LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ : UN ENJEU MAJEUR DU CONCEPT ONE HEALTH

Par Hajare El Gani et Matilda Moreau,

sous la direction de Madame Aloïse Quesne

Mai 2021

Les écosystèmes se dégradent. Plus précisément, les écosystèmes, essentiels pour la vie, sont détruits par les actions humaines de façon générale, et cela contribue à la perte de la biodiversité, qui est préjudiciable pour le vivant. La biodiversité se traduit par la diversité d’espèces vivantes dans un milieu donné. Ces espèces vivantes ne sont pas seulement les humains ou les animaux, mais également tous les micro-organismes ou encore les végétaux. La biodiversité est essentielle pour la conservation du vivant. La sauvegarde de la biodiversité est un enjeu majeur du concept One Health. La destruction de la biodiversité conduit à la propagation de zoonoses, notamment l’apparition du SRAS-COV-2 dans le monde aujourd’hui, ce qui a entraîné la perte de nombreuses vies.

La destruction de la biodiversité passe principalement et presque uniquement par les activités humaines. À titre d’exemples, les activités polluantes, la chasse et la pêche intensives, le braconnage, la déforestation ou encore la surexploitation des animaux et de la nature, les modes de production et d’élevage, le commerce illégal d’animaux sauvages contribuent à la perte constante de biodiversité et à l’apparition de nouvelles maladies. Au fil des siècles, on constate qu’une majorité de ces nouvelles maladies, telles que la rage, la peste, la leptospirose, le paludisme, l’anthrax, le SRAS, le MERS, la fièvre jaune, la dengue, le VIH, l’Ebola, ou encore le Chikungunya sont toutes d’origine animale. Ainsi, le franchissement de la barrière inter-espèces facilite la propagation de nouvelles maladies ainsi que la circulation de nouvelles souches de bactéries et de virus.

Cette destruction croissante de la biodiversité a été mise en avant notamment en 2019 par la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), créée en 2012. Il a été énoncé que la destruction de la biodiversité est trop importante et que par conséquent, si l’Humain ne change pas sa façon de vivre, nous risquons de perdre plus d’un million d’espèces vivantes. Cette perte serait préjudiciable non seulement pour les écosystèmes mais également pour les espèces humaine et animale qui risquent de devoir faire face à de nombreuses épidémies.

La pandémie mondiale qu’est celle du SRAS-COV-2 née dans un marché illégal d’animaux sauvages souligne l’importance d’une réflexion approfondie sur le rapport qu’entretien l’Homme avec son environnement naturel, écosystèmes et biodiversité.

L’augmentation de la consommation et du commerce de viande d’animaux sauvages, quatrième marché clandestin le plus rentable au monde, trafic ne respectant pas les normes alimentaires et constituant de ce fait un véritable risque pour la santé humaine via la transmission directe d’agents pathogènes, favorise la propagation de zoonoses qui sont des maladies infectieuses transmises des animaux aux humains.

La naissance du SRAS-COV-2 est l’exemple actuel significatif de la transmission de virus animaux-humains. Il s’agirait en effet d’un micro-organisme provenant de la Chauve-souris, qui se serait retrouvé chez le Pangolin, avant de le transmettre à l’Homme.

La protection et la restauration des écosystèmes naturels sont elles aussi essentielles pour éviter le risque de développement des maladies zoonotiques. La déforestation, la construction de barrage, l’exploitation minière, la fragmentation des habitats ou l’intrusion humaine dans les forêts favorisent le contact avec les maladies. Ce sont des expansions des vecteurs.

Ces activités humaines entrainent par ailleurs la fonte des glaces. Cette dernière a dévoilé l’existence et la survenance de nouveaux virus. La destruction de la biodiversité jointe avec la fonte des glaces entraîne une apparition importante de nouveaux types de virus, similaires au SRAS-COV-2.

Selon le concept One Health, il faut que les comportements humains changent pour pouvoir préserver la biodiversité. À défaut, nous risquons de voir notre santé dégradée, notamment par l’apparition de nouveaux virus. Dans cette optique, le concept One Health préconise la régulation du commerce légal et la lutte contre le commerce illégal d’espèces animales notamment.

Selon de nombreux scientifiques, le SRAS-COV-2 n’est pas le dernier virus de ce type qui risque de créer une autre pandémie, et l’un des seuls moyens de pouvoir prévenir une telle pandémie est de préserver la biodiversité. Pour contrôler et prévenir les zoonoses, plusieurs mesures ont été prises, y compris l’utilisation excessive d’insecticides ou l’abattage du bétail infecté. Cependant, ces interventions connaissent des limites tel que l’impact sur les espèces non ciblées. De surcroît, en éliminant l’hôte principal de ces virus (exemple de la Chauve-souris pour le SRAS-COV-2), les agents pathogènes chercheront d’autres hôtes qui, contrairement aux hôtes initiaux, ne leur résisteront pas. Les virus, pour survivre, cherchent des failles ; ces failles sont aujourd’hui créées par l’Humain.

Pour l’IPBES, la biodiversité rime avec prévention sanitaire. La prévention sanitaire est notamment une des directives principales de ce concept One Health. Ainsi, l’approche « One Health », reconnue à l’échelle mondiale, démontre que la santé humaine est étroitement liée à celle des autres animaux et de son environnement. Le concept « One Health » permet une étude multidisciplinaire et collaborative pour traiter les risques potentiels ou actifs découlant de l’interface entre la santé humaine, animale et environnementale.

La prévention sanitaire, qui est l’un des objectifs du concept One Health, ne peut exclure la préservation de la biodiversité. Ce concept vise en effet à résoudre les problèmes sanitaires existants entre l’Homme, les animaux et leur environnement commun. L’efficacité de cette approche « One Health » repose sur une interaction forte et systématique entre les groupes professionnels concernés, notamment entre les médecins et les vétérinaires, les épidémiologistes, les écologistes et les experts des espèces sauvages, mais aussi les sociologues, les économistes et les juristes. Il s’agit pour notre civilisation de reconnaitre que notre santé et notre bien-être sont étroitement liés à ceux du monde naturel. C’est de cette manière que nous pourrons protéger notre espèce des effets les plus néfastes des pandémies.

Au regard de la crise actuelle, le WWF propose la signature d’un nouvel accord pour la Nature et l’Homme, contraignant pour les gouvernements, lequel viserait à réduire de moitié notre empreinte sur la Nature, à stopper la perte d’habitats naturels et l’extinction d’espèces vivantes. Cet accord serait la traduction du concept « One Health », qui défend la protection d’une planète saine comme fondement de notre santé et de notre bien-être.

Ressources bibliographiques

  • G. Bœuf, “Et la santé environnementale?”, in Colloque « Une seule planète, une seule santé! », 1er octobre 2020 https://www.youtube.com/watch?v=owYvRSJ4TOY
  • IPBES, Le dangereux déclin de la nature : un taux d’extinction des espèces « sans précédent » et qui s’accélère, communiqué de presse du 13 mai 2019.
  • WWF France, Construire le monde d’après COVID19, faire face à la crise, 10 avril 2020.
  • WWF, Érosion de la nature et émergence des pandémies, Rapport rédigé par Barney Jeffries, 20 avril 2020.

Une réponse sur “LA CONSERVATION DE LA BIODIVERSITÉ : UN ENJEU MAJEUR DU CONCEPT ONE HEALTH”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.