Un partenariat plein d’avenir avec l’association Agriculture Cellulaire France!

L’association Agriculture Cellulaire France vient de référencer la Clinique juridique One Health-Une seule santé parmi ses nouveaux conseillers sur son site Internet. La Clinique juridique est très heureuse de ce partenariat!

Sous la direction d’Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé, cette Clinique juridique est la première Clinique juridique francophone à avoir pour objet le concept international « One Health » ou « Une seule santé ». Ce concept appelle à renouveler notre vision de la santé, en commençant par la reconnaissance de l’interdépendance du vivant. Il s’agit d’une vision de la santé qui intègre l’humain, les animaux, la biodiversité et l’environnement. Rattachée au Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay sur le campus de l’Université d’Evry, la Clinique juridique est parrainée par les députés Laëtitia Romeiro-Dias et Cédric Villani.

« Lorsque j’ai développé le projet de la Clinique juridique « One-Health-Une seule santé », j’ai immédiatement souhaité que la thématique de l’agriculture cellulaire soit au programme. L’agriculture cellulaire constitue un vaste champ d’étude pour la recherche juridique et je ne voulais pas passer à côté. Je souhaite que les étudiants cliniciens puissent découvrir le fonctionnement de l’agriculture cellulaire et les questions juridiques sous-jacentes comme celle de savoir si les produits cellulaires d’origine animale (viande, poisson, lait, oeufs…) pourraient relever de la réglementation relative à la mise sur le marché de nouveaux aliments au niveau européen? J’ai le projet de réaliser, avec l’association Agriculture cellulaire France et le Genopole, une étude d’ensemble au soutien d’un appel au développement de la recherche publique. En effet, tandis que Singapour a autorisé la vente de viande cultivée dans les laboratoires au mois de décembre 2020, il n’existe en France aucun projet de recherche publique sur le développement de l’agriculture cellulaire. Tandis que de nombreux Etats dans le monde interdisent la production et l’importation de foie gras, une start-up comme Gourmey, spécialisée dans le foie gras cellulaire, pourrait y remédier tout en promouvant cette spécificité de la gastronomie française. De manière générale, l’agriculture cellulaire est au cœur du concept « One Health » ou « Une seule santé » puisqu’il s’agit d’un instrument destiné à protéger le bien-être animal, l’environnement et à préserver la santé humaine. Ne plus avoir besoin d’élever et d’abattre les animaux pour consommer leur chair relevait il y a peu de la science-fiction. À l’heure où la sensibilité animale est entérinée par notre Code civil et où le législateur a fait une avancée considérable par la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale, il convient d’encourager et de valoriser l’agriculture cellulaire, une biotechnologie porteuse d’espoir ».

Site Internet de l’association Agriculture Cellulaire France : https://agriculturecellulaire.fr/equipe/#conseillers

Cédric Villani

Photo : Yahaya Soukouna

Enseignant-chercheur en mathématique depuis 2000, Cédric Villani fut député de la 5e circonscription de l’Essonne de 2017 à 2022.

En tant qu’enseignant-chercheur il a exercé à Paris, Lyon, Atlanta, Berkeley, Princeton, et à l’IHES de Bures-sur-Yvette. En 2009, il est devenu directeur de l’Institut Henri Poincaré qui est l’un des plus anciens instituts de recherche du monde en mathématique et physique théorique. Ses recherches ont été couronnées par la prestigieuse Médaille Fields en 2010. Il a raconté l’expérience hors du commun de la découverte qui lui a valu cette récompense dans un journal de bord impressionniste intitulé Théorème vivant.

Sollicité par Aloïse Quesne, Cédric Villani lui a fait l’honneur d’accepter de devenir parrain de la Clinique juridique « One Health-Une seule santé ».

La directrice de la Clinique juridique a choisi M. le député Villani pour son incarnation du concept One Health, notamment en raison de ses qualités de Président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) de l’Assemblée nationale et du Sénat et de membre du groupe d’études « Condition animale » au sein de l’Assemblée nationale, mais également pour ses qualités humaines qu’il met au service du partage de la connaissance à travers des conférences destinées à tous les publics et sur tous les continents.

Laëtitia Romeiro-Dias

Photo : Yahaya Soukouna

Juriste de formation, Laëtitia Romeiro-Dias fut députée de la 3e circonscription de l’Essonne de 2017 à 2022 et membre de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes.

Sollicitée par Aloïse Quesne, Laëtitia Romeiro-Dias lui a fait l’honneur d’accepter de devenir marraine de la Clinique juridique « One Health-Une seule santé ».

La directrice de la Clinique juridique a choisi Mme la députée Romeiro-Dias pour son incarnation du concept One Health, notamment en raison de ses fonctions de rapporteur du projet de loi relatif à la bioéthique et de la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale ainsi que de sa qualité de membre du groupe d’études « Condition animale » au sein de l’Assemblée nationale, mais également pour les qualités humaines dont elle fait preuve au quotidien par ses engagements.

Son rôle de marraine par Laëtitia Romeiro-Dias :

J’ai eu l’honneur, en qualité de marraine, d’inaugurer la clinique “One Health-Une seule santé” de l’Université Paris-Saclay Evry.

Il y a quelques années, j’étais assise sur les bancs de la Fac de Droit, animée de réflexions autour des enjeux de santé publique. Désormais c’est avec autant de plaisir mais en tant que parlementaire que je reviens dans une faculté pour échanger avec la nouvelle génération de juristes des enjeux de la bioéthique, de la condition animale, de l’approche stratégique de ces enjeux qui sont à la fois sociétaux mais aussi d’une complexité juridique, scientifique, éthique et technique importante.

Les travaux dont j’ai pu témoigner auprès d’eux, en qualité de rapporteure de la loi Bioéthique mais aussi de la loi sur la lutte contre la maltraitance animale, s’intègrent parfaitement dans le concept “One Health-Une seule santé”, qui promeut une inter dépendance entre les problématiques de santé humaine, de santé de l’animal et de santé de l’environnement. Un concept au coeur de notre actualité sanitaire.

Merci Aloïse Quesne pour cette invitation et continuons à nourrir ensemble les travaux de cette clinique juridique – de promotion en promotion – pour l’homme, l’animal et la nature”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search