24 avril 2021 : Journée mondiale des animaux dans les laboratoires

En cette 42e journée mondiale des animaux dans les laboratoires, la Clinique juridique One Health-Une seule santé souhaite vous faire connaître l’association GRAAL (Groupement de Réflexion et d’Action pour l’AnimaL), qui œuvre pour la retraite des animaux de laboratoire.

La réhabilitation animale est autorisée par la directive européenne du 22 septembre 2010. Pour autant, elle n’est pas obligatoire. L’expérience très forte du GRAAL, association spécialisée dans la réhabilitation des animaux de laboratoire, est à signaler. Cette association a élaboré un protocole spécifique de placement qui a fait ses preuves depuis 2005. À ce jour, ce sont 4 500 animaux qui ont été adoptés ou placés, dont une centaine de primates.

Le GRAAL travaille en synergie avec les laboratoires, les directions départementales de protection des populations et des personnes ainsi que le Ministère de la Recherche, de l’Enseignement Supérieur et de l’Innovation et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Cette association travaille également en partenariat avec des refuges spécialisés tels que La Tanière, le Refuge de l’Arche et Tonga Terre d’Accueil. S’agissant des primates, des démarches associatives ont permis la mise en place d’un accompagnement à l’enrichissement du milieu et à la constitution de groupes sociaux avec l’aide d’éthologues, afin de garantir leur bien-être tout au long de leur vie.

Il est primordial de ne pas mettre à mort ces animaux qui ont rendu service à la science lorsqu’une alternative existe.

Pour en savoir plus ou si vous souhaitez adopter un animal : https://www.graal-defenseanimale.org/

L’antibiorésistance et le concept « One Health »

par Manon Toumelin,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Avril 2021

Les antibiotiques, médicaments indispensables à la santé humaine, voient aujourd’hui leur efficacité menacée. Leur mauvaise utilisation pour les maladies humaines, ainsi que leur utilisation intensive en agriculture, entraînent l’apparition de bactéries développant des résistances : on parle d’antibiorésistance, phénomène constituant l’une des préoccupations actuelles majeures à l’échelle mondiale.

Qu’est ce qu’un antibiotique ? Les antibiotiques, (du grec anti : contre, et biôtikos : qui concerne la vie) sont une catégorie d’antimicrobiens ayant la capacité de tuer les bactéries (effet bactéricide) ou d’inhiber leur multiplication (effet bactériostatique)[1]. Les médicaments qui contiennent une substance antibiotique sont donc utilisés contre les infections causées uniquement par des bactéries, non par des virus sur lesquels ils sont sans effet. Les antibiotiques sont non seulement utilisés pour la santé humaine, mais également pour la santé animale et l’industrie alimentaire. Leur introduction en médecine, après la Seconde Guerre mondiale, a été l’un des progrès thérapeutiques les plus importants du XXe siècle. Elle a révolutionné la médecine en diminuant largement le nombre de décès par infections bactériennes très courantes à l’époque comme la tuberculose, la pneumonie ou la syphilis. En effet, celles-ci constituaient la première cause de mortalité en 1940, et ne sont aujourd’hui responsables que de 2% des décès en France. On estime que les traitements antibiotiques ont permis d’augmenter l’espérance de vie d’environ 15 ans des personnes y ayant recours : ils sont devenus l’un des « piliers de notre santé »[2].

Définition de l’antibiorésistance. La résistance aux antibiotiques, ou antibiorésistance, est la capacité d’un micro-organisme à résister aux effets des antibiotiques. S’il existe une résistance naturelle de certaines bactéries face aux antibiotiques, la résistance acquise au fil du temps du fait d’une mauvaise utilisation est plus préoccupante. Elle désigne l’apparition d’une résistance à un ou plusieurs antibiotiques chez une bactérie qui auparavant y était sensible.

Dès 1950, des bactéries pathogènes devenues résistantes aux antibiotiques usuels ont été mises en évidence, et ce phénomène n’a depuis cessé d’augmenter. L’efficacité des antibiotiques a poussé à l’utilisation excessive et souvent inadaptée de ceux-ci en santé humaine et animale. D’après l’OMS, le mauvais usage des antibiotiques est la cause principale de la résistance. En effet, l’ « utilisation excessive dans la plupart des régions du monde, en particulier contre des infections mineures, [la] mauvaise utilisation faute d’accès à des traitements appropriés et [la] sous-utilisation par manque de moyens financiers pour achever les traitements »[3] entraînent une pression sélective sur les molécules.

Quelles-sont ses conséquences ? Ponctuelles au départ, ces résistances sont devenues plus importantes et donc préoccupantes. En effet, elles sont responsables de 700 000 décès par an[4]. L’OMS ajoute que, si aucune action n’est prise aujourd’hui, la quasi-totalité des antibiotiques actuels seront inefficaces d’ici 2050 pour prévenir et traiter les maladies humaines. Elle affirme que la résistance aux antibiotiques atteint désormais des niveaux dangereusement élevés dans toutes les régions du monde et ajoute que, si nous ne prenons pas des mesures d’urgence, nous entrerons bientôt dans une ère post-antibiotique dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles. La situation pose donc des enjeux très importants, d’abord de santé publique, car elle risque d’entraîner le retour de nombreuses maladies mortelles aujourd’hui contrôlées voire presque éradiquées grâce aux antibiotiques, mais elle pose également un très important enjeu économique, car les mesures à prendre afin de lutter contre cette résistance ont déjà, et auront certainement de plus en plus, un coût considérable pour les États. Il s’agit  pour eux de remettre en question le fonctionnement de leurs systèmes de santé, et de revenir sur des pratiques courantes depuis des dizaines d’années. Néanmoins, selon Margaret Chan, directrice générale de l’OMS entre 2007 et 2017, la situation n’est pas inexorable. Elle estime que la prescription des antibiotiques de façon appropriée, la restriction de leur utilisation dans la production alimentaire et la lutte contre la contrefaçon pourraient mettre fin à cette menace émergente. En effet, la sur-utilisation des antibiotiques en santé humaine n’est pas la seule raison du développement de l’antibiorésistance. Leur usage en agriculture, notamment dans les élevages intensifs pose de plus en plus problème : il provoque l’apparition de résistances chez certaines bactéries, qui ensuite se transmettent d’animaux en animaux, puis aux humains, mais aussi à l’environnement. Outre cet impact sanitaire, il entraîne aussi d’importantes pertes de production agricole, impliquant des « conséquences économiques et sociales importantes, notamment dans les pays en développement, en plus d’augmenter les risques de malnutrition »[5].

Comment cette transmission est-elle possible ? Les eaux sont très largement contaminées par les antibiotiques ainsi que par les bactéries, dont une grande proportion est désormais résistante. Par exemple, à Paris, on estime qu’un litre d’eau usée contient entre 40 et 100 mg de bactéries, dont 30 à 50% sont résistantes[6]. Ensuite, ces eaux usées vont contaminer les sols, et cette antibiorésistance sera transmise aux végétaux. Les animaux, quant à eux, sont traités avec des antibiotiques et peuvent donc être porteurs de bactéries résistantes qui vont se transmettre à l’homme qui se nourrit de ces animaux, ou par contact avec ceux-ci. En sens inverse, les hommes peuvent eux aussi transmettre ces bactéries aux animaux, particulièrement les animaux de compagnie. Puis, l’antibiorésistance revient au niveau végétal, notamment dans les cultures, par l’utilisation de fumier animal qui serait contaminé par des bactéries résistantes. On se trouve alors dans une situation de transmission multifacettes qui ne fait que prendre de l’ampleur. L’antibiorésistance constitue donc un enjeu très important du concept « One health » : santé humaine, animale et environnementale sont extrêmement liées et il est primordial d’agir d’une manière commune afin d’inverser la tendance.

Quelles actions contre l’antibiorésistance ? De nouvelles initiatives pour combattre l’antibiorésistance continuent à émerger. Par exemple, un projet collaboratif a vu le jour en 2018 entre le laboratoire Génomique Métabolique du Genoscope, le Laboratoire de mathématiques et modélisation d’Évry, le service de bactériologie de l’hôpital Henri Mondor et la fondation MSF. L’objectif de cette collaboration est de développer une application mobile capable de faciliter le diagnostic de l’antibiorésistance, grâce à l’intelligence artificielle [7]. L’implication du monde scientifique pourrait alors, grâce aux nouvelles technologies, permettre de trouver des réponses face à l’ampleur du phénomène d’antibiorésistance[8].

Au niveau international, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) se sont saisies de la question dans le cadre de leur alliance tripartite. Cette collaboration a pour but de mettre en place des « stratégies communes pour la prévention des risques sanitaires à l’interface homme-animal-écosystèmes »[9]. Depuis 2011, ces entités internationales se sont fixé trois domaines d’action prioritaires, dont l’antibiorésistance. Elles ont créé un Plan d’Action Global, qui a permis d’aider les trois organisations à développer leurs stratégies respectives, tout en assurant un alignement de leurs actions aux plans national, régional et global[10]. De plus, un secrétariat conjoint tripartite a été mis en place, afin de « favoriser la mobilisation multisectorielle contre la résistance aux antimicrobiens »[11].

Le 20 novembre 2020, durant la “Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens”, les chefs de secrétariat des trois organisations de l’Alliance Tripartie ont créé une nouvelle instance : le « Groupe de direction mondial sur la résistance aux antimicrobiens », intégrant le principe « Un monde, Une santé ». Le but de ce groupe sera notamment de jouer un rôle politique au plus haut niveau pour assurer une bonne gouvernance. Selon Monique Eloit, directrice générale de l’OIE, « la résistance aux antimicrobiens est un problème qui concerne la santé animale, la santé humaine et l’environnement : il nous faut agir aujourd’hui pour protéger l’efficacité de ces médicaments »[12]. Qu Dongyu, directeur général de la FAO, ajoute qu’ « aucun secteur ne peut à lui seul résoudre ce problème. Il faut engager une action collective face à la menace que représente la résistance aux antimicrobiens, par-delà les secteurs économiques et les frontières »[13].


[1] J. BERTHET, Dictionnaire de biologie, 2013.

[2] Déclaration du Dr. FUKUDA, sous-directeur général de l’OMS pour la sécurité sanitaire, 2014.

[3] OMS, Stratégie mondiale OMS pour la maîtrise de la résistance aux antimicrobiens, 2001.

[4] https://gardp.org/what-we-do/antibiotic-resistance/

[5] Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, One Health, une seule santé pour la Terre, les animaux et les Hommes, dossier de presse, juillet 2020.

[6] https://solidarites-sante.gouv.fr/prevention-en-sante/les-antibiotiques-des-medicaments-essentiels-a-preserver/des-antibiotiques-a-l-antibioresistance/article/l-antibioresistance-concerne-les-hommes-mais-aussi-les-animaux-et-l

[7] https://www.univ-evry.fr/toute-lactualite/actualites-recherche/publications/diagnostiquer-la-resistance-aux-antibiotiques-grace-a-lintelligence-artificielle.html?tx_solr%5Bpage%5D=3&cHash=0a4114eed878bd02dd11c745fbe19364

[8] https://www.nature.com/articles/s41467-021-21187-3

[9] https://www.oie.int/fr/pour-les-medias/une-seule-sante/mieux-controler-les-risques-sanitaires-mondiaux/3-priorites/

[10] The Tripartite’s Commitment, oct. 2017

[11] https://www.who.int/fr

[12] OMS, « Résistance aux antimicrobiens : les dirigeants mondiaux unissent leurs forces face à l’aggravation de la crise », Communiqué de presse, 20 nov. 2020.

[13] Ibid.

Un partenariat plein d’avenir avec l’association Agriculture Cellulaire France!

L’association Agriculture Cellulaire France vient de référencer la Clinique juridique One Health-Une seule santé parmi ses nouveaux conseillers sur son site Internet. La Clinique juridique est très heureuse de ce partenariat!

Sous la direction d’Aloïse Quesne, Maître de conférences en droit privé, cette Clinique juridique est la première Clinique juridique francophone à avoir pour objet le concept international « One Health » ou « Une seule santé ». Ce concept appelle à renouveler notre vision de la santé, en commençant par la reconnaissance de l’interdépendance du vivant. Il s’agit d’une vision de la santé qui intègre l’humain, les animaux, la biodiversité et l’environnement. Rattachée au Master 2 Droit de la santé et des biotechnologies de l’Université Paris-Saclay sur le campus de l’Université d’Evry, la Clinique juridique est parrainée par les députés Laëtitia Romeiro-Dias et Cédric Villani.

« Lorsque j’ai développé le projet de la Clinique juridique « One-Health-Une seule santé », j’ai immédiatement souhaité que la thématique de l’agriculture cellulaire soit au programme. L’agriculture cellulaire constitue un vaste champ d’étude pour la recherche juridique et je ne voulais pas passer à côté. Je souhaite que les étudiants cliniciens puissent découvrir le fonctionnement de l’agriculture cellulaire et les questions juridiques sous-jacentes comme celle de savoir si les produits cellulaires d’origine animale (viande, poisson, lait, oeufs…) pourraient relever de la réglementation relative à la mise sur le marché de nouveaux aliments au niveau européen? J’ai le projet de réaliser, avec l’association Agriculture cellulaire France et le Genopole, une étude d’ensemble au soutien d’un appel au développement de la recherche publique. En effet, tandis que Singapour a autorisé la vente de viande cultivée dans les laboratoires au mois de décembre 2020, il n’existe en France aucun projet de recherche publique sur le développement de l’agriculture cellulaire. Tandis que de nombreux Etats dans le monde interdisent la production et l’importation de foie gras, une start-up comme Gourmey, spécialisée dans le foie gras cellulaire, pourrait y remédier tout en promouvant cette spécificité de la gastronomie française. De manière générale, l’agriculture cellulaire est au cœur du concept « One Health » ou « Une seule santé » puisqu’il s’agit d’un instrument destiné à protéger le bien-être animal, l’environnement et à préserver la santé humaine. Ne plus avoir besoin d’élever et d’abattre les animaux pour consommer leur chair relevait il y a peu de la science-fiction. À l’heure où la sensibilité animale est entérinée par notre Code civil et où le législateur a fait une avancée considérable par la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale, il convient d’encourager et de valoriser l’agriculture cellulaire, une biotechnologie porteuse d’espoir ».

Site Internet de l’association Agriculture Cellulaire France : https://agriculturecellulaire.fr/equipe/#conseillers