Retour sur le colloque “Campus durable”, Fête de la science 2022. Université d’Évry, 13 octobre 2022.

Retrouver la communication de Aloïse Quesne, directrice de la Clinique juridique One Health-Une seule santé, intitulée “L’interaction de l’homme sur les espaces naturels” (minutes 5’45 à 23). Elle répond ensuite aux questions posées par le public.

Lien vers la vidéo : https://mediaserveur.univ-evry.fr/permalink/v12663c446ccaa7ea1pk/iframe/

Résumé de son intervention :

Défrichage des forêts, utilisation massive de la faune et de la flore, exploitation minière, épandage de pesticides et construction d’infrastructures sont autant d’activités anthropiques sources de destruction des espaces naturels. Pendant des siècles, la Nature a été perçue par nos ancêtres comme toute-puissante : une déesse suprême, inépuisable, sur laquelle l’homme n’avait que peu de pouvoirs. Cependant, les catastrophes écologiques du 20e siècle, d’ordre nucléaire, pétrolier ou climatique, ont conduit peu à peu les esprits contemporains à prendre conscience de la gravité des préjudices infligés à la Nature, et à reconnaître sa vulnérabilité. À présent, nous découvrons que notre action sur le monde est globale et que les activités humaines nous conduisent à atteindre les limites planétaires, c’est-à-dire les seuils d’altération de nos écosystèmes au-delà desquels notre planète pourrait devenir inhabitable pour les êtres humains. L’homme et les espaces naturels forment un « tout » interconnecté. En effet, lorsque le sol, l’air ou l’eau sont dégradés, ce sont autant de risques de développer des maladies. Par ailleurs, certains polluants restent actifs sur de très longues périodes, ce qui contrevient au droit à un environnement sain, y compris pour les générations futures. La santé des espaces naturels et la santé humaine sont intimement liées. C’est la définition même du concept One Health, que l’on peut traduire par « Une seule santé ».

Une question se pose : ces thématiques d’intérêt général doivent-elles être appréhendées par l’Université ? La réponse, assurément positive, est désormais ancrée dans les textes. La loi n°2020-1674 du 24 décembre 2020 a en effet créé une nouvelle mission de service public de l’enseignement supérieur : celle de contribuer à la sensibilisation et à la formation aux enjeux de la transition écologique et du développement durable. En ce sens, j’ai créé un cours de droit du vivant animal et végétal au sein du Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies et fondé la Clinique juridique One Health-Une seule santé dès la rentrée 2020. Cette structure permet aux étudiants cliniciens de travailler sur ces questions dans le cadre de projets tutorés innovants. La préservation des espèces et des espaces doit aller de pair. Respecter l’animal et les espaces naturels, c’est aussi respecter l’homme. L’Université d’Evry s’est engagée dans ce processus et il convient désormais d’imaginer de nouveaux moyens permettant de porter à la connaissance de tous nos étudiants, dès leur première année et dans toutes les disciplines, les enjeux de la conservation de la biodiversité. Il est en effet urgent de transmettre ce message éthique et responsable aux jeunes générations afin de s’unir et, dans un effort collectif, de construire notre avenir.



Citer ce billet
Aloïse Quesne (2023, 8 mars). Retour sur le colloque “Campus durable”, Fête de la science 2022. Université d’Évry, 13 octobre 2022. Clinique juridique One Health-Une seule santé. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/muux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search