Nuit du droit 2023 : Agnès Maatoug à l’honneur

Dans le cadre de la Nuit du droit 2023 qui s’est déroulée le 4 octobre, le tribunal judiciaire de Tulle avait organisé un concours de nouvelles sur le thème du polar, où chaque nouvelle devait avoir pour point de départ une disparition.

Le concours était ouvert au personnel du tribunal judiciaire et aux partenaires institutionnels et associatifs : services pénitentiaires d’insertion et de probation, personnels pénitentiaires, forces de sécurité intérieure, police municipale, associations partenaires…

C’est finalement Agnès Maatoug, Cheffe de cabinet du procureur de la République, qui a remporté le concours avec sa nouvelle intitulée “L’étau”.

Agnès Maatoug est référente atteintes à l’environnement et protection animale. Depuis le début de l’année elle a mis en place une formation très complète contre la maltraitance animale à l’attention des forces de l’ordre notamment. 

La nouvelle rédigée par Agnès Maatoug reflète ainsi parfaitement le concept One Health puisqu’il est question de violences conjugales et que l’animal n’est jamais bien loin. Vous pourrez en effet retrouver au fil de l’histoire la présence d’un chien pisteur, qui permet de retrouver la victime, mais également celle d’un chien d’assistance judiciaire, qui apporte son aide à la jeune Eléanore au cours de son audition.

La Clinique juridique One Health-Une seule santé félicite chaleureusement Agnès Maatoug pour cette belle récompense et vous laisse en exclusivité le privilège de lire ci-après la plume de Madame Maatoug!

L’ETAU

Le soleil commençait à peine à se lever mais faisait déjà scintiller l’eau de l’océan qui achevait sa montée, laissant bien peu de place sur les nombreuses plages de l’île désormais désertées par les touristes en ce mois d’octobre.

La marée haute l’avait empêché d’emprunter le mythique passage du Gois dont il avait souvent vu des images à la télévision, mais qu’il n’avait jamais eu l’occasion de voir en vrai, lui le parisien fraîchement arrivé à la section de recherches de Nantes. A la place de la chaussée submersible reliant l’île au continent à marée basse et des balises sur lesquelles peuvent se réfugier les personnes se faisant surprendre par la marée, il empruntait l’impressionnant pont qui lui permettait de traverser l’océan et de rejoindre l’île où il était attendu, impatiemment, par les collègues de la brigade de Noirmoutier-en-l’île.

La situation était très tendue, la femme d’un notable de La Roche sur Yon, Pierre CHARRIER, industriel puissant, avait disparu depuis 2 jours du chef lieu de l’ïle de Noirmoutier, où elle enseignait le français au collège public Molière.

Si cette belle femme de 43 ans avait toutes ses capacités mentales et physiques, le parquet de la Roche-sur-Yon avait décidé d’ouvrir une enquête en recherche des causes de la disparition, eu égard aux circonstances, Jade CHARRIER avait en effet laissé son véhicule, une mini cooper, sur le parking du collège, ses affaires de cours avaient été découvertes posées dans un couloir de l’établissement et elle venait d’envoyer un message à sa mère pour lui indiquer à quelle heure elle viendrait récupérer ses enfants. La position sociale de son époux n’était bien évidemment pas étrangère à la mobilisation importante des services de gendarmerie sur cette affaire, Monsieur CHARRIER étant très proche des préfets successifs, au vu du poids économique de ses entreprises dans le département vendéen.

Depuis 36 heures, les gendarmes de la brigade de Noirmoutier-en l’île, appuyés par la police municipale, de renforts venus d’autres brigades du continent et de réservistes, ratissaient les dunes et les forêts alentours, des vérifications avaient été faites sur les bandes de vidéosurveillance et auprès des commerçants ainsi que des loueurs de bateaux et d’avions de tourisme, en vain. Les hélicoptères tournaient, des plongeurs vérifiaient les étiers et les marais de l’île, tandis que deux chiens de la brigade cynophile étaient arrivés quelques heures auparavant. Jade CHARRIER restait pour l’heure introuvable.

Le major Benjamin MOREAU, grand brun à l’air mystérieux, se serait bien passé de cette affaire qui était la première d’envergure depuis son arrivée en Loire-Atlantique. Bien évidemment, une telle disparition, immédiatement médiatisée, ne pouvait être confiée à la brigade locale d’une coquette station balnéaire insulaire. C’est tout naturellement que la section de recherches s’était vue confier cette enquête qui s’annonçait d’ores et déjà particulière à bien des égards.

Quelques années auparavant Benjamin, désormais âgé de 46 ans, aurait été ravi de se voir confier un tel dossier, mais aujourd’hui la montée d’adrénaline n’était plus là. Et pour cause, il reprenait le travail après deux ans d’arrêt maladie, une séparation et la perte de contact avec une de ses filles.

Sa descente aux enfers avait commencé quelques années auparavant. Brillant officier de police judiciaire en résidence en brigade de recherches en région parisienne, il ne comptait pas ses heures et se montrait acharné au travail, prenant parfois trop à cœur les enquêtes dans lesquelles il était engagé. Un jour de décembre, il s’était retrouvé incapable de se lever pour se rendre à la brigade. S’en était suivies les urgences, le diagnostic de burn-out, le repos imposé et de longues journées à tenter de comprendre ce qui l’avait mené à tout ça et à essayer de sortir de cette torpeur.

Croyant apercevoir le bout du tunnel au bout de 18 mois d’inactivité professionnelle et de thérapie, sa femme, l’amour de sa vie, la mère de ses deux adorables petites filles lui annonçait qu’elle le quittait pour un collègue qui l’avait soutenue pendant ces mois de galère.

Et pour parachever le tout, sa fille aînée, qui entrait doucement dans l’adolescence refusait de le voir, le rendant responsable des déboires de la famille.

Quelques mois plus tard, vivant dans un petit appartement avec pour seul compagnon un chat roux acariâtre prénommé Sheldon, ne voyant plus ses filles et sentant qu’il sombrait peu à peu de nouveau dans la dépression, il décidait de mettre un terme à son congé maladie et sollicitait une nouvelle affectation. Ce récent changement de décor l’avait dans un premier temps soulagé, découvrir une nouvelle ville, une nouvelle région, la proximité apaisante de l’océan atlantique. Mais le retour à la vie professionnelle, les évolutions procédurales, le manque de ses filles et la blessure encore ouverte de sa séparation étaient difficiles à porter.

Pourtant la veille, lorsqu’il avait entendu en audition le mari de Jade CHARRIER, il avait senti revenir quelques automatismes et surtout ressurgir en lui ses instincts d’enquêteur, la curiosité, la volonté de découvrir la vérité. Cet homme arrogant, suffisant, lui avait laissé l’impression qu’il n’était pas étranger à la disparition de sa femme. Il reconnaissait en lui les traits du « tyran domestique », celui qui décide de tout, à qui tout le monde doit obéir et être soumis. Il en avait croisé d’autres comme lui dans sa carrière.

Egocentrique et imbu de lui-même, il y avait une sorte de contradiction entre le discours qu’il tenait sur sa merveilleuse épouse, femme d’une grande beauté, douce, intelligente, brillante enseignante adorée de ses collègues et de ses élèves, mère de famille exemplaire, et la froideur et l’indifférence qui émanaient néanmoins de lui au fur et à mesure qu’il parlait.

L’expérience et l’intuition de Benjamin l’amenaient à penser que cette affaire n’aurait pas forcément une issue positive et qu’elle prendrait rapidement une tournure criminelle. En tout cas, un drame sournois se cachait derrière tout ça, il en était certain.

Il confronterait plus tard ses premières intuitions avec les résultats de l’environnement que ses collègues étaient en train de réaliser auprès de la famille et des proches du couple.

Perdu dans ses pensées, Benjamin ne prêtait pas attention au paysage qui défilait autour de lui, forêts de pins, prés, marais salants, et il finissait par atteindre le chef-lieu de l’île et sa destination la brigade territoriale autonome de Noirmoutier-en-l’île. Cette dernière était installée dans un ensemble de basses maisons blanches typiquement vendéennes. Il était accueilli par le commandant de brigade, major tout comme lui, mais plus âgé, proche de la retraite.

Ce dernier lui dressait un bilan des investigations jusqu’alors menées et des moyens de recherche mobilisés. Aucune piste n’était pour l’heure privilégiée et aucun élément utile à la manifestation de la vérité n’était apparu.

Après un bref silence, le commandant de brigade tenta d’engager la conversation sur la récente affectation de Benjamin. Ce dernier tentait tant bien que mal d’éluder les questions lorsqu’un sous-officier pénétra dans la petite salle de réunion où ils étaient installés pour faire un bref rapport sur les recherches en cours. Les plongeurs avaient achevé de sonder les marais et aucun corps n’avait, heureusement été retrouvé.

Au même moment, le téléphone portable du major MOREAU sonna. Au bout du fil, l’adjudant-chef commandant la maison de protection des familles de la Vendée s’empressait de lui révéler le contenu de l’audition de la petite fille du couple CHARRIER, Eléanore, qui avait livré des éléments très intéressants, mais néanmoins inquiétants sur la vie de ses parents. Entendue au Centre d’accueil vendéen des victimes mineures du Centre hospitalier départemental de la Roche-sur-Yon par deux enquêteurs spécialisés dans l’audition des mineurs, l’enfant avait confirmé les craintes de Benjamin. Aidée par la présence rassurante du chien d’assistance judiciaire Falcor, un croisé golden retriever, Eléanore avait livré un récit glaçant sur le quotidien de cette famille, qui de l’extérieur, renvoyait une image quasi parfaite. Elle expliquait que, bien souvent, son papa, qui était peu présent à la maison, s’en prenait à sa maman. Cela pouvait partir d’un détail insignifiant comme le fait qu’ils aient tous fini de dîner avant son retour à la maison. Les insultes commençaient alors à pleuvoir : « tu n’es qu’une bonne à rien, je ne sais pas pourquoi je t’ai épousée. Tu veux partir, c’est ça, mais sans moi tu ne serais rien, personne ne voudra jamais de toi….. », s’en suivaient le chantage, les menaces : « je vais partir, prendre un appartement en ville comme ça vous serez débarrassés de moi, c’est tout ce que vous souhaitez…. » puis il quittait la pièce, allant se réfugier dans son bureau installé au sous-sol.

Sa maman partait s’isoler dans la salle de bain, où Eléanore la rejoignait pour la consoler comme elle le pouvait, du haut de ses 6 ans. Elle précisait aux enquêteurs, qui malgré leur expérience ressentaient l’émotion et la colère que suscitaient un tel récit, que ces crises se renouvelaient plusieurs fois par semaine. En revanche, interrogée à ce sujet, elle affirmait que jamais son père n’avait levé sa main sur sa mère, ni sur elle ou son frère. Les violences étaient uniquement verbales, une torture psychologique exercée au quotidien par ce bourreau sur ses victimes.

L’audition du grand frère Raphaël n’avait quant à elle pas apporté beaucoup à l’enquête. Il restait terré dans le silence, mutique, manifestement effrayé et traumatisé par ce père maltraitant.

Benjamin était perturbé par ces révélations bien qu’elles viennent confirmer ses premières intuitions. Il ne savait pas en revanche les suites qu’allaient prendre l’affaire : une disparition soudaine face à une situation qui n’était plus soutenable, ou un énième féminicide qui allait encore plus défrayer la chronique que d’habitude ?

La vision de ces dernières années de dépression, de sa femme qu’il n’avait jamais traitée qu’avec amour et respect, de l’annonce de la séparation, de ses filles le rejetant lui revenait soudain de plein fouet. Il avait brusquement besoin de sortir de la pièce, de prendre l’air, respirer l’air marin, se calmer.

Une fois à l’extérieur, appuyé à la rambarde, il commença à s’apaiser et à remettre de l’ordre dans ses idées. Il rappela immédiatement l’adjudant-chef et en tant que directeur d’enquête lui donna des directives. Elle devait faire entendre de nouveau les enfants pour voir s’ils avaient pu surprendre leur père proférer récemment des menaces, notamment des menaces de mort, à leur mère. Il n’était pas d’usage de procéder à plusieurs auditions pour les mineurs mais il sentait qu’il y avait urgence à agir. Il regagnait ensuite rapidement les bureaux et demandait si les proches de la disparue et ses collègues avaient pu être entendus. Il fallait absolument qu’il trouve quelque chose, une orientation, savoir si Jade s’était déjà confiée à quelqu’un sur l’enfer conjugal qui était le sien. Il demandait ensuite à ce que les associations de victimes de violences conjugales soient contactées sur le champ, afin de vérifier si elles connaissaient Madame CHARRIER.

Une fois ces dispositions prises, lui et le commandant de brigade décidaient de se rendre sur le terrain, et plus précisément au collège Molière, lieu de la disparition.

Au cours du trajet, un appel téléphonique les informait qu’un troisième chien de pistage, Odin, venait de partir sur une piste de manière empressée depuis environ 5 minutes. Le véhicule de patrouille prit donc la direction du Bois de la Chaize, qui surplombe la magnifique plage des Dames avec ses cabines bicolores. Lorsqu’ils arrivèrent dans la rue qui traversait la forêt et qui menait aux plages, ils virent un balai de véhicules de gendarmerie, de secours et des hommes vêtus de divers uniformes courant dans tous les sens. Un militaire s’approcha en courant et haletant de la voiture et dit de manière saccadée : « le chien, le chien, il l’a retrouvée, elle est plus loin là-bas dans la forêt, elle est couchée à côté d’un arbre, elle ne bouge plus ». Les deux majors s’extirpèrent du véhicule et se mirent à courir à travers bois. Il ne leur fallut que 30 secondes pour atteindre le lieu de la découverte mais cela leur parut une éternité. Tout en courant Benjamin se répétait : « pourvu qu’elle ne soit pas morte, pourvu qu’elle ne soit pas morte ».

Lorsqu’il arriva sur place, il vit une femme assise contre un arbre couché au sol, qui enlaçait ses bras autour de ses genoux et basculait sa tête d’avant, en arrière, en sanglots et qui gémissait.

A côté se tenaient deux gendarmes et trois pompiers, dont le maître-chien, propriétaire d’Odin, le vigoureux Saint-Hubert, champion de France de pistage, qui avait retrouvé la disparue.

Soulagé de voir que cette dernière était toujours en vie, Benjamin commença à s’approcher d’elle et lorsqu’il s’agenouilla face à elle, il vit émerger de sous ses boucles brunes un visage désespéré, mais magnifique. Alors qu’il plongeait ses yeux bleus-verts dans les grands yeux marrons de Jade, cette dernière murmura, en sanglots : « ce n’est pas de ma faute, j’étais obligée, il m’aurait tuée si j’étais restée. » Le major saisit les mains de la victime, car désormais elle en était officiellement une, et lui dit d’un ton apaisant : « Ne vous inquiétez pas, tout ira bien maintenant, nous allons vous aider, vous et vos enfants ».

Alors que l’équipe du SMUR de Challans arrivait en courant auprès d’eux, Benjamin sentit peu à peu la vie revenir à lui et l’espoir renaître, face à cette femme vulnérable mais forte. En tant qu’enquêteur, il avait désormais la tâche de réunir les éléments qui permettraient d’enclencher les poursuites pour les violences psychologiques exercées par cet homme, s’il en est un, et d’aboutir à sa condamnation.



Citer ce billet
Aloïse Quesne (2023, 30 octobre). Nuit du droit 2023 : Agnès Maatoug à l’honneur. Clinique juridique One Health-Une seule santé. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/muv8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search