Qui sont les Ambassadeurs One Health?

Des cliniciens sensibilisés au concept One Health deviennent des citoyens soucieux de la protection de la biodiversité et de l’interconnexion du vivant.

Le Réseau des Ambassadeurs One Health, constitué d’anciens cliniciens de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, participe ainsi à la mise en lumière du concept One Health, pour transmettre un message éthique et responsable à la société et aux jeunes générations.

  • Imane AMELHAY (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne? 

Être membre de la clinique juridique « One Health-une seule santé » m’a aidé à acquérir certaines compétences qui me permettent aujourd’hui d’être, au plan personnel comme professionnel, engagée et consciente des enjeux de santé actuels. 

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne ? 

Les difficultés rencontrées en tant que clinicienne étaient de parvenir à conjuguer vie étudiante et vie professionnelle, en plus des différents projets et évènements liés à la clinique.  

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ? 

Les principaux souvenirs que je garde de la clinique juridique sont liés aux différents travaux sur lesquels nous avons été amenés à travailler, notamment la rédaction d’un livre blanc sur le thème de l’agriculture cellulaire. Ce projet était le plus intense de l’ensemble des sujets sur lequel nous avons travaillé. Il a demandé une organisation conséquente du fait du partage de l’écriture entre l’ensemble des cliniciens, et beaucoup de persévérance, du début des recherches jusqu’à la production de la version finale du livre.  

4) Quelle est votre activité actuelle ? 

Je suis actuellement Juriste responsable des achats pharmaceutiques au sein du CHR de Metz-Thionville. 

5) Que représente pour vous le concept One Health? 

Le concept One Health représente pour moi l’équilibre entre les 3 branches fondamentales de santé pour l’Être vivant : l’être humain, l’être animal et l’environnement. Cette notion mérite selon moi à être davantage connue et étudiée dans la mesure où chacun est concerné par sa propre santé et celle de l’environnement dans lequel il évolue.  

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens? 

J’aimerais que par ses travaux, la Clinique se développe et fasse connaitre à davantage de monde le principe du concept « One Health » et ses enjeux juridiques, afin d’atteindre et de sensibiliser un maximum de personnes s’intéressant de près ou de loin à la santé environnementale. 

  • Maria AOMARI (Promotion 2020-2021)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne?

La participation à la clinique juridique One Health-Une seule santé est avant tout une activité citoyenne. La clinique juridique a permis à l’étudiante que j’étais d’aborder la santé dans un contexte mondial et de s’intéresser aux solutions qui répondent à la fois à des enjeux de santé et des enjeux environnementaux.

2) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé?

Les conditions particulières du travail au sein de la Clinique juridique permettent d’apporter de nouvelles compétences. En effet, la Clinique juridique a renforcé mes capacités de travail en équipe et m’a permis d’explorer des domaines du droit que je n’ai pas forcément étudié dans mon cursus universitaire.

3) Quelle est votre activité actuelle

Avocat en droit de la santé/droit des affaires

4) Que représente pour vous le concept One Health?

La pandémie de Covid 19 a révélé d’une manière spectaculaire le lien qui existe entre la surexploitation des espèces sauvages et l’émergence de maladies incontrôlables. Le concept « One health » est le résumé de notre avenir. En effet, la corrélation entre santé humaine, santé animale et respect des écosystèmes ne fait plus aucun doute.

5) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

Je souhaiterai faire une brève intervention auprès des futurs cliniciens afin d’expliquer le concept « One health ».

  • Pauline BRU (Promotion 2020-2021)

 1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

J’ai passé une année riche en apprentissage. La Clinique juridique m’a permis d’envisager le droit sous un angle pratique, de compléter ma formation universitaire aux côtés de professionnels passionnés. J’ai pu développer mes capacités d’analyse, de recherche et surtout de réflexion juridique. J’ai été sensibilisée aux problèmes quotidiens. J’ai appris à travailler en équipe, à développer mes compétences en matière de collaboration et en gestion de projets juridiques. 

J’ai appris à identifier les sources juridiques pertinentes, à analyser des décisions de justice et à trouver des arguments solides pour soutenir les positions. J’ai été amenée à rédiger plusieurs documents (articles de presse, plaidoiries, etc.) en développant ainsi des compétences en rédaction précise, concise et persuasive, en adaptant le style d’écriture aux besoins spécifiques de chaque cas. Avec les nombreux exposés, j’ai pu développer mes compétences en plaidoyer, en argumentation et en communication orale.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne ?

Apprendre à travailler en équipe. 

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ?

L’inauguration aux côtés de nos parrains, l’écriture d’un article universitaire et les thèmes de l’agriculture cellulaire.

4) Quelle est votre activité actuelle ?

Je suis juriste en droit de la santé/droit de la fonction publique dans un organisme public national.

5) Que représente pour vous le concept One Health ?

Dans une approche personnelle, le concept One Health m’a révélé une prise de conscience de l’interconnexion entre la santé humaine, animale et environnementale et l’adoption d’un mode de vie durable qui favorise la santé globale.

Petit à petit, je favorise une intégration du concept One Health dans ma vie quotidienne. Cela implique plusieurs actions :


– Prendre soin de ma propre santé : reconnaître que mon bien-être personnel est étroitement lié à mon environnement et aux animaux qui y vivent. Cela signifie pour moi adopter des habitudes de vie saines, telles qu’une alimentation équilibrée, de l’exercice régulier, une gestion du stress et des visites médicales préventives.

– Respecter le bien-être animal : comprendre que les animaux ont également besoin de soins et de respect. Cela se traduit désormais par des choix conscients en matière d’alimentation, en privilégiant des sources alimentaires éthiques et durables, en évitant les produits testés sur les animaux et en soutenant des pratiques d’élevage responsables.

– Contribuer à la préservation de l’environnement : la santé de notre planète a un impact direct sur ma propre santé individuelle et celle des autres espèces. Ainsi, j’essaie d’adopter des pratiques respectueuses de l’environnement, telles que réduire mon empreinte carbone, augmenter mon taux de recyclage, j’essaie d’utiliser de façon responsable des ressources naturelles afin d’œuvrer à la protection des écosystèmes. 

– Favoriser la sensibilisation et l’éducation : dès que j’ai l’occasion, je partage mes connaissances sur le concept One Health avec mon entourage et j’encourage une prise de conscience collective.

– S’engager dans des actions communautaires : c’est le point que j’aimerais le plus développer à l’avenir afin de participer à des actions et des initiatives locales visant à promouvoir la santé globale (bénévolat dans des refuges pour animaux, initiatives de nettoyage de l’environnement, le soutien à des programmes de santé, la participation à des campagnes de vaccination pour les animaux, etc.).

Je suis désormais intimement convaincue qu’en mettant en pratique ces principes, on peut tous, à notre échelle, contribuer à notre propre bien-être, à la santé des animaux et à la préservation de l’environnement. 

In fine, le concept One Health consiste à reconnaître notre responsabilité individuelle dans la promotion d’une santé globale durable et équilibrée.

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

En tant qu’Ambassadeur du Réseau et dans le but de transmettre aux futurs cliniciens, voici quelques initiatives que je pourrais initier/réaliser :

1. Programme de mentorat : aider à la mise en place un programme de mentorat qui jumelle les étudiants en droit clinique avec des praticiens expérimentés/anciens étudiants. Ce programme permettrait aux futurs cliniciens de bénéficier de conseils, de soutien et de conseils d’experts dans le domaine juridique.

2. Ateliers et formations : organiser des ateliers et des formations axés sur les compétences pratiques nécessaires pour être un clinicien efficace. On pourrait inclure des sessions de recherche juridique, de rédaction, de plaidoirie, de gestion de cas et de communication avec les clients.

3. Réseautage professionnel : organiser des événements de réseautage qui rassemblent les étudiants en droit clinique, les anciens étudiants, les praticiens du droit et d’autres professionnels du secteur juridique. De cette façon, on pourrait tous se connecter avec des professionnels, établir des contacts et explorer des opportunités de carrière.

4. Partenariats avec des organisations externes : développer des partenariats avec des organisations, des organismes à but non lucratif ou des cabinets d’avocats, afin de fournir aux étudiants en droit clinique des opportunités de stages ou de projets juridiques concrets.

5. Publication et recherche : encourager les étudiants en droit clinique à partager leurs expériences, leurs recherches et leurs réflexions à travers des publications, des articles et des présentations. Cela permettrait de diffuser les connaissances et les bonnes pratiques en matière de droit clinique.

6. Partage d’expériences : organiser des séances de partage d’expériences où les anciens étudiants en droit clinique peuvent raconter leurs parcours, les défis qu’ils ont rencontrés et les leçons qu’ils ont apprises. Cela permettrait aux futurs cliniciens de bénéficier des perspectives et des conseils pratiques des anciens.

  • Clémance Colin (promotion 2022-2023)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

Pendant mon expérience de clinicienne, j’ai acquis une compréhension approfondie de l’interconnexion entre les domaines de la santé humaine, animale et environnementale. Cela m’a permis d’explorer divers aspects du droit de la santé, tout en développant une vision plus holistique des enjeux actuels.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne ?

Participer à un concours de plaidoirie animaliste m’a largement fait sortir de ma zone de confort et m’a confrontée à la complexité du droit animal. Ce concours m’a permis d’approfondir ma compréhension des enjeux juridiques et éthiques qui y sont associés.

Mais l’une des difficultés majeures auxquelles j’ai été confrontée était la nécessité de travailler en groupe sur certains projets. Parfois, cela impliquait la collaboration de toute la promotion sur un même article, ce qui, à mon sens, rendait le travail moins efficace et difficile à gérer. La diversité des opinions et des approches était enrichissante, mais dans certains cas, la taille du groupe pouvait rendre la coordination complexe et nuire à la qualité du travail fourni. Cette expérience m’a appris l’importance de la collaboration tout en mettant en lumière les défis organisationnels liés à un groupe trop important pour mener à bien un projet spécifique.

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardés de votre passage par la clinique juridique One Health-Une seule santé ?

Mes souvenirs les plus marquants sont les rencontres inspirantes avec les avocats Maîtres Fawzi et Juglar. Ces rencontres m’ont permis de rejoindre l’association Droit comme un H! en tant que H-ambassadrice suite à leur présentation.

Cette association est devenue un point d’ancrage essentiel dans mon parcours professionnel, me permettant de partager mes idées et mon expérience vis-à-vis du handicap auquel je suis confrontée. Je suis intervenue très récemment – et pour la première fois- au sein du cabinet d’avocats DLA Piper en tant que H-Ambassadrice, où j’ai pu partager mes idées sur l’inclusion et le handicap dans le domaine juridique, mais aussi plus largement.

4) Quelle est votre activité actuelle ?

Après avoir été juriste en alternance dans un laboratoire pharmaceutique, j’occupe désormais un poste de juriste au Service d’aide au recouvrement des victimes d’infraction (SARVI). 

5) Que représente pour vous le concept One Health ?

Le concept One Health représente pour moi une approche interdisciplinaire essentielle qui reconnaît l’interconnexion entre la santé humaine, animale et environnementale. C’est une vision intégrée qui exige une collaboration entre différents domaines pour promouvoir la santé et le bien-être de tous.

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens ?

En tant qu’ambassadrice One Health, j’aimerais initier des collaborations plus étroites entre les différentes disciplines, organiser des événements de sensibilisation et transmettre aux futurs cliniciens l’importance de l’ouverture d’esprit et de la collaboration dans ce domaine complexe et évolutif.

Pour finir, je tenais à remercier Madame Quesne car je suis reconnaissante pour toutes les opportunités et les enseignements que j’ai reçus au sein de la clinique One Health. Mon engagement envers la promotion d’une approche intégrée de la santé et du droit reste fort, et je suis impatiente de continuer à contribuer à cette vision dans le futur.

  • Clémence DEFFAYET (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

En premier lieu, j’ai véritablement appris à travailler en groupe sur des thématiques juridiques (les années de droit ne nous permettent pas souvent de mener des projets de groupe). 

En second lieu, j’ai pu découvrir des exercices juridiques jamais appréhendés auparavant, tels que la rédaction d’un livre blanc, d’un article ou de conclusions ou encore plaider.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne ?

Le parcours en alternance laisse très peu de temps libre pour pouvoir se consacrer aux divers exercices pratiques de la clinique.

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ?

Ce fut une année intense, riche intellectuellement avec la possibilité d’aborder des sujets d’actualité et transversaux (encadrement de l’IA, viande cellulaire…). En raison de la spécificité de notre master, nous avons également pu aborder des questions scientifiques, ce qui m’a permis de renouer avec mes premières connaissances liées à mon cursus en biologie et science vétérinaire.

Les travaux de groupe nous permettant de nous retrouver en dehors des cours, j’ai passé d’excellents moments avec mes camarades. 

4) Quelle est votre activité actuelle ?

Je suis stagiaire au sein du cabinet LPA-CGR, dans le secteur santé (je travaille avec Morgane Morey, ma maître d’alternance chez Fidal). 

5) Que représente pour vous le concept One Health ?

Le concept est très novateur et mérite d’être abordé dans les masters santé et environnement. C’est un sujet d’actualité, je traite cette question au quotidien dans le cabinet notamment pour la question des pénuries de médicaments (les usines de production de médicaments sont démantelées en France car elles ne respectent pas les normes industrielles mais ces délocalisations sont à l’origine des ruptures d’approvisionnement lorsque la Chine ou encore l’Inde ferment leurs frontières ou ne peuvent plus produire autant…).  

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens ?

J’espère tout d’abord pouvoir rencontrer les futurs cliniciens et échanger avec ces derniers. J’ai adoré organiser un colloque lors de mon master 1 et serai ravie de pouvoir participer à nouveau à ce type d’exercice. 

  • Anaïs DUARTE DA SILVA (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne?

En étant clinicienne, j’ai eu l’opportunité de découvrir de nouvelles thématiques tout en étant supervisée et conseillée par Madame Aloïse Quesne.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne?

Les thèmes abordés sont d’actualité. Ainsi, au cours de nos recherches, nous avons constaté que les sources peuvent s’avérer peu nombreuses. Nous avons donc réalisé un travail de recherche approfondi et rigoureux.

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule ?

Je retiens de la clinique juridique un travail collectif. L’ensemble de la clinique juridique a rédigé, sous la direction d’Aloïse Quesne, un Livre blanc intitulé ” Agriculture cellulaire : les enjeux juridiques et éthiques de l’alimentation de demain”. Ces périodes de recherche, de réflexion et de rédaction ont permis de produire un ouvrage précurseur et traitant des nombreux aspects de l’agriculture cellulaire. Nous avons également eu l’opportunité d’échanger avec des professionnels afin de comprendre au mieux les enjeux qui en découlent.

4) Que représente pour vous le concept One Health?

Les atteintes à l’environnement sont nombreuses et la Terre nous en montre des signes. Il est important de comprendre l’interdépendance existante entre l’homme, l’animal et l’environnement. Effectivement, la santé humaine ne peut être préservée qu’en tenant compte de l’unicité du vivant. La clinique juridique s’intéresse à des thèmes essentiels et communs à tous permettant une meilleure compréhension du monde qui nous entoure.

5) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

Le réseau des cliniciens doit perdurer. Les travaux proposés au sein du master permettent une réflexion sur ces thématiques. Il est important que ces travaux continuent et qu’ils soient connus du plus grand nombre.

  • Hajare EL GANI (Promotion 2020-2021)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

La Clinique One Health-Une seule santé est une véritable expérience et immersion juridique à la fois pratique et théorique, très diversifiée et enrichissante. Elle m’a permis de rencontrer des professionnels du droit et de comprendre la réalité de leur métier mais également d’échanger sur l’évolution, les attentes et les besoins du secteur.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne ?

Je n’identifie pas de difficulté particulière si ce n’est la capacité d’adaptation qui est le maître mot en qualité de cliniciens, il s’agit de se mettre dans la peau d’un véritable conseiller et d’acquérir instantanément les bons réflexes juridiques.  

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ? 

La plaidoirie et l’étude d’un dossier en dommage corporel avec une avocate. Cela permet de se plonger dans le métier le plus connu du droit et de comprendre le quotidien à la fois administratif, humain et juridique d’un métier social comme celui d’avocat ou de magistrat ou de greffier.  

4) Quelle est votre activité actuelle ?

Adjointe chef de service juriste. 

5) Que représente pour vous le concept One Health ?

Avec la crise sanitaire les parties prenantes prennent davantage en compte la dimension systémique du vivant et les impacts du franchissement de la barrière inter-espèces. Ce concept permet un décloisonnement des professions/experts, une démarche qui me paraît essentielle pour protéger la santé de tous. 

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

La santé et l’environnement sont l’avenir de notre société et le juriste est très attendu sur leurs réglementations. L’échange entre praticiens de tous les métiers est crucial, il convient donc d’entretenir des espaces de réflexion et d’échange sur des cas concrets. 

  • Ny Chris Morelle MANAN (Promotion 2022-2023)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne?

De manière générale, les cliniques juridiques sont d’une importance capitale pour nous, étudiants en Droit, en ce sens que les activités menées dans les cliniques juridiques renforcent nos compétences et nous permettent de travailler sur des cas réels tout au long de notre cursus.

Mais ce qui est intéressant c’est la spécificité de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, car elle défend une cause noble : celle de l’animal.

C’est en étant au sein de cette clinique juridique que j’ai pu vraiment cerner la souffrance animale. On ne mesure pas assez l’ampleur de la souffrance animale. C’est réellement triste de voir ce qu’on inflige à cette catégorie d’êtres vivants doués de sensibilité (au sens de la loi). Une chose conduisant à une autre, j’ai également su qu’il existait d’autres méthodes alternatives (viande cultivée) pouvant permettre fin à la souffrance animale en matière agroalimentaire.

Les dispositions en faveur des animaux certes évoluent, mais évoluent avec une lenteur étonnante.

De même, c’est en étant clinicienne que j’ai su à juste titre qu’il existe un lien indéniable entre la santé animale, environnementale et humaine. Si bien que le mal fait à l’une de ces catégories peut affecter ou impacter l’autre catégorie.

Outre ce point, en tant que clinicienne, j’ai appris à travailler en équipe. Ce n’est guère une tâche aisée. Il faut à la fois faire correspondre nos disponibilités afin de travailler sur nos exercices en week-end. Mais également, s’adapter au rythme des autres. Au fil des exercices, j’ai su m’adapter réellement au travail d’équipe et aujourd’hui, c’est une compétence qui m’est très utile dans mon nouvel environnement professionnel.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne?

Majoritairement, ces difficultés proviennent des relations avec les autres. Comme je le disais plus haut, travailler en groupe, ce n’est pas aussi facile que cela paraît. Chacun défend ses idées, chacun a son rythme de travail. Il faut donc savoir concilier tout ça et trouver un juste milieu qui arrange tout le monde. Or, trouver le juste milieu pour travailler harmonieusement ensemble pouvait être comparé aux 12 travaux d’Hercule tant la tâche n’était pas aisée.

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé?

L’un de mes principaux souvenirs est celui de la conférence de lancement du Livre blanc sur l’agriculture cellulaire. Je l’ai trouvée parfaitement réussie. Les filles de la promotion passée avaient une réelle maîtrise sur le sujet de l’agriculture cellulaire. Elles ont effectué un travail énorme et magnifique (le Livre blanc). Également, pouvoir échanger avec des personnes telles que Maître JUGLAR, Madame ROMEIRO DIAS, Monsieur Cédric VILLANI, est une expérience significative.

J’ai également gardé un très bon souvenir de deux plaidoiries. La première avec Maître Audrey BERNARD. Au cours de cette plaidoirie en binôme, il nous a été donné de porter la Robe Noire, de se sentir plus proche que jamais de la profession d’Avocat. C’est une très belle expérience que de se sentir dans la peau d’un avocat. Et moi et ma binôme, N’nan Tessougué, avons bien joué le jeu. Nous avons défendu la cause de notre client qui réclamait une indemnisation à la suite d’un accident.

La seconde plaidoirie était celle du concours de plaidoirie animaliste. Un concours qui nous a été présenté par notre Professeure, Madame Aloïse QUESNE. Notons qu’elle ne nous a pas simplement présenté ce concours mais elle a été avec nous du début (par les préparations) à la fin (par sa présence lors de la finale). Et pour cela, je lui suis infiniment reconnaissante.

Pour ce concours, j’ai décidé de traiter de la chasse à courre. Pourquoi ce sujet ? Alors, pour ma part, j’ai horreur des traditions décalées ! Donc je me suis dit que je pouvais interpeller le public sur cette « abomination » que l’on classifie de tradition. Par ailleurs, j’ai perdu un membre de ma famille lors d’une chasse. Il avait été tué par l’animal qu’ils avaient pris en chasse. Depuis cet épisode tragique, la chasse n’a plus été une tradition dans ma famille. Et les tragédies lors des périodes de chasse, ce n’est pas ce qui manque.

J’ai été très heureuse d’apprendre que j’avais été présélectionnée pour la finale. Ah la finale, sacrée finale ! L’objectif visé n’a certes pas été atteint, mais j’ai été heureuse de faire partie des candidats, de plaider pour la cause animale devant un jury d’exception, mes proches et ma Prof.

4) Quelle est votre activité actuelle?

Juriste en Droit de la santé.

5) Que représente pour vous le concept One Health?

Pour moi, le concept One Health est un changement de culture qui nous concerne tous. C’est également une opportunité unique qui permettra à notre monde de mieux se porter (tant pour l’environnement, les humains, les végétaux, que pour les animaux).

Le concept One Health, c’est aussi un moyen de permettre un travail collaboratif entre plusieurs spécialistes afin de parvenir à freiner les maladies infectieuses entre les animaux et les hommes par exemple, les zoonoses.

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

Je pense qu’il serait tout à l’avantage de la clinique de lui donner une plus grande visibilité. Il serait donc intéressant d’organiser des conférences ou des tables rondes, de mettre en place un programme de mentorat et ou de réseautage professionnel. Et à l’avenir, de s’ouvrir au monde en qualité d’association. Ça serait topissime !

  • Elise MASSOUMOU MOUGUIAMA (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

Dans le cadre des activités de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, j’ai eu l’opportunité d’appréhender la rédaction des conclusions juridiques, et de mieux cerner les contours de la pratique de l’agriculture cellulaire par le biais des travaux de recherche menés.

2) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ?

J’ai été ravie de me prêter à l’exercice de plaidoiries et à participer à la rédaction du Livre blanc sur l’agriculture cellulaire.

3) Quelle est votre activité actuelle ?

Mon passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé m’a permis d’obtenir mon stage de fin d’étude auprès de Maître Bernard, une avocate spécialisée en droit du dommage corporel qui intervient au sein de la Clinique. J’ai ensuite directement pu être recrutée en tant que juriste en droit de la santé par cette même avocate, au sein du Cabinet ACG Avocats.

4) Que représente pour vous le concept One Health?

À la croisée des chemins de la santé humaine, animale et environnementale, le concept One Health permet de nous éclairer sur les différents enjeux qui s’y rapporte. Il représente ainsi un levier de réflexion mais aussi de sensibilisation d’une importance indéniable.

  • Pauline OLINGOU (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

J’ai appris à avoir un esprit critique et d’analyse afin de traiter un sujet donné.

2) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ?

La rédaction de l’article juridique : ça a été une bonne expérience car c’était la première fois que je rédigeais un article qui a été publié par la suite donc c’est très valorisant en tant qu’étudiante et ça apporte de la plus-value à notre cursus universitaire selon moi.

3) Que représente pour vous le concept One Health?

Une alliance entre santé et droit pour un monde plus sain prenant en compte toutes les problématiques environnementales de notre société.

  • Cynthia PASSAGE (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne ?

Être clinicienne m’a permis d’appréhender de nouvelles expériences, comme le fait de plaider un dossier, et de nouvelles matières comme l’évolution de l’agriculture cellulaire dont j’ignorais les origines, les évolutions juridiques et sociétales.

2) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé ?

Je me souviens essentiellement de deux événements marquants. Le premier relatif à l’exercice de plaidoirie qui a été une source d’anxiété et de fierté. Le fait de porter une robe d’avocat, de plaider sur un véritable dossier devant Maître Audrey BERNARD du Cabinet ACG Avocats fût un challenge intimidant aux premiers abords mais surtout édifiant en ce qu’il nous force à nous surpasser en tant que Juriste. Aussi, je me souviens particulièrement de notre rencontre avec Madame la députée ROMEIRO DIAS lors d’une visioconférence sur la loi bioéthique du 2 août 2021 et le bien-être animal dans le cadre de la loi visant à lutter contre la maltraitance animale du 30 novembre 2021. Cet échange fût très instructif et nous a également permis de prendre contact avec notre marraine.

3) Quelle est votre activité actuelle ?

Je suis juriste dans les assurances de personnes.

4) Que représente pour vous le concept One Health?

Selon moi, le concept One Health est un concept prônant les évolutions en matière de santé et concernant l’ensemble des êtres vivants.

5) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens ?

J’aimerais pouvoir participer à d’autres événements et pouvoir accompagner les futurs cliniciens dans les nouvelles opportunités offertes par la Clinique juridique.
En ce sens, j’aimerais pouvoir initier et partager un nouveau projet, accompagnée de Madame Quesne, afin de mettre en lumière un nouveau sujet sur le concept One Health.

6) Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Il est également important de mentionner que devenir clinicien(ne) implique une charge de travail importante et une nécessité d’organisation et de travail d’équipe. Néanmoins, les réflexions intellectuelles personnelles et/ou collectives sont passionnantes.

  • Solane PRETRE (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne?

Lors de mon expérience en tant que clinicienne à la Clinique juridique One Health-Une seule santé, j’ai appris à appréhender sous un nouvel œil le monde qui m’entoure et à développer un certain sens critique. J’ai découvert un grand nombre de problématiques qui m’étaient alors inconnues, notamment celles relatives à l’agriculture cellulaire ou encore au chimérisme. 

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne?

Je n’ai pas réellement rencontré de difficultés en tant que clinicienne. Tous les sujets abordés étaient passionnants et nous poussaient à la réflexion, ce qui a rendu nos missions divertissantes et stimulantes. 

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule ?

J’aime à me remémorer la qualité des interventions que nous avons eues grâce aux professionnels que nous avons pu rencontrer. Mais je garde aussi précieusement les souvenirs des heures passées avec mes camarades cliniciens. 

4) Quelle est votre activité actuelle ?

Aujourd’hui, j’exerce la profession de juriste en responsabilité Médicale au sein de l’assurance La Médicale.

5) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

En tant que membre du réseau des ambassadeurs, j’aimerais permettre aux futurs cliniciens de s’épanouir personnellement à travers l’appréhension de nouveaux sujets leur permettant d’aiguiser leur sens critique et leur esprit d’analyse.  

  • Julie RENARD (Promotion 2021-2022)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne?

Faire partie de la Clinique juridique One Health-Une seule santé m’a permis d’acquérir une vision plus précise des enjeux et liens entre santé humaine, animale et environnementale. Par ailleurs j’ai pu développer et améliorer de nombreuses compétences plus techniques telles que la rédaction, la préparation de présentations ou encore l’expression orale.

2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne?

Faire partie de la Clinique juridique n’a pas représenté une difficulté en soi. Cependant cela nécessite de l’investissement et du temps afin de fournir un travail de qualité.

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé?

Mes principaux souvenirs sont la rédaction de l’article pour le Village de la Justice et la participation à la rédaction du Livre blanc sur l’agriculture cellulaire ainsi qu’à sa présentation à la faculté d’Evry lors de son lancement. En effet, il s’agit de projets qui ont demandé beaucoup d’investissement mais qui ont été extrêmement intéressants. De plus, participer à l’élaboration de tels projets et de les voir se concrétiser représente une réelle satisfaction.

4) Quelle est votre activité actuelle ?

Je travaille actuellement pour le laboratoire Syneos Health qui me déploie au sein d’un autre laboratoire (MSD France – Merck) afin de gérer des contrats portant sur la recherche clinique et l’aspect financier de ceux-ci.

5) Que représente pour vous le concept One Health?;

Le concept One Health représente pour moi la convergence entre différentes notions que sont la santé humaine, animale et environnementale et l’importance de les considérer aussi bien individuellement que collectivement étant donné l’influence qu’ils ont les uns sur les autres. Il s’agit d’un concept actuel mais qui a une très grande importance pour le futur de chacun.

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens?

Il me semble important de conserver un lien entre le réseau des ambassadeurs et les futurs cliniciens afin de pouvoir partager notamment l’expérience et quelques conseils qui pourraient leur être bénéfique dans le cadre de la participation à la clinique juridique. Cela pourrait notamment passer par l’organisation d’événements et de rencontres afin de pouvoir échanger sur le concept One Health.

  • N’nan TESSOUGUE (Promotion 2022-2023)

1) Qu’avez-vous appris lorsque vous étiez clinicienne?

En tant que clinicienne au sein de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, j’ai appris au fil des mois que l’animal politique d’Aristote et l’animal du Code Civil sont deux êtres indissociables. En effet, tandis que le premier tente d’édicter des textes protecteurs, le second quant à lui, ne cesse de contribuer au bien-être de la société humaine.  

 2) Quelles sont les difficultés que vous avez pu rencontrer en qualité de clinicienne?

Les activités de rédaction étaient principalement réalisées en groupe. Ce qui était très bien afin de développer un esprit d’équipe. Toutefois, la difficulté résidait parfois dans l’équilibre des parties lors des activités de rédaction ou encore dans l’harmonisation des idées. Dans le cadre de la rédaction d’un article réalisé en trio intitulé “Aux abords d’une véritable protection de la situation des enfants intersexués” sous la direction de Madame QUESNE et disponible sur le site du village de justice ( https://www.village-justice.com/articles/aux-abords-une-veritable-protection-situation-des-enfants-intersexues,46733.html ), mes camarades de promotion, Laurine Krieger-Gall, Lucie Teodora Amaro et moi-même, sommes parvenues malgré nos styles rédactionnels distincts, à trouver un équilibre et à uniformiser nos propos. En revanche, l’article collectif “Euthanasie et handicap” entrepris par toute la promotion n’a pas connu l’objectif escompté. 

3) Quels sont les principaux souvenirs que vous avez gardé de votre passage par la Clinique juridique One Health-Une seule santé?

Je vous fais la confidence suivante : j’ai intégré le master 2 Droit de la Santé et des Biotechnologies certes en raison de son large programme axé sur la bioéthique, le droit pénal de la santé, l’assurance appliquée, la responsabilité médicale, droit comparé de bioéthique, la propriété industrielle… mais aussi pour l’existence d’un cours en droit du vivant animal et végétal approfondi au sein d’une clinique juridique dénommée One health-Une seule santé.

Je conserve de beaux souvenirs de mon passage à la Clinique juridique One health-Une seule santé. Lorsque l’on décide d’embrasser la cause animale, la société et parfois, notre entourage a tendance à banaliser notre choix et à nous tourner au ridicule. Il est donc parfois difficile d’oser affirmer, sans craindre d’être lynché, notre volonté de défendre les animaux. Pour ma part, je n’ai jamais laissé la clameur publique me dissuader de la cause noble qu’est la nôtre, prêter notre voix aux animaux afin qu’elle soit ” la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir”, pour reprendre les pensées d’Aimé Césaire. 

La Clinique juridique One Health-Une seule santé est une opportunité véritable qui nous est offerte par sa directrice, Madame Aloïse QUESNE, au regard de la diversité des activités réalisées. L’an dernier, j’ai pu rencontrer divers professionnels du droit, des avocats dont Maîtres JUGLAR et FAWZI et j’ai notamment eu le privilège de rencontrer Madame ROMEIRO DIAS, Monsieur Cédric VILLANI, tous deux députés intervenant au sein de la Clinique juridique en qualité de parrain et marraine. J’ai également pu assister à la conférence donnée par Maître Cathy MORALES-FRENOY sur le droit de l’environnement. J’ai pu participer à une plaidoirie préparée à partir de faits réels sur la réparation des dommages corporels sous l’égide de Maître Audrey BERNARD. Ces rencontres et exercices m’ont permis d’améliorer mes capacités rédactionnelles et oratoires.  

En tant que clinicienne, ce fut également l’occasion d’entendre parler du concours de plaidoirie organisé par le Campus Animaliste et de rencontrer Madame Ilyana Aït Ahmed, lauréate du premier prix de la première édition du concours, qui est venue nous rencontrer pendant un cours de Madame QUESNE. La présentation du concours et les rencontres faites, c’était décidé, je ferai partie des 5 cliniciens à se présenter au concours. Mon sujet était déjà bien pensé : les atteintes sexuelles faites aux animaux. J’avais en effet traité cette thématique dans le cadre de mon mémoire de Master 1, déjà rédigé sous la direction de Madame QUESNE, intitulé “La zoophilie, une infraction attentatoire à l’intégrité de l’animal”. 

J’ai pu travailler mon sujet, affiner mes réflexions, toucher et retoucher mon texte, préparer l’exercice oral avec Madame QUESNE qui a toujours été disponible et m’a toujours accompagnée dans ce projet. Le concours aurait lieu en novembre. À cet effet, des séances de répétition avec Madame QUESNE et des exercices oraux devant la promotion avant la présélection ont eu lieu. Les conseils avisés de Madame QUESNE m’ont été d’une grande utilité dans la réalisation de ce projet. 

À la mi-octobre, les candidatures au concours étaient ouvertes. Je décide donc de m’inscrire sur le créneau du 10 novembre 2023 pour un passage à 18h par visio-conférence. Étant bloquée dans les embouteillages, je demande à décaler mon horaire de passage à 18h30. Ma demande validée, j’arrive à mon domicile à 18h27 et me connecte via le lien transmis pour la visio-conférence de présélection. D’une voix étourdie par la course engagée contre le train, je m’excuse et présente mon sujet pendant 08 minutes et 57 secondes devant un premier jury composé des membres du Campus animaliste. Mon passage étant filmé, il serait transmis aux autres membres du jury avant le délibéré. C’était fait, je venais de passer le premier cap. Il fallait attendre les résultats. 

Ah l’attente, que je la hais parfois ! Voilà une autre épreuve silencieuse et pourtant stressante, le cœur qui bat la chamade, les mains qui deviennent moites et parfois, la sensation étouffante de la chaleur qui envahit en plein automne car ma présentation finale dépendra de ma présélection. 

Le 17 novembre, un courriel m’annonce que j’ai été présélectionnée afin de participer à la finale aux côtés de 6 autres finalistes le 30 novembre 2023 devant un jury hautement qualifié composé de Louis SCHWEITER, Loïc DOMBREVAL, Caroline LANTY, Stéphanie HOCHET et Ilyana Aït AHMED. 

Le jour de l’événement, j’étais la dernière à présenter ma plaidoirie intitulée “L’animal en tant que victime d’atteinte sexuelle”. En attendant mon passage, je m’aperçois ne plus avoir mon sujet pourtant imprimé en deux exemplaires à mon arrivée sur place ! Un rire puis un calme laissant place à la réflexion et la course à une imprimerie. Heureusement, un caissier décide de me rendre service en imprimant ma plaidoirie !

Ma plaidoirie de nouveau en mains, je patiente, écoutant les autres candidats avec attention. Je monte sur la scène et plaide sous le regard attentif de tous. C’était également fait, je venais de passer le deuxième cap.

Les prestations terminées, les membres du jury s’isolent pour délibérer laissant place à l’attente des résultats. Un prix spécial fut dévoilé puis les 3e et 2e prix du concours furent dévoilés. Enfin, j’entends “le 1er prix est décerné à N’nan TESSOUGUE” ! La joie a pris alors le pas sur tout le reste ! 

Tels sont les firmaments brasillant que je conserve de la Clinique juridique One Health-Une seule santé : un suivi sérieux par Madame QUESNE, une diversité des activités, des opportunités riches, des rencontres professionnelles et intellectuelles!

4) Quelle est votre activité actuelle ?

J’exerce en tant qu’Audiencière en droit de la sécurité sociale au Département des Affaires Juridiques de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Yvelines à Versailles.  

5) Que représente pour vous le concept One Health?

Le concept One Health représente la véritable évolution des temps modernes; comprendre que toutes les formes de vie (animale, humaine et environnementale) ne constituent qu’un seul tout et que la protection de l’une produit des corollaires pour l’autre. 

6) Qu’aimeriez-vous initier/réaliser dans le cadre du réseau des ambassadeurs et transmettre aux futurs cliniciens? 

J’estime qu’il est important de procéder à des formations auprès du jeune public sur le concept One Health car la survie de notre société repose sur l’éveil et l’instruction des plus jeunes. J’aimerais participer à des colloques interdisciplinaires sur ces thématiques. Une extension des partenariats auprès d’associations de défense des animaux serait également intéressante. 

Je voudrais enfin féliciter Madame QUESNE, une professeure passionnée, engagée et brillante qui dirige avec audace et rigueur une Clinique Juridique innovante ! 



Citer ce billet
Aloïse Quesne (2023, 6 octobre). Qui sont les Ambassadeurs One Health? Clinique juridique One Health-Une seule santé. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/muv6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search