé derrière moi

Ils ont eu peur que je recule

Je vais bien finir par l’avoir

Cette danseuse ridicule

Est-ce que ce monde est sérieux ? »

Je vous le demande Mesdames et Messieurs. Est-ce que ce monde est sérieux ? Conscients de faire subir de telles atrocités, c’est bien délibérément et avec ferveur que les toreros torturent et massacrent d’innocents taureaux, dans de sinistres spectacles et sous les bravos !

En France, les sévices graves et actes de cruauté commis sur un animal domestique, apprivoisé, ou tenu en captivité, sont punis de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Exception faite pour la corrida pratiquée dans le midi de la France, là où il existe une « tradition locale ininterrompue ».

Tradition locale ininterrompue, quelle belle expression pour justifier la souffrance animale !

Donc l’animal, être vivant doué de sensibilité au sens de l’article 515-14 du Code civil, a le droit de se voir infliger des sévices graves et actes de cruauté en raison d’une tradition ! La loi ne doit-elle pas être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse ? Il semblerait que des dérogations soient permises…

C’est bien ce que les partisans de la corrida vous diront « La corrida, c’est une tradition, on n’y touche pas ». Mais à bien y réfléchir, une tradition n’est-elle pas censée être immuable ? Pourtant, la corrida est une tradition originaire d’Espagne, pas de France ! Elle n’a été importée dans notre pays qu’en 1870, autant dire hier à l’échèle de l’humanité … On met donc en avant ces critères fallacieux de culture et de tradition pour justifier ces pratiques jugées barbares par nombre de personnes et ce depuis le début. Car, dès son arrivée sur le sol français, la corrida avait choqué les consciences, quand bien même la cause animale n’était pas la préoccupation première des citoyens de l’époque.

Avons-nous donc à ce point régressé ?! Sommes-nous devenus si dociles pour nous dissimuler derrière cette muselière et ce voile d’atrocité, de brutalité et de barbarie ?

L’Homme, censé être le plus intelligent des animaux, le plus réfléchi, le plus à même de ressentir des sentiments, serait-ce lui qui, délibérément, fait souffrir les taureaux au nom de la tradition ?

N’avons-nous pas assez de recul sur l’Histoire pour savoir qu’une tradition peut être rompue ? Si les traditions n’avaient pas été rompues, les femmes ne porteraient pas de pantalon, notre Première ministre ne serait pas une femme et les hommes feraient toujours leur service militaire !

De plus, une question vient à se poser, une tradition est-elle forcément juste ?

Tuer des animaux pour porter leur fourrure est-ce juste ? Tuer des éléphants pour leur ivoire est-ce juste ? Je vous pose une dernière question : tuer un taureau pour le plaisir, est-ce juste ?

La réponse est « Non » Mesdames et Messieurs. Une tradition n’est pas digne d’être perpétuée lorsqu’elle provoque souffrances et mort !

Alors qu’attendons-nous pour changer les choses ?Une proposition de loi visant à abolir la corrida dénommée « Un petit pas pour l’animal, un grand pas pour l’humanité » a été enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 15 décembre 2022.

Ce que vous devez savoir c’est que plus de 500 amendements d’obstruction ont été déposés par les députés sur ce texte ! En voici quelques exemples assez concrets :

  • Un amendement pour maintenir la corrida en prévoyant une piqure contre la douleur,
  • Un amendement pour former le torero au bien-être animal,
  • Ou encore un amendement pour remplacer le titre de la proposition de loi par le suivant : « Abolir la corrida pour imposer un mode de vie parisien ».

Certains députés ont donc tout fait pour refuser le vote final qui leur donnerait tort puisque selon les sondages, 75% des français sont contre la corrida. Ils n’ont pas permis la tenue d’un débat digne sur ce sujet.

Avec un rythme de 20 amendements examinés par heure, la proposition de loi a donc dû être retirée. Demi-tour volteface, facile pour l’homme, impossible pour le taureau !

Qui sommes-nous pour infliger de telles tortures à ces taureaux ? Si un sort aussi cruel était réservé à un chat, un chien ou encore un lapin, les esprits seraient davantage effleurés et les consciences heurtées. Mais là, il ne s’agit que de taureaux, robustes bêtes aux grandes cornes, qui doivent subir, subir et ne rien dire.

Demain aux informations vous entendrez peut-être : « Un torero est mort après avoir été encorné ». Par contre, jamais vous n’entendrez : « Lors d’une corrida, un taureau a été massacré ! ».

Alors mon souhait serait que l’on annonce enfin : « Le dernier taureau a été tué lors d’une corrida. Cette pratique est désormais abolie. Celui qui perpétuera sur le territoire français de tels actes de cruauté, verra sa responsabilité engagée ».

 

 



Citer ce billet
Aloïse Quesne (2023, 28 décembre). Albane Savary, finaliste 2023. Clinique juridique One Health-Une seule santé. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vezr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search